Russie

Une vingtaine d'agresseurs masqués font 3 blessés dans un bar gai à Moscou

Nicolas Lavallée
Commentaires

Une vingtaine d'hommes masqués ont fait irruption jeudi soir dans un bar gai de Moscou, agressant la clientèle et faisant au moins trois blessés qui ont dû être hospitalisés, a indiqué vendredi l'établissement.

« Hier, environ 20 personnes portant des masques et des capuches ont pénétré dans le bar et se sont livrés à un pogrom », a déclaré une représentante du propriétaire du bar 7freeday, situé dans le centre de Moscou. Elle a précisé que trois personnes avaient dû être hospitalisées après l'attaque, dont une jeune fille qui a été blessée aux yeux. Les agresseurs ont pu fuir avant l'arrivée de la police, a-t-elle ajouté. « On se cachait derrière des tables afin de ne pas être atteint par de la vaisselle ou du verre. Ça a été vraiment effrayant", a raconté un autre témoin, Sergueï Mozjegor, interrogé par la chaîne NTV.

Les agresseurs, dont au moins deux étaient armés, ont cassé des bouteilles sur la tête de l'une des victimes, renversé des tables et jeté des chaises sur les clients du bar, ont indiqué des témoins à l'ONG Human Rights Watch (HRW). HRW a appelé les autorités russes à enquêter de manière « efficace » sur cette attaque « violente », en soulignant que les lois interdisant la propagande homosexuelle, adoptées ces derniers temps dans plusieurs régions russes, ne faisaient qu'« encourager de telles attaques ».

Cette attaque homophobe se produit alors que le mouvement d'extrême droite nationaliste Narodny Sobor milite pour la fermeture des établissements LGBT de Moscou. Ces établissements « séduisent directement les âmes immatures », affirme le mouvement qui a lancé une pétition pour faire fermer les nombreux bars et clubs la scène gaie moscovite. « Nous visons une fermeture des clubs gais de Moscou et une interdiction générale de l'amour' homosexuel », a clairement indiqué le parti.

Cette perspective est soutenue au-delà de ses rangs par des députés de Russie Unie, le parti du président Vladimir Poutine qui souhaiterait purement et simplement une loi « anti-propagande gaie » au niveau national.

L'Église orthodoxe soutient, elle aussi, une telle mesure. « Nous avons le droit de maintenir la pureté de la société et de protéger nos enfants de toute sorte de manifestations du péché », a déclaré un de ses représentants.

L'homophobie est largement répandue en Russie, où l'homosexualité était considérée comme un crime jusqu'en 1993 et comme une maladie mentale jusqu'en 1999, bien après la chute du régime soviétique en 1991. Fin mars, une nouvelle loi locale est entrée en vigueur à Saint-Pétersbourg, permettant de condamner à une amende toute personne commettant « un acte public » de promotion de l'homosexualité à l'adresse de mineurs.

Les auteurs veulent généraliser cette loi à toute la Russie, mais seules quelques régions russes l'ont adoptée jusqu'à présent.

 

  Envoyer cet article

Russie

Une vingtaine d'agresseurs masqués font 3 blessés dans un bar gai à Moscou

« Hier, environ 20 personnes portant des masques et des capuches ont pénétré dans le bar et se sont (...)

Publié le 14 octobre 2012

par Nicolas Lavallée