Le commandant Roxanne Pitre

La nouveauté dans la continuité

André-Constantin Passiour
Commentaires

Pour ceux qui le connaissaient, vous avez sûrement appris maintenant que le commandant Alain Gagnon a quitté le poste de quartier 22 (PDQ) pour rejoindre celui du Plateau Mont-Royal (PDQ 38). Depuis le 7 janvier dernier, pour la première fois, le PDQ 22 est dirigé par une femme ! Oui, oui ! Possédant plus de 20 ans d’expérience dans diverses unités du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM), le commandant Roxanne Pitre arrive ainsi au PDQ22. À 50 ans, elle a l’air d’en avoir à peine 40 ! Le commandant Pitre a occupé plusieurs postes – dont l’unité de Prévention et de relations communautaires de 1995 à 2000 — ce qui lui a permis de se familiariser avec les multiples problématiques de Ville-Marie — et ce, à partir du quartier général du SPVM, donc à un jet de pierre du Village…

«Je suis très heureuse de devenir le commandant du poste qui englobe le Village, je connais bien la communauté gaie depuis des années à travers les différents postes que j’ai occupé. J’ai d’ailleurs très hâte à cet été avec les «Boules Roses» que j’adore, vous allez me voir souvent sur Sainte-Catherine, […] je serai présente, ce sera aussi une manière de rester en contact permanent avec les autres policiers et de pouvoir aussi rencontrer les citoyens et discuter avec eux», de dire, très enthousiaste et dynamique, le commandant Roxanne Pitre.

Éveillée à l’homophobie
Roxanne Pitre n’en est donc pas à son premier contact avec le Village et la communauté gaie. Presque dès ses débuts au SPVM, elle est conscientisée aux réalités auxquelles les hommes gais font face. «En 1995, je me rappelle qu’il y a eu une vague de «gay bashing», les gais se faisaient tabasser, d’autres se faisaient voler et intimider. En étant dans l’unité de Prévention et des relations communautaires, j’ai travaillé avec des organismes de la communauté gaie comme Gai Écoute. J’étais principalement affectée aux populations que l’on pourrait appeler «plus vulnérables», ces hommes étaient victimes de stigmatisation et d’homophobie. Lorsque je vois le Village aujourd’hui, je constate qu’entre 1995 et 2013, il a fait un bon de géant. Je ne dis pas qu’il n’y a plus de problèmes, mais les choses se sont améliorées», indique le commandant Pitre.

Elle estime d’ailleurs que si ce quartier en est arrivé là maintenant avec ses maisons rénovées, ses beaux commerces, ses restaurants et la piétonnisation estivale, c’est grâce à l’apport de la communauté gaie qu’elle «fréquente beaucoup et depuis des années».

Pour la justice et pour aider
Mais au fait, pourquoi a-t-elle voulue devenir policière ? «Je suis devenue policière sur le tard comme on dit, poursuit-elle. J’ai étudié et même enseigné la physiologie à l’université, j’ai fait plusieurs choses dans ma vie. Mais j’avais toujours ce grand sens, ce désir de justice. Mais aussi d’aider les autres. C’est ce que j’appelle mon côté «gauche» en quelque sorte. Les policiers ne sont pas reconnus pour être de «gauche», mais, d’un autre côté, avec toutes les problématiques que l’on connaît aujourd’hui, on ne peut aspirer à devenir policier si on n’a pas un côté humain de vouloir profondément aider les gens.»

Même à l’intérieur du SPVM, Roxanne Pitre s’est vue assignée à des clientèles passablement diversifiées. Avec l’unité ECLIPSE, elle a eu affaire aux gangs de rue. Quelques années plus tard, elle se retrouve à la tête de la «Brigade urbaine», soit celle chargée de la surveillance des grands événements au centre-ville de Montréal, les festivals, les défilés, etc. «J’avais 85 policiers sous ma responsabilité, il y avait des patrouilles à pied, à vélo et les petits véhicules sur deux roues, les T3. Donc, je suis déjà familiarisée avec la piétonnisation», explique Mme Pitre. Elle sera donc en constant contact avec les policiers des postes 21 et 22 et de leurs commandants, c’est-à-dire Alain Simoneau et Alain Gagnon. C’est pour dire qu’elle est déjà sensibilisée à toutes les problématiques de consommation de drogues, d’itinérance, de santé mentale, d’incivilités, etc. Elle croit d’ailleurs fermement à EMRII (Équipe mobile de référence et d’intervention en itinérance) et en l’Unité de soutien en urgence psychosociale, deux services mis sur pied grâce à la collaboration entre le SPVM et le Centre de santé et des services sociaux Jeanne-Mance, soit des unités comprenant à la fois des policiers et des intervenants du CSSS Jeanne-Mance.

De la brigade urbaine, elle commandera tour à tour les PDQ de LaSalle et de Notre-Dame-de-Grâce. «Cela fait des années que je veux venir au 22 et dans Ville-Marie parce qu’il y a une clientèle qui habite le quartier, de plus en plus d’ailleurs avec tous les nouveaux projets de condos, il y a la communauté gaie, etc. Il y a ici toutes sortes de défis et d’enjeux très intéressants et stimulants. Je sens que ma créativité «explose de partout» ici», souligne celle qui est née sous le signe du Lion…

La piétonnisation
Sans dévoiler la stratégie qui sera adoptée cet été en vue de la 6e édition d’Aires Libres, le commandant Pitre note que, déjà l’an dernier, «ce fut un très bon succès, il y a eu moins d’incidents». Cette année, elle fera le maximum pour assurer la sécurité des commerçants, des résidants et des visiteurs. Elle désire mettre sur pied un «vigile» qui surveillera le travail des policiers et des cadets afin de mieux servir les citoyens. «Les cadets seront très encadrés, je serai présente, je ne prendrai pas de vacances durant l’été pour profiter de l’ambiance, mais aussi pour être présente sur le terrain, vous allez me voir souvent. Il y aura plusieurs formations et discussions avec les cadets afin, aussi, qu’ils comprennent ce qu’on leur demande mais, également, d’être plus au courant des problématiques du secteur. Les policiers, les cadets seront avenants, respectueux des gens, mais s’il faut agir et arrêter quelqu’un, on le fera… J’ai très hâte à cet été… », de terminer la très dynamique et enjouée commandant Roxanne Pitre…

Bernard Plante, directeur général de la Société de développement commercial (SDC) du Village, accueille avec grand enthousiasme l’arrivée en poste du Commandant Roxanne Pitre, qui est le 4e commandant du PDQ22 avec qui il collaborera depuis qu’il est lui-même arrivé à la SDC en avril 2006. « J’aimerais en profiter pour remercier publiquement le Commandant Alain Gagnon, avec qui j’ai pu développer une excellente collaboration dans les dernières années, et lui souhaiter un immense succès dans ses nouvelles responsabilités au PDQ38.»



 
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Bonjour madame Pitre Félicitation pour votre nomination à ce poste. Avec toute votre expérience VOUS ÊTES encore plusse UNE FEMME DE TÊTE,DE COEUR ET D'ESPRIT. Enfin...on reconnait une fois de plus, TOUT le travail qu'une femme peu accomplir avec une sagesse et un doigté particulié bien à elle. Si je passe dans CE beau quartier l'été qui vient, j'espère bien vous y rencontrer. Encore une fois félicitation pour votre nomination qui vous est...dûe. Publié le 25/02/2013
  • Félicitation pour cette nomination commandant Pitre, par votre expérience et compétence vous apporterez au quartier et à la communauté. Publié le 25/02/2013
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Bonjour madame Pitre Félicitation pour votre nomination à ce poste. Avec toute votre expérience VOUS ÊTES encore plusse UNE FEMME DE TÊTE,DE COEUR ET D'ESPRIT. Enfin...on reconnait une fois de plus, TOUT le travail qu'une femme peu accomplir avec une sagesse et un doigté particulié bien à elle. Si je passe dans CE beau quartier l'été qui vient, j'espère bien vous y rencontrer. Encore une fois félicitation pour votre nomination qui vous est...dûe. Publié le 25/02/2013
  • Félicitation pour cette nomination commandant Pitre, par votre expérience et compétence vous apporterez au quartier et à la communauté. Publié le 25/02/2013