9e Gala Arc-en-ciel

Beaucoup d’émotions

André-Constantin Passiour
Commentaires

Le 20 octobre dernier, la salle du Corona a souvent vibré sous les applaudissements du public venu encourager les « nominés » et les lauréats des Prix excellence qui étaient remis, ce soir-là, par le Conseil québécois LGBT (anciennement connus sous le nom de Conseil québécois des gais et lesbiennes ou CQGL).

Cette année, le Grand Prix du CQGL a été décerné à Michel Dorais, auteur, professeur et chercheur à l’École de service social de l’Université Laval, et dont les enquêtes sur les jeunes hommes gais et bisexuels, en particulier, permettent de mieux cerner les problématiques vécues par ceux-ci..

Se déroulant en deux temps, ce Gala a été précédé du « Cocktail VIP ». Lors de cet événement, plusieurs prix et mentions ont été remis. La Bourse des partenaires, pour un projet de recherche universitaire, a été attribuée à Marylin Desbiens pour étudier la situation des jeunes victimes lesbiennes d’homophobie et d’intimidation. Il y avait donc déjà une bourse d’études, on en a profité pour annoncer la création d’une seconde et les académiciens ont décidé de baptiser ces bourses « Dorais-Ryan », en l’honneur des professeurs Bill Ryan et Michel Dorais, et « Heffernan-Greenbaum », des noms des militantes Diane Heffernan, du Réseau des lesbiennes du Québec et Mona Greenbaum, cofondatrice des Familles homoparentales du Québec.





Daniel Breton, le député de Sainte-Marie-Saint-Jacques et ministre de l’Environnement, a salué l’œuvre d’Éric Lefebvre, le président de la Coalition d’aide aux LGB d’Abitibi-Témiscamingue, en lui remettant la médaille de l’Assemblée nationale. Ensuite, le jury du prix Iris-Média, dont le jury est présidé par Luc-Alexandre Perron, a été attribué au réalisateur et auteur Stéphane Bourguignon des séries télé « La vie, la vie » et « Tout sur moi ». C’est le reporter et auteur Denis-Martin Chabot qui en a fait la présentation.





Après quoi, le président-directeur général du Conseil québécois LGBT, Steve Foster, a pris la parole brièvement, mais extrêmement ému, il en a presque oublié son discours… En référence à ses problèmes de santé, M. Foster a confié à l’auditoire que « 2012 a été un enfer, si je n’avais pas eu la perspective du Gala, je n’aurais pas tenu le coup, ce Gala a été ma bouée de secours ». Inutile de dire que la foule l’a acclamé debout…

Quant au Gala à proprement parler, il a débuté par une prestation de la chanteuse Judy Richards – dont le conjoint est l’humoriste Yvon Deschamps était présent au Corona – est venue entonner «Aimons-nous» entourée d’une partie de la chorale Extravaganza.





Émue, intimidée par les applaudissements, Suzanne Girard, la cofondatrice et présidente de Divers/Cité est montée sur scène pour accepter le prix Personnalité par excellence, prix présenté par notre collègue journaliste Richard Burnett. « J’accepte cette récompense au nom de Divers/Cité et de toute l’équipe », a dit Mme Girard avec toute la modestie qu’on lui connaît. Rappelons que Divers/Cité célébrait sa 20e édition cette année. Mais ce n’était pas tout. On avait réservé une surprise à Suzanne Girard, soit la prestation de Mado, toute de rouge vêtue, qui est venue chanter Gigi L’Amoroso, de la chanteuse italo-égyptienne Dalida. La salle a littéralement explosé, ce fut un des temps des plus forts le la soirée. Mado, comme on le sait, organise le spectacle Mascara La nuit des drags qui fêtait ses 15 ans cette année en même temps que Mado, elle, célébrait ses 25 ans de carrière !





Durant la soirée, d’autres distinctions ont été dévolues à des militants, des bénévoles et des groupes afin de souligner leur travail acharné à servir les collectivités LGBT.

Relève par excellence : Anne-Sophie Ruest-Paquette, du Groupe gai de l’Université Laval (GGUL) ;





Projet ou initiative par excellence : le Festival de films afro-caribéens Massimadi (organisé par le groupe Arc-en-ciel d’Afrique) ;

Partenaire par excellence : la Ville de Saint-Hyacinthe, pour son appui à la lutte contre l’homophobie – la Ville avait hissé le drapeau arc-en-ciel lors de la Journée internationale de lutte à l’homophobie (en mai dernier) ;

Prix spécial du jury : Jeunesse Lambda (pour souligner le 25e anniversaire de cet organisme jeunesse) ;





Prix Hommage : Danielle Julien, professeure et chercheure à l’UQAM (reconnue pour ses ouvrages sur les femmes lesbiennes) ;

Groupe par Excellence : Éric Lefebvre et la Coalition d’aide aux GLB d’Abitibi-Témiscamingue ;

Bénévole par excellence : Robert Asselin, bénévole au GRIS-Montréal et écoutant régulier à Gai Écoute ;

Prix Coup de cœur du public : Mélanie Roberge de Lez Elles, un réseau social pour lesbiennes de tous âges, où les femmes peuvent socialiser en ligne et en personnes lors d'activités ;

Encore cette année, l’événement a été animé de main de maître par Frédéric Loiselle dont l’humour et la sensibilité ont charmé les gens… Quant à la production, elle fut sous la férule du dévoué et passionné Patrick Brunette.

On a assisté aussi des prestations d’une jeune humoriste, Silvi Tourigny, avec son numéro «Carole aide son prochain», de la chanteuse Geneviève Paris, alors que Judi Richards est revenue sur scène, mais, cette fois-ci, avec son groupe Toulouse dont l’entraînante mélodie du défunt George Thurston (Boule Noire), «Aimes-tu la vie comme moi ?», a animé la salle.





PHOTOS : Serge BLAIS pour le Conseil québécois LGBT et Camille BOULLÉ

 

  Envoyer cet article

9e Gala Arc-en-ciel

Beaucoup d’émotions

Cette année, le Grand Prix du CQGL a été décerné à Michel Dorais, auteur, professeur et chercheur à (...)

Publié le 30 octobre 2012

par André-Constantin Passiour

   
Voir les archives

Anciens commentaires

  • "En produisant ce jugement méprisable, la Cour Suprême a non seulement stigmatisé encore plus les personnes vivant avec le VIH, mais elle les a divisé en deux classes : celles dont le système immunitaire est « adéquatement » réactif et qui ont accès au traitement et aux services de santé versus celles qui n’ont pas tout ça. Si une leçon parmi tant d’autres est à retenir, c’est que nous devons continuer notre lutte pour la santé et les droits de toutes les personnes vivant avec le VIH, en particulier celles qui sont déjà marginalisées par nos institutions et pratiques sociales profondément inégalitaires, catégoriques et injustes" : http://www.thewarning.info/spip.php?article374 Publié le 12/11/2012