Colloque — 25 octobre

Transformer le « trouble d’identité sexuelle » en créativité identitaire sexuelle et de genre

Chantal Cyr
Commentaires

L'université Concordia accueille, le 25 octobre, un colloque national sur la non-conformité dans l’identité du genre et l’identité sexuelle des enfants. Que ce soit lors d’activités en classe, d’activités sportives, ou tout simplement en allant aux toilettes, les écoliers doivent souvent, directement ou indirectement, répondre à une question en apparence banale : « Es-tu un garçon ou une fille? ». Or, pour plusieurs écoliers canadiens qui adoptent une tenue vestimentaire différente des normes socialement acceptées pour les garçons ou les filles, ou pour les enfants qui se sentent différents de leur sexe anatomique, non seulement cette question est limitative, mais elle constitue aussi une source d’angoisse existentielle.

Chez les enfants, la non-conformité vis-à-vis des catégories traditionnelles de sexe et de genre est souvent perçue comme une anomalie devant être soignée. Pourtant, c’est la perception même qui doit être changée, selon Kimberley Manning, professeure de sciences politiques à l’Université Concordia. « La majorité des enfants qui se démarquent des catégories sociales de sexe et de genre refoulent leur identité à cause de la pression sociale, alors que c’est dès ce jeune âge qu’ils ont besoin de soutien pour explorer ce qu’ils sont vraiment en toute liberté. C’est ainsi qu’ils pourront devenir des adultes sains et heureux », explique-t-elle.

Pourtant, les enfants qui ne correspondent pas auxcatégories sociales traditionnelles de sexe et de genre, et qui s’identifieront souvent à la communauté lesbienne / gaie / bisexuel / transgenre/ allosexuel à l’adolescence, sont davantage exposés à l’intimidation et se font souvent ridiculiser et traiter de noms à l’école. Tragiquement, ces mêmes jeunes figurent parmi les plus à risques aux situations de harcèlement, à la violence, au stress post-traumatique et au suicide. Sachant qu’au Canada, 95 % des adolescents transgenres ne se sentent pas en sécurité à l’école secondaire, il est grand temps d’agir.

Il y a de l’espoir. Ces dernières années, de plus en plus de familles canadiennes accueillent l’idée que leurs enfants s’expriment différemment au niveau de leur identité sexuelle et de genre, et cherchent à mieux les comprendre et les soutenir dans leur cheminement. Il existe cependant peu de ressources pour informer et soutenir ces familles ou les professionnels souhaitant créer un espace sécuritaire et inclusif pour ces enfants à l’école.

La professeure Manning dirige un groupe de recherche multidisciplinaire qui vise à combler cette lacune. « La recherche en sciences sociales et humaines peut jouer un rôle crucial dans l’élucidation des formes d’oppression structurelle vécues par les enfants qui ne se conforment pas aux catégories de sexe et leurs familles », poursuit-elle.

Avec ses collègues, Elizabeth Meyer, une professeure au California Polytechnic State University, et Annie Pullen Sansfaçon, professeure à l’École de service social de l’Université de Montréal, la Pre Manning a reçu une bourse du Conseil de recherches en sciences humaines pour étudier les défisauxquels sont confrontés les parents et les éducateurs ainsi que les possibilités de mobilisation sociale. Elles travaillent aussi avec Docteur Shuvo Ghosh, pédiatre au Centre universitaire de santé McGill à Montréal, pour établir une alliance montréalaise de recherche interdisciplinaire sur l’expression sexuelle et du genre des jeunes (Montreal-based Interdisciplinary Research Alliance on Gender Expression in Youth – MIRAGE-Y).

Avec leur appui, Manning organise également le prochain Colloque national sur la non-conformité dans l’identité du genre et l’identité sexuelle des enfants : vers une perspective nouvelle (National Workshop on Gender Creative Kids), qui réunira des spécialistes des sciences sociales, des enseignants, des travailleurs sociaux, des professionnels de la santé et des services sociaux, des parents, et des étudiants afin d’explorer et discuter des perspectives nouvelles sur le sujet complexe qu’est l’identité sexuelle et du genre chez les enfants.

Le Colloque national sur la non-conformité dans l’identité du genre et l’identité sexuelle des enfants : vers une perspective nouvelle (National Workshop on Gender Creative Kids) aura lieu les 25 et 26 octobre 2012 à l’Université Concordia. Bien que seules les personnes déjà inscrites puissent participer au colloque, le discours d’ouverture, prévu le jeudi 25 octobre de 19 h à 21 h au théâtre D.-B.-Clarke, sera ouvert au public. Il sera prononcé par Dre Diane Ehrensaft, psychologue clinicienne, spécialiste en développement de l’enfant et directrice du Mental Health Child and Adolescent Gender Center, à San Francisco. La conférence se déroulera en anglais, avec un traduction simultanée en français.

 

  Envoyer cet article

Colloque — 25 octobre

Transformer le « trouble d’identité sexuelle » en créativité identitaire sexuelle et de genre

Chez les enfants, la non-conformité vis-à-vis des catégories traditionnelles de sexe et de genre est (...)

Publié le 18 octobre 2012

par Chantal Cyr