FICTION

Couple en sursis

Julie Beauchamp
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté

Fred arrive au Garde-Robe accompagnée par son amie June qui est à Montréal pour la semaine. « Salut! Justine, je te présente June, mon amie qui est partie s’installer à Toronto! » Justine la salue et demande « Ça fait longtemps que t’es partie? » June répond avec son accent délicieux « En fait, je suis rentrée au bercail, j’ai passé 15 ans à Montréal et je suis retournée il y a cinq ans, j’aime les deux villes. »


« Qu’est-ce que t’as à me regarder comme ça? Avec ton sourire d’extasiée de la vie! », lui dit Justine en souriant. «Rien, rien de spécial, je suis juste contente, contente de tout, c’est un drôle de feeling. » Justine réplique : « Pourquoi drôle? C’est sûrement une question de perspective, le bonheur est là où on le voit, pas ailleurs, tu penses pas?» Fred la regarde perplexe. « Veux-tu vraiment avoir une conversation sur le bonheur en plein 5 à 7 du vendredi soir? » Justine s’exclame : « Pourquoi pas? Mon amie Marie-Hélène s’en vient, je vais lui en parler, elle, le bonheur, elle le porte comme un parfum! »

Fred renchérit « Elle est retournée… par amour. » June feint de sourire « Fred, arrête, je ne suis pas retournée à cause d’elle, Manu venait elle aussi de Toronto, on s’est rencontrées à Montréal et on est parties ensemble. » Justine s’exclame « C’est cool, alors vous êtes toujours ensemble? » June hésite, Fred intervient « Mais attend June, tu vis toujours avec Manu? » June prend une gorgée de bière et répond « Bien, on est en pause, j’ai pas eu le temps de te le dire, elle doute, elle remet tout en question! »

Fred est estomaquée « Je n’en reviens pas, mais qu’est-ce qui s’est passé? » Pendant que Justine retourne à ses clientes, June explique en long et en large les hauts et les bas de sa relation de couple. Évidemment, elles s’aiment encore beaucoup, mais le désir est devenu un sujet complexe et les absences prolongées des déclarations d’amour ont fait place à une triste lassitude. June ne sait pas quoi faire, à l’aube de ses quarante ans, elle pensait passer sa vie avec Manu mais huit ans plus tard, malgré tout ce qui les tient ensemble, Manu se cherche dans les multitudes habitudes qui habitent une relation intime entre deux personnes. Fred la serre dans ses bras « Pourquoi tu m’as pas appelée quand le vent a commencé à tourner, je serais allée te voir! » June lui serre la main « Fred, je ne sais même pas quand tout a changé, ça se fait lentement, un jour c’est la fête et tu te réveilles des années plus tard et l’automne arrive, les feuilles commencent à tomber et ta blonde ne sait plus ce qu’elle veut… » Fred doit servir ses clientes « Je reviens. » June pense à Manu, elle l’aime toujours, c’est sûr. Elle reçoit un texto « Est-ce bien toi, June? » June ne reconnait pas le numéro de téléphone, code régional 514, elle regarde autour d’elle, aucun visage connu, elle répond « Oui, c’est qui ? », elle attend, 10 minutes, 15 minutes, toujours pas de réponse, elle range son cellulaire dans son sac et continue d’observer les filles, à la recherche d’un visage connu.

Elle reprend son cell. et renvoie un message « allo, qui es-tu l’inconnue? » Encore pas de réponse. Fred revient « Alors, comment ça va? Tu veux une bière? » June fait oui de la tête et ajoute « une vodka aussi! » Fred sourit « Ouais, ça va être le party! » « You bet! » La soirée avance, June n’a toujours pas de réponse à son texto mais elle trinque avec Fred sur l’amour qui finit et qui commence. Fred prend congé de son travail plus tôt que prévu, Justine comprend et la laisse aller s’éclater avec June sur la piste de danse, les deux amies ont un million de choses à se dire. « Alors toujours pas de réponse? » June sort son cell et voit un message « Tu t’amuses, c’est cool! », toujours le même numéro. « Regarde, qui est cette fille? Elle m’observe! » Fred lit le texto, elle regarde autour d’elle mais elle n’a aucune idée de toutes les anciennes fréquentations de June. « June, ça doit être une fille que tu connais, une ancienne flamme ou une amie, t’as pas tant changé depuis les années. » « Ouais, mais si elle me connait, pourquoi ne vient-elle pas me voir? » Fred éclate de rire « C’est de la cruise, le mystère, le thrill, ça marche, t’arrêtes pas de te demander c’est qui ? » June rit « Oui, ça marche, mais honnêtement, j’ai pas envie de flirter. » Il est passé minuit, Fred et June sont installées au bar, elles rient, se racontent les histoires des anciennes années, comme si le temps qui passe n’avait rien effacé de leurs souvenirs, les grandes amitiés sont ainsi, vraies, sans jugements, pavées d’empathie et de fous rires! Un autre texto retentit, June regarde, c’est le même numéro « Tu es encore là, si tu veux, viens me rejoindre, je suis dans le coin des divans rouges.

L’inconnue. » Elle montre le texto à Fred « Est-ce que j’y vais? » Fred s’exclame « ben oui! Tu en meurs d’envie, et j’ai bien hâte de savoir c’est qui! » June part à la recherche de l’inconnue, elle avance dans le bar, elle s’approche des divans rouges, cherchant à reconnaître l’auteure des mystérieux textos. Arrivée devant les divans, il y a trois filles qui discutent ensemble et un divan libre, elle s’assoit et décide d’attendre. Une fille s’avance, une fille avec une démarche qui lui rappelle quelqu’un, une fille qui lui sourit, un sourire qu’elle n’a pas vu depuis longtemps. Elle reste immobile, chavirée, cette fille, elle la reconnait.

Elle se lève nerveusement, sourire aux lèvres, elle veut parler mais ne sait pas quoi dire. Sans dire un mot, elles s’embrassent sans réfléchir, impulsivement, un baiser doux et fort. June n’en revient pas « Mais, mais qu’est-ce que tu fais ici? » « Je suis venue te rejoindre… » June est bouleversée, son amour est là! Manu est revenue, reve-nue la chercher. « Et le cellulaire? » Manu répond en souriant « Il me reste encore quelques amies à Montréal! » Elles se serrent longtemps en plein cœur du Garde-Robe, des retrouvailles inattendues, des mots d’amour inespérés. « Viens, on va aller voir Fred » Manu approuve « Fini le mystère, ce n’est que moi. » « Oui et toi, c’est tout ce que je veux!