Aires Libres 2012

Un achalandage en constante augmentation !

André-Constantin Passiour
Commentaires

Au moment où vous lirez ces quelques lignes, il vous semblera déjà que Aires Libres et sa piétonisation sont loin, puisque la rue Sainte-Catherine Est a été rouverte à la circulation automobile le 6 septembre. On avait fermé la rue aux automobilistes le 14 mai pour permettre cette 5e édition de la piétonisation et la 2e édition des «Boules Roses – revues et améliorées» de l’architecte paysagiste Claude Cormier.

«On a atteint cette année un nombre record de terrasses, puisque 61 commerçants ont occupé le domaine public, une augmentation de 50% si on compare à la première année, en 2008, où 42 terrasses occupaient la rue piétonne. C’est du jamais vu jusqu’à présent! Il s’agit bel et bien de 95 % des commerces qui peuvent avoir une terrasse. C’est une très bonne année», déclare Bernard Plante, le directeur général de la Société de développement commercial (SDC) du Village, qui organise la piétonisation de la rue Sainte-Catherine Est en collaboration avec son partenaire du tout début, l’Arrondissement Ville-Marie. «Et je ne le dis jamais assez, une fois que les très nombreux clients des terrasses ont bien bu et bien mangé, cette clientèle de choix en profite pour découvrir les autres commerces environnants. Il y en a vraiment pour tous les goûts et tout le monde y gagne.»

Plus de 130 000, c’est le nombre de personnes qui se sont fait prendre en photos grâce aux 4 caméras de Memorama, ces escaliers de couleur turquoise qui nous permettaient de nous retrouver au-dessus des Boules roses… Il est donc clair qu’on a assisté à une augmentation de l’achalandage en 2012.



Très fier des Boules roses, Bernard Plante est également plus que satisfait de ces marches nous menant non pas au paradis, comme dans la chanson de Led Zeppelin, mais à la hauteur de ces sphères aux différentes teintes de rose, encore plus magnifiques le soir grâce aux éclairages de Gilles Arpin. «Memorama a été un beau succès, beaucoup de gens y ont participé, ç’a été une belle réussite», d’ajouter M. Plante qui salue ainsi la créativité de Mouna Andraos et de Melissa Mongiat, les conceptrices de ces escaliers qui venaient souligner l’œuvre de Claude Cormier, à la demande de la SDC.

Ces Boules roses ont été tellement populaires que même les autobus de tours guidés Gray Line s’arrêtaient à l’angle d’Amherst afin que les touristes puissent prendre des photos et admirer le paysage. Déjà depuis 2011, elles ont suscité une couverture médiatique plus qu’intéressante dans des revues de design à travers le monde. Le 14 juin dernier, c’est le site web du prestigieux New York Times, dans sa section Voyages, qui en faisait état comme étant un attrait distinctif de Montréal ! Plus récemment, la revue Trama arquitectura + diseno, de l’Équateur, soulignait le Village gai et les Boules roses de Claude Cormier, ce qui n’est pas rien pour un pays réputé être extrêmement peu ouvert à l’homosexualité. «Ces divers articles à travers le monde augmentent la visibilité d’Aires Libres et des Boules roses, été après été», de dire M. Plante. Dès 2011, au Canada, en France, aux États-Unis, en Suisse, en Espagne, en Grèce, en Italie et en Turquie, des magazines spécialisés en design et en arts visuels y avaient consacré des reportages.



AJOUT D’UN CONSEILLER SPÉCIAL À LA SDC
De manière stratégique, la SDC a repêché tout récemment un joueur de haut calibre dans son équipe. En effet, elle vient d’accueillir en tant que Conseiller spécial M. Clément Demers, un architecte et urbaniste de grand renom. M. Demers est l’instigateur du développement du Quartier international de Montréal (QIM), dont il est maintenant le directeur général, en plus de siéger au conseil d’administration du Partenariat du Quartier des spectacles et d’une multitude d’autres organismes. «L’objectif est d’entamer une réflexion sur la possibilité d’un plan quinquennal, ce qui nous mènera en 2017 au 375e anniversaire de Montréal et à la 10e édition d’Aires Libres», poursuit M. Plante. «Mais aussi, ça nous permettra de réfléchir au développement de projets concernant les autres périodes de l’année, surtout l’hiver, et à un plan de développement en art public. Nous pensons que les idées, l’énergie et le support de M. Demers nous permettront de faire des pas de géant en ce sens.»

Après tout ce qui s’est passé le printemps dernier, une question brûle toutes les lèvres quant à la pérennité de l’événement Aires Libres : aura-t-on Aires Libres l’an prochain pour une 6e édition? Ce à quoi Bernard Plante répond sourire en coin , mais sans hésiter, puisque la même question revient à chaque fin d’été depuis 5 ans : «Oui, ça recommencera l’an prochain! Mais là n’est pas la question. La véritable question est : «Est-ce que la piétonisation ira enfin de Papineau jusqu’à de Bleury en un seul trait, tel que prévu en 2008? Car on sait qu’une autre portion de la rue Sainte-Catherine, entre de Bleury et St-Dominique, a également été piétonisée tout l’été. Est que c’est l’an prochain qu’on réussira? Ça reste à voir.» En effet, le maire Gérald Tremblay aimerait que la piétonisation estivale débutant au Quartier des spectacles (rue de Bleury) et à sa magnifique Place des festivals se rende jusqu’à Papineau afin d’aménager toute la rue Sainte-Catherine en espace piétonnier, de la mi-mai à septembre. Un grand projet en perspective pour 2013, qui sera en plus une année d’élection à la Ville de Montréal.

LES PRIX AIRES LIBRES 2012
C’est lors de l’assemblée générale de la SDC, le 5 septembre, que l’on a dévoilé les gagnants de la saison 2012 d’Aires Libres pour les plus belles terrasses et vitrines. Dans la catégorie des bars, c’est la nouvelle terrasse de l’Apollon qui l’a emporté; pour ce qui est des restos, c’est le Steak Frites St-Paul qui a séduit le comité de sélection. «Dès le départ, sans attendre de garantie que la piétonisation reviendrait pour les 50 prochaines années, ils [les propriétaires du Steak Frites St-Paul] ont énormément investi dans leur terrasse pour l’embellir de fleurs, de plantes et d’un décor de qualité. C’est important de le souligner parce que l’extérieur (la terrasse) est une carte de visite pour l’intérieur d’un commerce. Les gens du Steak Frites St-Paul l’ont bien compris et c’est ça qui le rend si attirant», déclare M. Plante.



Dans la catégorie des cafés, il n’est pas surprenant de constater que c’est le beau décor du Java U qui a plu au comité. On a également décerné à la boutique Priape le prix de la vitrine ayant le plus respecté le thème des Boules roses.

«Il faut souligner l’effort soutenu et plus important des propriétaires pour l’aménagement des terrasses cet été. Puisque tout le monde y met du sien, année après année, ça finit par créer une très belle ambiance», conclut Bernard Plante, qui profitera de ses vacances automnales à Paris avec son Pascal adoré pour visiter les zones piétonnes, très nombreuses, de la ville lumière.

 

  Envoyer cet article

Aires Libres 2012

Un achalandage en constante augmentation !

«On a atteint cette année un nombre record de terrasses, puisque 61 commerçants ont occupé le domain (...)

Publié le 26 septembre 2012

par André-Constantin Passiour