FICTION

Changement de cap

Julie Beauchamp
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté

«Oui, oui moi aussi, je t’aime, je suis occupée, je t’appelle plus tard.» Fred regarde Justine : «Ça va?» Elle lui répond impatiente : «Oui, pourquoi?» «Je sais pas, tu as l’air à bout.» «Tu écoutes mes conversations maintenant!» Fred fait non de la tête et réplique : «Non, c’est juste que j’ai entendu le ton.» «Fred, mêle-toi de tes affaires, tu ne me diras quand même pas que ta blonde ne t’énerve jamais!» Fred réfléchit, non Camille ne l’énerve presque jamais, au contraire, elle ensoleille sa vie, au quotidien.


Justine va servir des clientes avec un nuage noir qui la suit. Fred se demande ce qui se passe, sa collègue si joviale, toujours calme et heureuse, ne semble pas dans son état habituel.

Justine n’est pas bien, elle se sent coupable, coupable de manquer d’air, de temps, de place. Plus elle tente de s’éloigner subtilement, plus sa blonde met de la pression.

Fred revient à la charge « Bon, Justine, tu vas me dire ce qui se passe? » Justine dans le rush ne répond pas, elle court d’un bord à l’autre du bar. Fred la suit tout en servant ses clientes. «Mais, attends deux minutes, ça va?» «Fred, c’est pas le temps, tu vois pas que le bar est plein!» Fred prend une grande respiration et s’approche de Justine : «Bon, OK, t’es de mauvaise humeur, complètement désagréable, alors tu me parles avant que tu éclates devant une cliente!» Justine s’arrête sec, baisse la tête et dit : «OK, c’est vrai, ça ne va pas, j’suis pas bien.» Fred la regarde : «Qu’est-ce qui se passe?» Justine s’en va pour répondre quand sa blonde rebondit! Ève est là heureuse et amoureuse, elle embrasse Justine qui lui dit : «Mais Ève, qu’est-ce que tu fais ici, je pensais que tu passais la soirée avec tes amis?» «Oui, on a décidé de se rejoindre ici et d’aller souper, tu n’as pas l’air contente de me voir?» «Je travaille, tu comprends, on se voit tout le temps, alors…» Ève recule et réplique bêtement : «OK, je ne te dérangerai pas plus longtemps.» Elle s’adresse à Fred : «Salut! Je vais vous laisser travailler!» Elle part et va s’assoir plus loin.

Justine lève les yeux et soupire. Fred reste saisie et dit : «Ça ne va vraiment pas.» Justine fait non de la tête, elle voudrait parler, mais le moment est très mal choisi, Fred insiste : «Je savais que tu étais débordée avec les études, le travail, mais je croyais que c’était le paradis avec Ève.» «Je ne sais pas ce que j’ai,
j’étouffe, je me sens bousculée en permanence, je ne suis jamais assez là, je ne suis pas assez romantique, je ne lui donne tout simplement pas ce qu’elle veut, elle a des attentes immenses et ça m’épuise!»

À ce moment-là, les amies d’Ève se poin-tent au bar et viennent saluer Justine qui les dirige rapidement vers la table où est installée sa blonde. Fred reprend la conversation : «Tu lui en as parlé?» «Oui, du moins, j’ai essayé, mais elle ne veut rien entendre, dans sa tête, il n’y a qu’une seule façon d’être amoureuse, une fusion complète et totale, une oasis d’air respiré à même la respiration de l’autre, tu comprends? Et si je ne suis pas comme ça, c’est que je ne l’aime pas assez!» Fred et Justine continuent à travailler tout en discutant.

De l’autre côté du bar, Ève est en pleine crise d’insécurité, elle s’exprime avec véhémence : «Avez-vous déjà vu ça, je fais une surprise à ma blonde et elle me parle comme si je la dérangeais! On s’est presque pas parlé de la journée, elle va rentrer en pleine nuit, je passe tous mes jeudis et vendredis soirs en solo depuis des mois, je l’attends toujours et c’est ainsi qu’elle me remercie de mes attentions!»

Son amie intervient : «Peut-être que tu es trop là, trop disponible. Vous en avez déjà discuté?» Ève explose encore plus fort : « Trop là! Voyons, tu sais très bien qu’on se voit tous les jours, mais pas tant que ça, on ne reste pas ensemble, je travaille, elle a ses cours, son travail, ses amis, sa famille, et je suis toujours en train d’attendre après elle!»

Son autre amie essaie de dédramatiser la situation : «Ève, tu dis toujours que tu aimes le côté indépendant de Justine, elle n’est pas comme toi, vous n’avez pas les mêmes, comment dire, les mêmes attentes?» «Justement, j’ai l’impression qu’elle ne m’aime pas aussi fort, elle est de plus en plus distante et je trouve ça injuste, alors que moi, je fais tout pour elle.» «C’est peut-être ça le problème!» Les trois filles se retournent, Justine est là et semble en colère. Elle regarde Ève : «On peut se parler cinq minutes dehors?»

Ève suit Justine, elle est très nerveuse et ne sait pas trop à quoi s’attendre. Justine débute une phrase et Ève l’interrompt brusquement : «Écoute Justine, je ne sais pas ce qui se passe, mais la façon dont tu m’as accueillie n’est pas très respectueuse pour moi.» «Ève, c’est vrai que je n’ai pas bien réagi, je m’en excuse, mais je pense qu’actuellement, on n’est pas sur le même rythme, tu as des attentes que je n’arrive pas à combler.» Les yeux d’Ève s’embuent de larmes : «Non Justine, ce n’est pas juste mes attentes, c’est toi aussi, on dirait que tu as changé de cap, avant on partageait le même gouvernail et maintenant, tu voyages seule…» Justine se sent doublement coupable, elle serre Ève dans ses bras et dit : «Qu’est-ce que tu veux dire?» Ève répond : «Peut-être que tu n’es plus amoureuse?» Justine murmure un «Mais non…» en regardant ailleurs, comment savoir quand l’amour prend le large…



 
Voir les archives

Anciens commentaires

  • J'aime bien te lire Camille...Tes textes sont toujours remplis de belles émotions...disons plutôt "ambigues".Tu t'inspires de ton vécu pour écrire? Publié le 18/11/2013
Voir les archives

Anciens commentaires

  • J'aime bien te lire Camille...Tes textes sont toujours remplis de belles émotions...disons plutôt "ambigues".Tu t'inspires de ton vécu pour écrire? Publié le 18/11/2013