WiFi gratuit dans le Village – Phase 2

Encore plus d’efficacité et de puissance

André-Constantin Passiour
Commentaires
Depuis 2006, la Société de développement commercial du Village (SDC) offre l’Internet gratuit dans plusieurs établissements (restaurants, cafés, bars, etc.). Mais voilà, la technologie et les besoins évoluant rapidement, cela datait déjà. La SDC a donc, toujours en collaboration avec Île Sans Fil, débuté une mise à jour du système de bornes wifi dans le Village. On l’améliore et le rehausse pour permettre une meilleure réception et offrir aux internautes d’être plus nombreux en ligne en même temps.. On augmente ainsi le nombre de «bornes» pour une couverture accrue du secteur du Village, et ce toujours gratuitement pour la clientèle du Village. Que cet espace soit WiFi et gratuit en 2006, «c’était à l’avant garde à l’époque, la SDC du Village faisait office d’avant-gardiste à ce moment-là», dit André Boisvert, le directeur général d’Île Sans Fil. «Pour être bien franc, en 2006 j’ignorais que la SDC du Village était avant-gardiste au niveau de l’offre de wifi gratuit à sa clientèle. Je pensais plutôt que nous étions en retard, car je voyais ce qui se faisait aux Étas-Unis et plus proche de nous à Québec et Sherbrooke. J’ai toujours compris que le wifi gratuit pour la clientèle du 21e siècle était l’équivalent des commerces qui investissaient dans la nouveauté de l’époque au 20e siècle, c’est-à-dire d’offrir un «environnement climatisé» pour le plus grand confort de leur clientèle. L’analogie pourra faire sourire certaines personnes plus âgées qui se souviennent de ces premiers commerces qui annon-çaient fièrement dans leurs vitrines: «Ici nous sommes climatisés», mais le principe demeure le même, soit d’offrir toujours plus de raisons aux consommateurs de choisir notre artère commerciale plutôt qu’une autre» d’expliquer Bernard Plante, le directeur général de la SDC du Village.

«Pour cette phase 2, nous nous devons de répondre à l’évolution de la demande au niveau du wifi gratuit, suite à l’explosion de la popularité des téléphones intelligents sur le marché depuis. En 2006, nous visions à répondre à la clientèle qui utilisait leur laptop dans les cafés et salles d’attentes des coiffeurs, dentistes,…donc surtout à l’intérieur de ce type de commerce dans le Village. Depuis la grande popularité des téléphones intelligents et l’ajout d’une soixantaine de terrasses dans le Village durant les 4 mois de la piétonisation AIRES LIBRES, qui ne cesse d’accroître en popularité depuis sa première édition à l’été 2008, nous nous devions de passer à la phase 2 et d’augmenter la capacité de notre réseau wifi gratuit, toujours en collaboration avec notre partenaire de la première heure «Île Sans Fil». Cette OBNL est gérée par des «petits génies» qui ont une vision très claire de ce que le wifi gratuit peut apporter au niveau du développement d’une métropole majeure comme Montréal» d’ajouter Bernard Plante.

Avec les multiples terrasses, l’été, grâce à la piétonnisation, de plus en plus de gens aiment s’y installer, siroter un bon café ou une bière bien froide, manger un petit quelque chose et, avec son «lap top et/ou téléphone intelligent» rester en contact avec leurs amis via les réseaux sociaux et ce, de par le vaste monde… On a parfois l’impression que cela se fait par magie ! Pas du tout. Cela nécessite l’installation d’antennes pour capter les signaux… même sous les «Boules Roses»… C’est ce qu’on appelle le WiFi. De plus, dans le Village il est gratuit pour le plus grand bonheur des utilisateurs qui ne cessent de croître! Oui, on peut rester en ligne toute la journée sans que cela coûte un sou ! En tout, plus de 300 000 utilisateurs utilisent le réseau d’Île Sans Fil. En janvier dernier, un mois très très tranquille, on à tout de même enregistré 1 757 connexions dans le secteur de la SDC du Village. Évidemment, en saison estivale, cela grimpe en flèche…

«À l'époque, en 2006, la mise en place du WiFi a nécessité l'installation de points d'accès. Aujourd'hui, nous sommes en train de procéder au renouvellement de ces points d'accès avec des équipements plus performants. Nous en profitons aussi pour en installer chez de nouveaux commerçants membres de la SDC qui acceptent d'accueillir un point d'accès. La SDC paye l'installation et l’équipement requis, le commerçant s'engage à fournir la connexion internet auprès du fournisseur de son choix (Bell, Vidéotron, Radioactif, Electronic Box, Cooptel, etc., le choix est large). La plupart de ces commerçants ont aussi des antennes qui pointent sur la rue Sainte-Catherine. Nous profitons du renouvellement pour améliorer grandement le service le long de cette rue. Lorsque nous aurons terminé au printemps, la totalité de la Sainte-Catherine, portion Village, sera couverte en WiFi public et gratuit», explique le coordonnateur technique et des bénévoles chez Île Sans Fil, Jackson Joseph-Eugène.

«De 26 bornes actuellement, après les travaux, nous dépasserons la trentaine d’antennes ce qui est quand même beaucoup. Chaque antenne couvre environ 200m, cela signifie que le système possèdera plus de puissance et que plus d’utilisateurs pourront être branchés au même moment», rajoute André Boisvert. Ainsi, la SDC offre le service et Île Sans Fil gère l’infrastructure. «Chez chaque commerçant participant, nous installons entre un et trois points d'accès. Chez certains marchands, par contre, nous allons aussi refaire le câblage réseau», souligne Jackson Joseph-Eugène.

Les équipements seront donc plus solides, plus robustes et plus efficaces. En passant par Île Sans Fil, l’internaute évite la création de comptes et bénéficie de filtre supplémentaire pour contrer le piratage et autres désagréments du genre.

Si la connexion est gratuite pour les internautes, et c’est tant mieux, le réseau WiFi, lui, ne l’est pas. Ce système demande un certain investissement de la part de la SDC du Village. Car, si cela attire la clientèle et participe au développement du quartier, cela n’en demande pas moins des déboursés pour les équipements et la gestion. «Ce service
additionnel que nous offrons à nos commerçants et à leur clientèle va en droite ligne avec la mission de développement commercial de la SDC du Village», d’ajouter M. Plante.

Île Sans Fil est partenaire non seulement de la SDC du Village, mais aussi d’autres SDC, qui ont suivi après le Village, d’arrondissements (Saint-Laurent, Saint-Michel ou encore le Plateau Mont-Royal, entre autres), d’organismes communautaires et culturels et de commerçants (des bistros, des cafés, etc.). «Tout cela, dans le but d’offrir toujours l’Internet de manière gratuite et au plus grand nombre possible, cela a toujours été la mission d’Île Sans Fil», poursuit M. Boisvert. Aujourd’hui, cette organisation couvre toutes les cafétérias du CHUM et sera, vraisemblablement, implanté dans les nouveaux bâtiments rattachés à ce centre hospitalier. «Donc on s’étend, ce qui est une excellente nouvelle pour Île Sans Fil puisque, au début, il n’y avait que des bénévoles mais, depuis quelques années maintenant, il y a des employés afin de mieux effectuer le service à la clientèle», continue le directeur général de cette entreprise. Pour les utilisateurs, s’ils désirent savoir ce qui se passe à Montréal, Île Sans Fil leur offre, sur la page d’accueil, le site www.murmitoyen.com, un calendrier montréalais d’événements culturels, scientifiques et citoyens.

www.unmondeunvillage.com
www.murmitoyen.com