De séduction et de fétichisme

Derek Parker

Marc Antonios
Commentaires
Pour certains, Derek Parker sera de la scène mémorable de sextet (oui, oui, c’était prédestiné on dirait!) dans Fucked Up (Raging Stallion), avec ses acolytes Jimmy Durano, Drake Jaden, Trey Turner, Jessie Colter et Mathew Mason… C’était en mars 2012. Il s’agissait de son tout premier tableau avec ce studio. Il avait tellement impressionné Chris Ward, le grand manitou, que celui-ci l’a engagé sur le champ ! C’est qu’avec ses biceps, ses épaules solides, une barbe fournie de teinte brun roux, du poil, des tatouages et des mamelons percés, il représente bien le caractère hyper viril véhiculé par Raging Stallion ! Entre mars 2012 et février 2013, Derek Parker, à été d’au moins douze titres de cette maison-phare de la porno gaie américaine ! High Voltage, Pure Sex, Revved Up, Explosive, Fucked Hard (une scène très torride avec Leo Forte), entre autres, ont suivi de même que quelques scènes web. Récemment, le réalisateur émérite Christian Owen a requis son corps et sa personnalité pour deux productions des studios Hot House, The Dom et Tools Of The Trade. En début d’année, Cybersocket a désigné ce sexy jeune homme de 28 ans comme étant «la meilleure nouvelle recrue de l’industrie», lors des Cybersocket Awards et il était en nomination aux Grabby Awards le dernier week-end de mai (à Chicago), là encore, en tant que meilleur «nouveau venu» (Best newcummer). Bien que cela soit dommage qu’il n’ait pas remporté ce trophée, il est tout de même reparti avec le prix de la meilleure scène de sexe en groupe pour The Dom, avec ses confrères Tate Ryder et Jake Genesis.

Ce beau châtain roux aux yeux couleur noisette mesure 5 pi. et 9 po. et pèsent 165 lbs, il arbore un membre de 7 po. circoncis. Si ce résidant de la Californie a été sous contrat avec Raging Stallion l’an passé, Derek Parker est maintenant totalement libre comme l’air et semble l’apprécier grandement. Comme un papillon, il voltige de sites web en studios, parsemant sa touche à la fois masculine et tendre… Parfois, il fait partie de la distribution de films à thématique plus ciblée de fétichisme, de militaires, de gars de métiers de la construction, etc. Bref, des rôles de mâle parmi les mâles… Selon ParagonMen.com, Derek Parker est l’un des acteurs les plus gentils de l’industrie, il aime faire du vélo, se faire dorer au soleil, c’est un «meat & potatoe man»,comme disent les Américains… En plus de ParagonMen.com, Parker a été embrigadé par des sites tels que DirtyTony.com, CocksureMen.com (avec Mike De Marko), HighPerformanceMen.com (un solo puis un 2e épisode avec l’autre mâle en puissance qu’est CJ Madison). Il était aussi du 5e épisode de la troisième saison de So You Think You Can Fuck (SYTYCF), de DominicFord.com, en compagnie du sulfureux Topher DiMaggio.

Voici donc l’entretien que ZIP a réalisé avec le super agréable Derek Parker alors qu’il
quittait la Ville des vents, Chicago, après la remise des Grabby Awards justement.

Peut-être que l’on pourrait commencer l’entrevue par ce prix du «meilleur nouvel acteur» que tu as reçu de Cybersocket. Comment est-ce qu’on se sent en recevant un tel prix et qu’est-ce que ça change pour un acteur ?

Eh bien, pour moi, c’était une totale surprise. Je ne m’attendais vraiment pas à ce que ce soit moi qui reçoive ce prix. En tant qu’acteur, cela signifie que j’ai fait un grand bout de chemin et que j’ai accompli bien des choses en un an de carrière.

Félicitations puisque tu as également remporté un prix aux Grabbys dans la catégorie «meilleure scène en groupe» pour The Dom !

Merci, ça aussi c’était une surprise. J’étais en nomination pour d’autres catégories, mais cela fait plaisir d’avoir gagné dans cette section-là des Grabby Awards.

Justement parlons de ces films que tu as fait avec Hot House, comme Tools of the Trade et The Dom, qui sont plutôt des productions à thématique fétichiste. Es-tu un acteur qui préfère ce genre de films, un acteur avec l’attitude et le look du «gars tough» ?

Non, pas du tout ! En fait, je suis tout le contraire ! En dehors des tournages, je suis plutôt quelqu’un de très relaxe, de très réaliste. Je ne suis pas trop du type cuir ces jours-ci.

Mais même pour Raging Stallion Studios, tu as aussi joué dans des scènes de thèmes vraiment plus masculins, virils. Est-ce que cela ne représente pas également, un genre de films que tu aimes ? Non ?

Eh bien, je peux m’adapter à n’importe quelle scène. Oui, sexuellement, je préfère un mec d’un style plus masculin. Mais je peux aussi être du type à vouloir dominer un twink et c’est d’ailleurs l’autre trait de ma personnalité et j’adore ça. En fait, je suis très polyvalent.

ParagonMen.com, HighPerformanceMen.com et DirtyTony.com ne sont que quelques sites pour lesquels tu as travaillé. Mais dis-moi, dans combien d’épisodes web tu as joué et comment tu arrives à t’y retrouver à chaque fois pour rentrer dans le jeu de chacun ?

Oui, c’est incroyable ! J’ai fait plus de scènes web que d’autre chose en un an. Avec Gayroom.com et Manroyale.com, je crois que j’ai certainement joué dans plus de 50 scènes. Ils m’ont tenu très, très occupé, ce qui est plutôt bien ! (rires)



Parmi tes scènes, tu as joué dans un des épisodes de la série web So You Think You Can Fuck, avec Topher DiMaggio, pour le site DominicFord.com, comment ça s’est déroulé pour toi ? Quelle expérience en tires-tu et est-ce que tu referais une scène pour une web-réalité du genre ?

Comment je pourrais dire… que d’être coupé comme ça de la civilisation [pendant quelque temps], je ne sais pas, cela m’a rendu très inconfortable, c’était un peu fou. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, mais si l’occasion se présente de refaire un truc du genre, je vais sérieusement y penser à deux fois avant de m’y embarquer…

De nos jours, certains acteurs ne font que du web, d’autres font à la fois du web et participent à des productions DVD de haute qualité. Y a-t-il une différence entre les deux et est-ce que l’acteur se donne tout autant à l’un que l’autre ?

Eh bien, chacun a son style de production qui lui est propre. Chaque studio possède sa manière de fonctionner et qui est tout aussi plaisante. Je crois définitivement qu’un acteur se donne tout autant parce que le principe est simple, il s’agit d’y injecter toute son énergie et de rendre la chose la plus plaisante que possible.

Mais dis-moi un peu, comment as-tu décidé de faire de la porno et où as-tu commencé exactement ?

C’est en parlant à l’un de mes amis que j’ai décidé de faire de la porno. Il m’a donné les coordonnées de responsables chez Raging Stallion. Je les ai contacté en décembre 2011 et en janvier 2012, je jouais dans ma toute première scène porno !

Et qu’est-ce que Derek Parker fait en dehors de la porno ?

Eh bien, Derek Parker adore manger, je vais au gym, j’aime me retrouver avec mes amis et je suis escorte pour RentBoy.com, également.

Selon ParagonMen.com, tu est une des porn stars des plus gentilles de l’industrie et tu es un «Meat & Potato all American Boy»! Est-ce que cela décrit bien Derek Parker ?

Ah mon Dieu ! Eh bien merci infiniment à ParagonMen.com, mais toi aussi tu es très gentil et un homme agréable… Bon, eh bien c’est vrai que j’aime la viande, le steak, mais aussi du poulet, de l’agneau, des glucides [pains, pâtes, etc.] ! Et que dire de la crème glacée que j’adore en dessert… C’est mon péché mignon…

Jusqu’à présent, quelle a été ton expérience dans la porno ?

En général, mon expérience dans l’industrie en est une qui est positive, les gens m’ont très bien accueilli, on y rencontre des gens très attentionnés,mais cela m’est arrivé de voir aussi des gens pas très sympas…

Pour revenir aux scènes fétichistes, jusqu’où es-tu prêt à aller, ferais-tu des choses encore plus kinky, où se situe ta limite ?

En le faisant, j’ai appris beaucoup sur moi, que le plus j’en fais, le plus j’aime repousser ces limites, qu’elles soient étirées jusqu’à un certain point que je n’aurais pas cru en être capable au départ. Et, devant la caméra, cela donne de bons résultats et c’était aussi très hot, je dois bien l’avouer.

Mais y a-t-il d’autres thèmes, d’autres fantasmes que tu aimerais explorer ?

Je n’ai pas encore fait partie d’un gangbang dans lequel je suis le bottom, donc oui, j’aimerais bien expérimenter ce fantasme-là.

On a dit plus tôt que tu avais tourné cette belle scène de trio avec Jake Genesis et Tate Ryder dans The Dom, est-ce ton genre de fantasme et comment cette scène s’est-elle déroulée ?

Cette scène s’est très, très bien passée et je crois qu’on peut voir le résultat avec ce prix qu’elle a gagné dans la section de sexe en groupe aux Grabby Awards. Oui, vraiment, je referai une scène comme celle-ci n’importe quand !

Tu sembles être plus top, mais tu as l’air aussi d’apprécier de devenir bottom parfois, comme dans Tools of the Trade par exemple, non ? Est-ce que tu préfères plus l’un que l’autre ou est-ce que les deux t’attirent ?

Cela dépend de l’autre gars ou de mon humeur, je peux m’adapter à l’un comme à l’autre. Franchement, je préfère être bottom, mais j’aime aussi parfois dominer l’autre et lui dire ce que j’aimerais qu’il me fasse.

Et quel est ton type d’homme ?

Mon genre de mec se doit d’être polyvalent, masculin, hot et bien membré. Je peux être attiré autant par un gars étranger, un Latino qu’un blanc.

Et quelle est ta position préférée Derek ?

Soit la position à quatre pattes (doggy style) ou assurément celle du missionnaire…

Quels sont tes projets pour cet été, est-ce que tu fais des tournées de promotion, dans des célébrations de la Fierté par exemple ?

Je retourne au Nob Hill Theatre [un célèbre cinéma et club de danseurs nus avec des spectacles d’acteurs pornos], à San Francisco, durant la fin de semaine de Dore Alley [une foire fétiche], en juin prochain. Même s’il n’y a rien de coulé dans le béton en ce moment, je suis sûr qu’il y aura d’autres acti-vités au cours de l’été.

Tu as été un exclusif de Raging Stallion pendant plusieurs mois, mais tu es à présent ce qu’on peut considérer être un «indépendant». Quel est l’avantage pour toi d’être devenu indépendant et, si on te le demandait, signerais-tu un autre contrat ?

Bien sûr qu’il y a des avantages d’être indépendant. Il y a, d’abord, plus d’argent et plus de projets sont offerts à un performeur [indépendant]. Si on me le demandait, peut-être que je serai prêt à reconsidé-rer ma situation, mais probablement plus tard dans ma carrière. Je pourrais alors signer à nouveau un contrat.

Pour conclure cette entrevue, je dois absolument te poser une question sur tes tatouages. Il y a des fleurs, des inscriptions en chinois, des fils barbelés ou quelque chose du genre, deux mains jointes en prière ainsi qu’une large bande qui dit FREEDOM (liberté) ? Ont-ils une signification, qu’est-ce que cela représente pour toi ?

Oui, la plupart de ces tatouages ont une grande si-gnification. Les mains jointes qui prient sont là pour ma grand-mère décédée, il y a deux ans. Le grand «Liberté» représente ma libération face à la drogue, au crystal meth, dont j’étais dépendant à un certain moment de ma vie. Quant aux symboles chinois, ceux-ci désignent le bonheur, l’amour, la santé, la richesse et la beauté !

Merci beaucoup pour cet entretien Derek, c’est très gentil de ta part, ce fut très intéressant.

Mais tout le plaisir est pour moi, c’est vous qui êtes si fin de m’avoir dans votre revue.l

www.queerclick.com
store.ragingstallion.com




Vidéographie (partielle)

Raging Stallion Studios
• Fucked Up (mars 2012)
• All The Way (mai 2012)
• High Voltage (juin 2012)
• Pure Sex (juin 2012)
• Revved Up (juil. 2012)
• Explosive (août 2012)
• In Yer face (sept. 2012)
• Fucked Hard (oct. 2012)
• Sounding # 8 (oct. 2012)
• Stripped # 1 – Make It Rain (oct. 2012)
• Fucked Hard Cock Craze (déc. 2012)
• Chris Ward’s Masterstrokes, Vol. 9 – Tattooed Men,
Part 2 (fév. 2013) qui comprend la scène d’orgie de
Fucked Up

Hot House Entertainment
• Tools Of The Trade (fin 2012)
• The Dom (2013)