Mado est au Boutte - Quoi, elle rénove???

Réno-Mado

Mado Lamotte
Commentaires

Ça fait déjà 3 ans que je suis propriétaire de mon loft et ça fait depuis le premier jour que je me promets de refaire ma salle de bain. Mais vous savez comment c’est. On finit toujours par avoir des dizaines de bonnes excuses pour remettre à plus tard et le temps file sans qu’on aperçoive l’ombre d’une rénovation.


« Pas maintenant, c’est l’été, je travaille sans arrêt et j’aimerais profiter de mes rares journées de congé, à l’automne ce sera mieux ». Évidemment, rendue à l’automne, comme je vais généralement faire des spectacles à Paris, je suis dans les répétitions et les préparatifs de voyage par dessus la tête donc pas question de m’embarquer dans des rénovations qui ne seront pas finies avant mon départ. Novembre arrive sans que je me sois aperçue qu’y’a pus une feuille dans les arbres et je voudrais bien me mettre à la tâche, mais c’est la saison des partys de bureau qui commence, suivie par le temps des fêtes, les soupers de famille, les soirées entre amis et les mille et un partys du jour de l’an. Donc il est hors de question que je m’engage dans des travaux de rénovation alors que je dois me concentrer sur mes spectacles et m’assurer que la maison soit impeccable pour recevoir la visite. Naturellement, je m’en voudrai à mort parce que ça faisait depuis le début de l’été que je promettais à mes amis que ma nouvelle salle de bain serait prête, sans fautes, pour le temps des fêtes. « Vous allez voir comme ça va avoir changé quand vous viendrez souper à Noël! ». Ben oui, c’est beau rêver, la seule affaire qu’y’a changé pendant les six premiers mois dans mon nouveau loft c’est le divan que j’ai bougé de place trois fois. « Un peu plus à gauche, non un peu plus à droite, non c’était plus beau ousqu’y’était au début! ». Mais je perds pas courage, une fois le temps des fêtes fini, je suis convaincue que c’est là que ça va se passer. C ‘est fou comme on est optimiste et plein de bonne volonté avant d’accomplir de gros projets. Comme de janvier à avril je suis pas mal moins occupée, j’me dis que c’est certain que je vais avoir le temps d’entreprendre mes travaux de rénovations. Bon, on va quand même éliminer le mois de janvier parce que ça me prend un bon deux semaines pour récupérer de tous les partys du temps des fêtes et surtout, parce que j’ai pas vraiment fini de faire le party étant donné que ma fête est pas très loin à la fin janvier. Et je voudrais surtout pas me ramasser avec un appartement plein de poussière et de barda en plein pendant ma semaine de fête. Et à bien y penser, on va aussi oublier le mois de février parce qu’il y a juste 28 jours pis comme je pars souvent en vacances vers le milieu de février il est impensable que je revien-ne de vacances avec un bordel dans la maison. Et de toute façon, je veux être là pour superviser les travaux pour ne pas me ramasser avec des tuyaux de douche branchés sur la laveuse. Y reste donc les mois de mars et avril pour m’assurer d’avoir une nouvelle salle de bain à mon goût avant que l’été s’installe et que je sois encore trop occupée pour entreprendre quelques travaux que ce soit. Mais tous ceux qui ont déjà joué aux anges de la décoration savent très bien que si on veut faire une belle job il faut s’y prendre d’avance. Comme je n’ai aucun espèce de talent en décoration autre que de me peinturer la face, je passerai tout le mois de mars à chercher parmi mes connaissances en demandant à gauche et à droite, ou sur le coin d’un bar, si quelqu’un connaitrait pas par hasard un expert en rénovations qui pourrait retaper ma salle de bain. C’est là que j’ai réalisé que tout l’monde semble s’y connaitre en décoration d’intérieur. «Ah ben moi si j’étais toi je ferais comme ça, non tu devrais faire comme ça, non comme ça mais attends-toi à dépenser une fortune, moi j’connais quelqu’un qui peut te faire ça pas cher, j’te dis t’en as au moins pour un mois de bordel dans ta maison, et patati et patata… » mais quand c’est le temps de passer à l’action, j’vous dis que les retours d’appels et de textos se font plutôt rares. Si j’avais pas peur de me ramasser avec des coquillages faits au pochoir sur mes murs et une jupe en frou frou rose autour de mon bol de toilette, ça fait longtemps que j’aurais appelé « Lynda Tremblay décoratrice » mais j’ai comme pas envie d’une salle de bain qui pourrait fitter dans le décor du Village de Nathalie. Et il est hors de question que je laisse l’équipe de Décore ta Vie rentrer chez nous. Des plans pour que la planète me juge parce que j’ai pas de sécheuse. « Hein? Quoi ? T’as pas de sécheuse?? » Ben non, pis j’en ai jamais eue! Pis j’ai pas le câble non plus, pis j’ai pas de ligne en attente ni d’afficheur, j’prends mes messages sur un répondeur pis j’lave encore ma vaisselle à mains. Est-ce que je peux faire plus Cro-Magnon que ça!! Pour en revenir à mon histoire de rénos, on est donc rendu à la fin du mois de mars, je ne compte plus les offres sans lendemain et les rendez-vous manqués, je suis sur le bord de vomir à chaque fois que je mets le pied dans ma salle de bain que j’haïs et c’est par un beau dimanche de Pâques avec l’arrivée des premiers beaux jours du printemps, entre deux shooters au bar à Jérôme au Stud, que j’ai finalement réussi à trouver un ami décorateur d’intérieur (pardon, designer d’intérieur) qui s’est offert pour la conception de ma salle de bain. « Hein t’es designer d’intérieur? Depuis quand? 5 ans!! Viarge André, ça fait 15 ans qu’on se connait pis tu m’as jamais dit ça! » Pour faire une histoire courte, on est donc ren-du au mois d’avril… avril 2013, deux ans plus tard, pis je vais enfin avoir une nouvelle salle de bain! Chu énervée comme une boulimique devant un comptoir de crème glacée. Mais pour une fois mes chéris, le résultat en valait l’atten-te. C’est pas une nouvelle salle de bain que j’aie, c’est un spa norvégien, un sauna finlandais, un chalet scandinave. J’vous mens pas, j’ai quasiment dormi dans ma douche le premier soir tellement c’est chaleureux et invitant à la détente. Et y’as-tu rien de plus agréable qu’une douche pluie ? Après une dure soirée de travail, j’me couche à terre, sur le caillebotis en bois, je ferme les yeux et je m’imagine sous une chute d’eaux thermales aux iles Fidji. C’est magique, j’me croirais dans une scène du film Le Lagon Bleu. Maintenant je n’aurai plus besoin d’aller au sauna pour me laver! Parce que c’est l’unique raison pour laquelle je vais au sauna! Et je ne vous parle pas du beau contracteur qui a réalisé ce petit chef d’œuvre là. Au delà de mes espérances. Comme je l’aurais imaginé en rêve. Cute à mort, fin comme c’est pas permis, hétérosexuel, mais pas trop, travaillant comme un bâtisseur de cathédrale et minutieux comme un moine bouddhiste qui dessine sur des grains de riz. Et pour une fois que quelqu’un respecte les délais, j’étais presque déçue qu’il ne prenne pas deux semaines de plus comme c’est souvent le cas. Mais quel dommage que la craque du plombier ne fut pas aussi empreinte de sexyness car si on ajoute le bel électricien poilu avec ses grosses mains râpeuses qui complétait l’équipe, j’aurais eu le parfait trio McDo pour m’exciter le filet de poisson. Deux sur trois c’est quand même une bonne moyenne au bâton. Bon ben asteur, comme m’a fait réaliser Sandra ma femme de ménage, va falloir que je refasse mon loft au grand complet parce qu’il fitte pus pantoute avec ma nouvelle salle de bain. Mais si ce n’est que pour revoir le beau David suer à grosses gouttes sous mes yeux de biche pâmée, je dis, au yable la dépense, j’rembourserai mon hypothèque dans 50 ans! Oh yeah baby, viens me rénover l’intérieur, j’ai un tuyau qui coule pis un renvoi d’évier à déboucher!



2 reines valent mieux qu’une

J’aimerais souhaiter un joyeux 25 ans de carrière à deux incontournables reines de notre beau Village, Nana et Michel Dorion. Je vous lève ma perruque chères dames royales et vous exprime toute mon admiration pour ces 25 belles années de loyaux services au sein de la communauté gaie. C’est pour moi un immense bonheur de participer à cette belle aventure avec vous depuis toutes ces années. Mais surtout, c’est un grand privilège d’évoluer aux côtés de personnes aussi dévouées au métier que nous exerçons et de côtoyer des divas aussi attachantes que vous mes chéries. Long Live the Queens!