Par ici ma sortie _ questions de société

Au nom de la loi naturelle

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté

«Les enfants ont besoin d’un père et une mère. De tout temps, et sous tous les cieux, les enfants sont nés entourés d’un père et d’une mère. La famille ne peut se défaire de ses bases que sont le père, la mère, et leur progéniture. La nature est ainsi faite.» Ce discours pour s’opposer au mariage gai émane de groupes religieux qui, quand cela les arrange, réfutent le concept de nature et qui n’hésitent pas à le brandir quand ce dernier peut servir leur dogme ou leurs intérêts. Par définition, le divin n’est ni naturel, ni scientifique, et la foi n’est pas une certitude. Nous n’avons qu’à penser aux évangélistes adeptes du créationnisme.

Nature et religion
Religieux chrétiens, juifs et musulmans, alliés dans leur lutte contre le mariage gai, jouent sur tous les tableaux. Qu’importe si le fondement de leur religion n’a rien de naturel. La Sainte-Trinité, la venue de messies, la résurrection, le paradis et bien d’autres croyances sont bien loin de se calquer sur la nature. Le célibat des prêtres, ou encore la polygamie pratiquée par nombre de musulmans, ou encore par les mormons, va à l’encontre somme toute de la famille telle qu’elle est défendue par ces fous de Dieu. La congruence ne semble pas leur fort.

Pire, ces religieux forcenés utilisent des théories psychologisantes et psychanalysantes pour mieux asseoir leurs propos, oubliant – la mémoire est une faculté qui oublie – qu’ils ont été les premiers à critiquer ces sciences humaines naissantes, surtout les théories de papa Freud, qui mettait le projecteur sur un domaine qui n’a jamais fait bon ménage avec le divin : celui de la sexualité. Mais à l’époque, cela ne faisait pas leur affaire. Aujourd’hui, au nom du développement de l’enfant, ils n’ont aucune réserve à nous resservir ces théories autrefois diabolisée pour nous en passer une petite vite.

Autrefois, ils s’opposaient au mariage homosexuel, parce qu’un couple d’hommes ou un couple de femmes ne pouvaient avoir des enfants. C’était leur antienne dans les années quatre-vingt. Aujourd’hui, revirement total, c’est parce que des couples d’hommes et des couples de femmes peuvent avoir des enfants qu’ils s’y opposent. Et avec le même acharnement aveugle. Ce qui n’a pas changé dans leur discours, c’est de nous promettre un futur apocalyptique. Avec le mariage homosexuel, la fin du monde n’est plus très loin : destruction de l’ordre établi, effacement des rôles symboliques, celui du couple hétérosexuel, décadence morale avec à la clef des dérives orgiaques allant de la zoophilie, la pédophilie, ou encore la polygamie. Pourquoi pas la nécrophilie ? Ce qui est amusant, c’est que certaines de ces dérives ont connu et connaissent encore une reconnaissance sociale. L’histoire ne compte plus les sociétés où la polygamie était légale et qu’elle reste encore pratiquée dans bon nombre de pays. Et même à l’époque d’Abraham et de Salomon, avoir plusieurs femmes n’était somme toute pas un problème.

Une nonne peut toujours se marier avec le tout puissant, une entité bien mystérieuse, à défaut d’être naturelle. Sœur Angèle, entre deux recettes de cuisine, ne cesse de répéter qu’elle est ma-riée avec le Seigneur. Mais avec qui est-elle mariée ? Le Père, le fils, ou le Saint-Esprit ? Peut-être les trois ?

Et c’est bien là la question avec les religions. Au gré des siècles, les dogmes, les préceptes, les règles, les interdits comme les prescriptions ont changé. Ils ont été adaptés pour mieux asseoir le pouvoir religieux sur la masse. Les discours aussi se sont mis au goût du jour. Cependant, comme me le rappelait il y a quelques années un prêtre il y a toujours eu au sein de chaque confession, des progressistes et des conservateurs. Il semble que le discours qui se fait le plus entendre aujourd’hui est celui des conservateurs. Un discours qui n’a rien à voir avec l’amour du prochain, la compassion et l’accueil. Dieu est peut-être grand, mais souvent ceux qui parlent en son nom ne le sont pas forcément.



 

  Envoyer cet article

Par ici ma sortie _ questions de société

Au nom de la loi naturelle

Nature et religion Religieux chrétiens, juifs et musulmans, alliés dans leur lutte contre le mariage (...)

Publié le 22 octobre 2012

par Denis-Daniel Boullé

   
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Tes textes sont toujours très intéressant ! Publié le 29/10/2012
  • le problème de M. Boullé est qu'il se prend pour un prédicateur mais personne ne l'écoute pas plus que nous écoutons les curés aujourd'hui. Mais il s'entête à une fixation religieuse qui écoeure les gais qui croient. Depuis plusieurs années je dis que le combat, le vrai combat est de donner place aux gais des régions. Montréal se croit le nombril du monde et oublie qu'un nombril c'est un trou.Monsieur Boullé apprenez à respecter les gens différents de vous. Publié le 29/10/2012