Lancement du plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie 2011-2016

C’est le départ de «êtes-vous ouvert?»

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
« Même si je les ai vus plusieurs fois je suis à chaque fois ému quand je les revois », a commenté le ministre de la Justice du Québec, Bertrand St-Arnaud, après avoir présenté aux personnes présentes lors de la conférence de presse les deux spots publicitaires qui seront diffusés sur les grands réseaux télévisuels jusqu’à la fin mars. S’inscrivant dans les pas de ces prédéces-seurs libéraux, Bertrand St-Arnaud a présenté aussi le plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie dont son ministère a la responsabilité. Les principaux acteurs et actrices du milieu communautaire LGBT, dont certains ont travaillé depuis des années avec les ministres de la Justice pour aboutir à ce plan, étaient présents pour l’événement. Le ministre a rappelé combien le Québec s’était illustré sur la scène internationale dans le respect des droits et des libertés des personnes, faisant un rapide historique des changements majeurs pour les minorités sexuelles au Québec, jusqu’à aujourd’hui,avec ce plan d’action qui met à contribution les différents ministères et les différents secrétariats du gouvernement. « Le gouvernement précédent avait avancé une somme allouée à ce plan, cependant sans rentrer dans la politicaillerie nous devons tenir compte des finances publiques ce qui n’est pas si simple » a-t-il ajouté, laissant entendre qu’il faudra peut-être revoir à la baisse les subventions pour les prochaines années.

Bertrand St-Arnaud a tenu surtout à remercier les représentant-e-s du communautaire avec lequel il a travaillé depuis sa prise de fonction en automne dernier. En réponse aux questions des journalistes qui lui demandaient ce qu’il comptait faire pour que l’on accole transphobie au titre de la Journée nationale de lutte contre l’homophobie, ou encore que l’on facilite le changement de nom et de sexe sur les documents des personnes ayant fait une transition, le ministre s’est engagé à avancer dans ce dossier. Le ministre a souligné qu’il était évident que l’ajout de transphobie devait se faire. Tout comme, il s’est engagé à revoir les critères nécessaires, comme les chirurgies de réassignation sexuelle encore exigées aujourd’hui, pour obtenir les changements à l’État civil. « Actuellement, il y a un projet qui dans les prochaines semaines sera discuté au conseil des ministres concernant la confidentialité. Il n’y aura plus l’obligation qu’une personne qui a changé de sexe voit cette information divulguée par la Gazette officielle. Ensuite, il me semble important de réfléchir sur la question du changement de nom et de sexe à l’État civil. Mais en prenant mes fonctions, je ne pensais pas que la machine gouvernementale serait aussi lourde, même si j’en comprends les raisons », a confié le ministre en se félicitant que les partenaires communautaires aient préféré faire confiance au politique plutôt que de passer par le judiciaire. Il a conclu qu’il tenait à féliciter Steve Foster, président du Conseil québécois des lesbiennes, gais, bisexuel-le-s et transgenres (LGBT), et Julie-Maude Beauchesne, pour lui avoir donné une formation sur la question transsexuelle et transgenre lors de leurs différentes rencontres cet automne.

Pour les groupes communautaires présents, ce plan d’action représente l’aboutissement de plusieurs années de travail, et surtout de représentation auprès des interlocuteurs gouvernementaux pour qu’une véritable politique ayant pour objectif l’égalité sociale soit mise en place. Ce plan, d’une grande envergure, puisqu’il couvre tous les secteurs de la société et implique plusieurs ministères, représentait pour beaucoup des représentants des organismes une grande avancée et personne ne souhaitait gâcher ce moment en se demandant comment il serait financé.

La campagne nationale de lutte contre l’homophobie avec deux publi-cités télévisées et un message radio anglais annonce aussi un site (www.luttehomophobie.gouv.qc.ca) où chacun peut tester son degré d’ouverture face aux minorités sexuelles, le site contient de l’information sur les réalités LGBT. Le ministre a assuré qu’une autre campagne aurait lieu l’année prochaine à travers des publicités télévisées et qu’il est fort à parier qu’elle parlerait d’homoparentalité.

vraimentouvert.com luttehomophobie.gouv.qc.ca