Michel Joanny Furtin, journaliste

Le journaliste touche-à-tout

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

Michel Joanny-Furtin s’est joint à l’équipe de Fugues en décembre 2002. Michel est tombé en amour avec le Québec en 1999, double coup de foudre puisqu’il rencontre son conjoint actuel, Stéphan, «un Québécois pur sirop d'érable», lors de ce premier séjour. Le Québec, il connaissait déjà auparavant grâce à Janette Bertrand. Le jeune adolescent français avait vu la série Quelle famille !, (traduite pour la télévision française par Les Tremblay) dans les années soixante-dix.

Michel cultive les passions, le Québec bien sûr, mais aussi le journa-lisme. Il collabore sans avoir mis les pieds en Nouvelle-France comme chroniqueur pour Radio-Canada à différentes éditions du Festival de Cannes. Avant d’être journaliste, Michel a travaillé comme travailleur social puis basculé dans les relations de presse, la radio et la presse, se spécialisant dans la culture. Un travail qui l’a amené à vivre dans plusieurs régions de France.

Qui prend mari prend pays, Michel s’installe définitivement à Montréal en 2000 et tente alors sa chance dans les médias. Animateur radio, il quitte alors le micro pour la plume ici : « C'est le Québec qui m'a mis à l'écriture…» En octobre 2002, il commence aux hebdomadaires de quartier de Transcontinental (TC Media), où il est toujours et qui lui ont permis de développer divers réseaux dans plusieurs quartiers de Montréal.

En parallèle, Michel s’investit dans le bénévolat et le communautaire. Et tout naturellement, il se tourne entre autres vers le communautaire gai. « Très jeune, j'ai senti que j'étais différent, et ma sortie du placard s’est faite à dose homéopathique selon les milieux dans lesquels j'évoluais. J'ai l'impression que, pendant cette période d'orages, et malgré quel-ques douches froides, j'ai réussi à passer entre les gouttes sans trop d'éclairs ni de tonnerre. La communauté d'ici, et le Village, m'ont permis d’être, et de le dire. »

Ainsi Michel collabore à la remise en forme des Prix Arc-en-Ciel, une expertise qu’il mettra depuis quelques années au service du Gala Phénicia. Il dirige pendant plusieurs années comme animateur-producteur l’émission Arc-en-ciel sur CINQ FM et à CIBL FM, où il produit Opér’Apéritif, une émission sur l’Opéra. L’homme est un passionné d’art lyrique et de musique classique, ce qui ne l’empêche pas d’apprécier la chanson plus actuelle.

Il serait difficile de ne pas souligner une autre de ses folies (selon son chum), son amour pour les engins à deux roues. Membre de l’Association des motocyclistes gais du Québec (AMGQ), Michel se déplace essentiellement avec sa moto (BMW F650GS) dès les premiers beaux jours et tente de retarder la remise au garage chaque hiver.

Ce que les gens apprécient le plus chez lui ? Son empathie et sa patience. Quoique… Il est bon de préciser que, s’il a de la patience avec les gens, celle-ci disparaît en une fraction de seconde avec le matériel. « Les objets m'en veulent... », affirme-t-il. À ce moment-là, ses origines françaises reprennent le dessus avec un vocabulaire coloré, explicite, à faire rougir les nonnes.

Heureusement, son sens de l’humour, et une réelle capacité à se remettre en cause, lui permettent de retrouver très vite sa bonhommie. Il a gardé de ses années auprès des jeunes et des familles dans le besoin, le goût de venir en aide. S’il le peut, Michel sera toujours le premier à rendre service. Qui n’a pas (encore) eu la chance de sillonner la ville à l’arrière de sa moto (et de l’entendre sacrer comme un charretier après certains automobilistes.)?

Ce sens du service est indissociablement lié au sens de l’amitié que Michel cultive avec égard et attention. « Chez Fugues, j'ai trouvé une deuxième famille professionnelle », confie-t-il. Comme bien d’autres, il s’est attaché aussi bien au magazine qu’à ceux qui y travaillent et le dirigent. Bien entendu, des petits coups de blues de la mère patrie peuvent l’assaillir mais ils ne durent que l’instant d’y penser. Il regrette seulement deux choses au Québec, l’absence de TGV et cette distance trop grande entre les deux continents.