Vigile pacifique devant le consulat de Russie

Se faire entendre haut et fort !

André-Constantin Passiour
Commentaires
Ils étaient entre 1 000 et 1 500 personnes à avoir bravé la pluie pour manifester leur solidarité envers les LGBT de Russie et entendre des discours des membres de Fierté Montréal qui ont organisé l’événement, le 13 août, à partir de 20h30. Des adolescents aux septuagénaires, les LGBT québécois étaient venus par dizaines envahir cette rue du Musée normalement paisible en face du consulat général de Russie. Il faut rappeler qu’il y a quelques semaines, le gouvernement russe a adopté une série de mesures interdisant la «propagande» homosexuelle «afin de protéger les enfants». On ne peut même plus ainsi arborer le drapeau arc-en-ciel ou parler d’acceptation de l’orientation sexuelle. Des amendes et des peines de prison sont prévues, de même que l’expulsion dans le cas d’étrangers ou de touristes LGBT.

Malgré la pluie qui tombait de manière drue par moments, armés de parapluies colorés et de drapeaux aux teintes de l’arc-en-ciel, chandelles à la main, les participants ont tantôt applaudi tantôt chahuté selon les propos qui étaient véhiculés ce soir-là. On pouvait lire aussi sur les pancartes «Poutine assassin» ou encore «Protest Russian Homophobia». «On va faire ça pacifiquement [la vigile], mais on va la faire avec des messages et on va les crier fort», a dit avec vigueur Jean-Sébastien Boudreault, le vice-président de Fierté Montréal applaudi chaudement.

Alors que le thème des célébrations de la Fierté de 2013 est le rouge, Éric Pineault, le président de Fierté Montréal, a dit qu’il portait «le noir, parce que je suis triste ce soir de voir ce qui se passe en Russie». «Je dis à M. Poutine, «reculez !», parce que la communauté LGBT internationale ne reculera pas !», a lancé M. Pineault sous un tonnerre d’applaudissements. Les coprésidents d’honneur, Gilbert Baker, l’inventeur de la bannière arc-en-ciel, Jej Perfekcyjnosc, le porte-parole transgenre de la Fierté de Varsovie, et la Dre Karine Igartua, la cofondatrice du Centre d’orientation sexuelle de l’Université McGill, sont chacun monté à leur tour sur le podium pour dénoncer les politiques russes anti gaies.

Gilbert Baker a harangué la foule en remerciant, tout d’abord, les LGBT montréalais pour s’être déplacés si nombreux malgré cette soirée pluvieuse. «Il y a eu des manifestations à Londres, à Paris, à New York, à San Francico, à Vancouver, à Toronto et maintenant Montréal, c’est un mouvement mondial qui est enclenché ici […] pour faire respecter les droits des LGBT qui sont ainsi bafoués. La lutte ne fait que commencer ! Alors que le Canada a adopté depuis un bon moment le mariage [pour les conjoints de même sexe] et que l’on commençait à entrevoir la même chose aux Etats-Unis, voici que cela nous arrive en Russie, c’est terrible. Mais notre mouvement est né de la rage et de se faire bafouer nos droits, cela ne fait que commencer et nous nous ferons entendre […]», a souligné M. Baker chaleureusement applaudi par le public.

Par la suite, un texte a été lu en russe afin de faire passer le message et de sensibiliser les autorités et la population de cette nation.

Après quoi, en solidarité avec les LGBT de Russie, on a demandé une minute de silence qui fut respectée religieusement alors qu’on n’entendait que le bruit de la génératrice de l’équipement technique. Après quoi, musique et chansons ont égayé l’ambiance alors qu’on s’est mis à taper des mains et fredonner allégrement…

Le mot de la fin, c’est Éric Pineault qui l’a donné : «Après ce soir, on ne me dira pas qu’on n’a pas besoin d’un défilé ! Les LGBT sont là ce soir et plus forts que jamais !», a-t-il lancé. M. Pineault a invité les gens rassemblés à participer au défilé de dimanche prochain, le 18 août, «et amenez toutes vos pancartes, Poutine, tu n’as pas fini avec nous car nous serons encore très nombreux !», a-t-il hurlé.

Devant l’estrade, on pouvait apercevoir, entre autres, le candidat à la mairie de Montréal, Denis Coderre, ainsi que son candidat dans le district de Saint-Jacques, l’ex-journaliste de Radio-Canada Philippe Schnobb.

Près d’une dizaine d’autos de l’escouade d’intervention (anti émeute) de la police étaient sur les lieux mais, en final, les policiers n’ont eu qu’à diriger la circulation lors du départ de ces centaines de personnes, le tout s’étant déroulé dans le calme absolu…

 
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Bravo pour cette solidarité. J'étais en voyage au moment de la manif sinon j'aurais été parmi vous. Je serai au défilé gay dimanche et je manifesterai à vos côtés. Publié le 16/08/2013
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Bravo pour cette solidarité. J'étais en voyage au moment de la manif sinon j'aurais été parmi vous. Je serai au défilé gay dimanche et je manifesterai à vos côtés. Publié le 16/08/2013