Rencontre des commerçants de la rue Amherst

Une première qui augure bien !

André-Constantin Passiour
Commentaires
Le mercredi 17 avril, à la demande du Dr Marc Raper, le chirurgien dentiste de la Galerie Dentaire, environ une dizaine de marchands de cette artère se sont rencontrés pour échanger. C’est que, le 4 avril dernier, le Dr Marc Raper et Ghislain Rousseau, le copropriétaire de la boutique Fétiche Armada, ont été élus au conseil d’administration de la Société de développement commercial (SDC) du Village. Il s’agit ainsi de travailler ensemble pour améliorer la visibilité de la rue, d’augmenter son achalandage et attirer de nouveaux commerces. Le Dr Marc Raper prend son rôle de membre du conseil d’administration très au sérieux. « Cela fait des années maintenant que je voulais m’impliquer pour faire quelque chose pour cette rue et ses marchands, à présent, je me considère non seulement comme le représentant des commerçants de la rue Amherst, mais aussi comme quelqu’un qui veut améliorer ce qui se fait et embellir cette rue parce qu’il y a là des choses très intéressantes », déclare-t-il aux marchands réunis pour l’occasion en cette fin d’après-midi ensoleillée de début de printemps.

« Il s’agit d’une première rencontre, d’un premier contact entre nous et pour voir si vous êtes intéressés à travailler ensemble pour la rue », a poursuivi le Dr Raper dont la Galerie Dentaire célèbrera son dixième anniversaire cet été. On pouvait voir, entre autres, les représentants du café pâtisserie De Farine et d’Eau Fraîche, de la quincaillerie Les Décorateurs de Montréal, de la boutique de mobilier Pouf-Pouf et cie, de l’Auberge l’Un et l’Autre ou encore des studios d’enregistrement de musique…



Déjà, avec cette première réunion, on pouvait constater la volonté collective d’embellissement de la rue, d’étendre le territoire de la SDC jusqu’à Sherbrooke – puisqu’elle s’arrête en ce moment à la rue Robin – et d’étudier les diverses possibilités d’accroître la visibilité de cette artère qui, trop souvent, passe inaperçue.

Tout le monde est tombé d’accord sur le fait que cette rue qui possède déjà plusieurs commerces d’orientation culturelle et design pourrait, d’une manière ou l’autre, faire le pont avec le Marché Saint-Jacques, l’Écomusée du fier monde et la galerie d’art Zéphyr, entre autres pour la mettre encore plus en valeur. Même si, pour l’instant, le territoire de la SDC ne comprend pas ces établissements, les marchands réunis se disaient en faveur « d’entrevoir une certaine collaboration » à tout le moins « puisque la rue, elle, continue et ne s’arrête pas à Robin » ! Ce qui est de la logique même !

Parmi les nombreux sujets abordés lors de cette courte rencontre, le changement de nom de la rue ! C’est qu’il y a de plus en plus une controverse entourant le nom de cette artère dû au fait que certains historiens croient que le général britannique Jeffery Amherst aurait été un des premiers à utiliser une « arme de destruction massive » en propageant la variole (petite vérole), en 1764, au sein de la tribu des Amérindiens Delaware, décimant ainsi les membres de cette communauté… Certains des marchands ont suggéré le très joli vocable de « rue du Quai de l’Horloge » ! Un peu long, mais poétique et très évocateur !



On prévoit une autre rencontre sous peu avec encore plus de marchands cette fois-ci… « Il s’agit de voir quelles sont les idées des gens, de faire un tri, de voir ce qui est réalisable, mais c’est comme ça que naissent souvent les bonnes idées et les concepts intéressants », d’ajouter le Dr Marc Raper qui était enchanté de constater la participation des gens.



Photos : Richard Traversy

 
Voir les archives

Anciens commentaires

  • J'espère que la partie au sud de Ste-Catherine va avoir droit au même traitement beauté qui a été fait au reste de la rue il y a déjà quelques années, soit l'élargissement des trottoirs et la plantation d'arbres. C'est ce qui a fait revivre cette artère et a donné envie de la fréquenter. Publié le 27/04/2013
  • Effectivement, la rue a besoin de verdure! Publié le 30/04/2013
Voir les archives

Anciens commentaires

  • J'espère que la partie au sud de Ste-Catherine va avoir droit au même traitement beauté qui a été fait au reste de la rue il y a déjà quelques années, soit l'élargissement des trottoirs et la plantation d'arbres. C'est ce qui a fait revivre cette artère et a donné envie de la fréquenter. Publié le 27/04/2013
  • Effectivement, la rue a besoin de verdure! Publié le 30/04/2013