Italie

Les homosexuels placent de grands espoirs dans le gouvernement Letta

Hector Cartier
Commentaires
Les principales organisations homosexuelles italiennes ont dit jeudi nourrir de « grands espoirs » à l'égard du nouveau gouvernement Letta, après la présentation par un groupe de parlementaires d'un projet de loi contre l'homophobie. « La société avance, les jeunes ont dépassé l'idée que l'homosexualité serait une chose négative. Le gouvernement est jeune et comprend plusieurs femmes. En plus cela ne lui coûte pas grand-chose de faire quelque chose contre l'homophobie » a estimé devant la presse Imma Battaglia, responsable de Gay Project.

Jeudi, 221 députés de gauche et du centre ont signé un projet de loi qui vise à inclure la discrimination de l'orientation sexuelle dans une loi qui condamne déjà l'incitation à la haine raciale, ethnique et religieuse.

« Les statistiques démontrent que la plupart des Italiens pensent que les homosexuels n'ont pas assez de droits, mais il y a une partie de la classe politique, surtout de droite, qui n'a aucune envie de changer les choses », a expliqué Aurelio Mancuso, président de l'association Italie équité.

Ces organisations étaient réunies devant la presse pour présenter l'initiative « les homosexuels en exil: le cas des îles Tremiti », qui prévoit la pose d'une plaque et d'autres cérémonies dans ces îles de l'Adriatique, du 7 au 9 juin.

« Pendant le fascisme, 300 personnes ont été arrêtées et exilées (entre 1939 et 1945, mais personne n'en parle jamais. J'ai passé 20 ans de ma vie à essayer de comprendre ce qui s'était passé et je n'ai pas encore compris pourquoi l'histoire nous a oubliés », a expliqué Gianfranco Goretti, auteur du livre « La ville et l'île. Homosexuels en exil pendant l'Italie fasciste ».

« Aujourd'hui encore (...)il y a une tentative d'oublier toutes les violences que les homosexuels ont subies », a dénoncé l'ancien député transsexuel Vladimir Luxuria.

« C'est scandaleux qu'en Italie, il n'existe pas encore de loi qui punit ces discriminations. Les sondages montrent que la plupart des Italiens y sont favorables, mais pendant la dernière législature rien n'a été fait à cause de la droite et de certains catholiques », a renchéri le député Alessandro Zan, parmi les auteurs du projet de loi.

Gianfranco Goretti, vice-président de l'association Familles arc-en-ciel, a été plus loin appelant le nouveau gouvernement à reconnaître le mariage homosexuel et « les devoirs des parents homosexuels envers leurs enfants ».

Tout récemment, l'élargissement de l'assurance médicale aux compagnes et compagnons (y compris de même sexe) des députés a suscité des protestations de la communauté gaie qui a accusé les politiciens d'avoir gagné des droits dont eux, au contraire, ne peuvent pas disposer.
(Source AFP)