Le livre de règlement

Julie Beauchamp
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté
Frédérique est au poste ce soir, plus en forme que jamais. Le tournage du film qu’elle a écrit va bientôt commencer et elle est toujours aussi follement amoureuse de Camille, sa vie va bien. Aucun nuage à l’horizon, juste du soleil qui se pointe depuis plus d’un an, c’est presque le bonheur!

« Qu’est-ce que t’as à me regarder comme ça? Avec ton sourire d’extasiée de la vie! », lui dit Justine en souriant. «Rien, rien de spécial, je suis juste contente, contente de tout, c’est un drôle de feeling. » Justine réplique : « Pourquoi drôle? C’est sûrement une question de perspective, le bonheur est là où on le voit, pas ailleurs, tu penses pas? » Fred la regarde perplexe. « Veux-tu vraiment avoir une conversation sur le bonheur en plein 5 à 7 du vendredi soir? » Justine s’exclame : « Pourquoi pas? Mon amie Marie-Hélène s’en vient, je vais lui en parler, elle, le bonheur, elle le porte comme un parfum! »

Alors qu’elle dit ces mots, Marie-Hélène apparaît comme par enchantement. «Hello!» Elle embrasse Justine avec entrain. Fred la regarde et se dit que Marie-Hélène dégage un drôle de mélange de sérénité et d’énergie. « Marie, je te présente Fred. » « Salut, très contente de te rencontrer, il parait que t’es la bargirl la plus hot que Justine connaisse! » Fred éclate de rire. « Je suis la seule qu’elle connaît! »

Justine et Fred retournent à leurs clientes pendant que Marie, au bonheur facile, s’installe au bar. En moins de 15 minutes, elle est déjà en conversation avec trois filles, son sourire craquant et ses yeux vifs la rendent totalement
magnétique. Fred l’observe. Cette fille sait comment plaire, est-ce son aura ou son look d’enfer? «Ton amie a l’air de s’amuser, elle les connait? » Justine jette un coup d’œil. «Je sais pas, je pense pas, mais tu sais, Marie, partout où elle passe, on dirait qu’il y a toujours quelqu’un qui l’attend.»

Justine s’approche. « Alors, ça roule? » Marie-Hélène sourit. « Oui! Je te présente Jane, Sophie et Élyse, et voici Justine. » Les filles saluent avec enthousiasme. Elles sont sur le party, commandent des verres et partent sur le plancher de danse. Justine dit : « Alors, as-tu finalement rencontré quelqu’un de sérieux ou tu continues de butiner de filles en filles? » Marie-Hélène se moque : « De filles en filles… Justine, tu es tellement fleur bleue, je n’ai juste pas envie du couple. »

Fred se joint à la conversation. « Alors, on continue sur le thème du bonheur? » Justine rétorque : « Oui, le bonheur du badinage amoureux de Marie-Hélène. » «Intéressant, alors c’est quoi la théorie? » Marie-Hélène se sent interpellée, son auditoire n’attend qu’une explication et elle adore ça. « Bon, il n’y a rien d’exceptionnel, je trouve mon bonheur dans mes rencontres qui peuvent être de quelques heures comme de quelques jours, ou parfois même sporadiques, je ne rêve ni du couple et encore moins de l’engagement qui vient avec le concept. » Fred intervient : « Mais, attends, tu ne tombes jamais amoureuse? Tu ne rencontres pas de filles qui te… comment dire… » Marie-Hélène enchaîne : « Oui, évidemment, je vis tous les hauts des premiers instants, le cœur qui bat plus vite, mais je n’ai aucun besoin des attaches, des statuts, des comptes à rendre, je préfère la liber-té, sans contraintes, je suis bien ainsi. » Justine la taquine. « Ma chère Marie, on dirait que pour toi le couple, c’est une espèce de prison, on peut aussi triper longtemps à deux. » « Je sais et je ne remets pas ça en question, je trouve ça super, tu es en couple avec ta belle Ève et vous êtes heureuses, il n’y a pas de livre de règlements, moi, je n’attends rien de personne et l’inverse est aussi vrai, je ne veux pas de fausses promesses et je n’en fais pas. » Justine sourit. « Je sais. »

Pendant que la conversation continue sur le bonheur en solo, à deux ou à plusieurs, les filles reviennent au bar, encore plus sur le party. Marie-Hélène se fait littéralement cruiser par les deux blondes qui semblent être prêtes à passer une longue nuit. Elles entraînent Marie-Hélène sur la piste de danse. Fred dit : «Elle est cool, brillante et très belle, ton amie. » « Oui, c’est une fille super, je te l’avais dit, toujours heureuse, elle n’a besoin de personne… sauf de ses amies! » Les deux restent là à regarder Marie-liberté s’éclater.

Une heure plus tard, Marie-Hélène revient voir Justine. « Ouf! Quelle soirée, c’est intense, mais je pense que je vais rentrer bientôt. » « Déjà? Il me semble que c’est tôt, et tu pars avec quelqu’un? » Marie fait non de la tête avec ses yeux rieurs. « J’ai envie d’être toute seule ce soir, un bonheur solitaire.» Elles se di-sent au revoir et Justine la regarde s’en aller quand une des deux blondes rebondit au bar. « Est-ce que Marie-Hélène est partie? » « Oui. » « Ça fait longtemps? » « Non, tout juste. » La blonde court vers la sortie pour la retrouver.

Non, Marie-Hélène ne passera pas la nuit seule finalement. Pendant que Justine ira se blottir contre sa blonde, son amie s’endormira dans les bras d’une nouvelle rencontre.

Non il n’y a pas de livre de règlements : à chacune son rythme, ses aspirations et ses bonheurs.