Itinérances et santé mentale

On attend l’aide du nouveau gouvernement !

André-Constantin Passiour
Commentaires

Le conseil d’arrondissement de Ville-Marie du 5 septembre, lendemain des élections provinciales, il était normal qu’en guise d’allocution d’ouverture que le maire Gérald Tremblay félicite publiquement la première ministre élue, Pauline Marois. Le maire de Montréal et de l’arrondissement a rappelé aux nouveaux élus du Parti québécois (PQ) leurs engagements envers la métropole.

En ce qui a trait à l’arrondissement de façon spécifique, M. Tremblay a dit qu’il comptait sur le PQ pour répondre adéquatement aux besoins flagrants et toujours criants des itinérants souffrant de troubles mentaux. Le maire a aussi souligné le départ de la vie politique du premier ministre en exercice, Jean Charest, après 28 ans en tant que député ayant servi le Québec. Invariablement, un autre citoyen est venu se plaindre de la présence d’itinérants harcelants dans le secteur du Quartier latin.

Un peu plus d’une vingtaine de personnes participaient à cette rencontre qui se tenait à la Maison de la culture Frontenac.

«J’ai parlé à Mme Marois afin de bonifier le Fonds de Montréal de 175M$», a dit le maire. C’est qu’il faut améliorer le réseau du transport en commun, etc. Prenant acte du fait que le PQ est un gouvernement minoritaire avec 54 sièges contre 50 sièges au Parti libéral (PLQ), le M. Tremblay a dit vouloir croire que «lorsqu’on va parler des priorités de Montréal, que ces deux partis vont [collaborer ensemble] et vont nous permettre de réaliser nos projets».

Bien entendu, face à l’attentat qui mis fin de façon dramatique à la soirée des élections alors qu’un individu, Richard Henry Bain, à tué une personne et en a blessé une autre, en plus d’avoir allumé un incendie à l’arrière du Métropolis où se déroulaient les réjouissances du PQ, Gérald Tremblay s’est dit profondément attristé que «Denis Blanchette (un technicien de scène) ait laissé sa vie pour empêcher une personne manifestement déséquilibrée» de commettre des choses encore pires ce soir-là du 4 septembre.

Les dossiers du quartier
Rappelons que Montréal compte environ 20 000 personnes itinérantes concentrées essentiellement dans l’arrondissement de Ville-Marie. Plusieurs de ces personnes souffriraient de problèmes de santé mentale ajoutant ainsi plus lourdeur à leur cas. Le constat en est simple : polytoxicomanie, alcool, harcèlement, incivilités, comportements agressifs quand ils ne deviennent pas carrément violents. «Je suis confiant que les PQ répondra aux attentes en termes de collaboration pour faire face à ces dossiers», a souligné M. Tremblay. Cela fait déjà au moins deux ans que le maire et certains élus en charge de ces questions, dont Mme Jocelyn Ann Campbell, veulent responsabiliser le gouvernement provincial quant à une meilleure prise en charge des personnes ayant des problèmes de santé mentale ce qui relève du ministère de la Santé et des Services sociaux et non de la municipalité ni de l’arrondissement.

Revenant sur la question des itinérants, Michel Benoît a pris le micro pour, encore, dénoncer leur présence. «Il y a trop de gens qui traînent à l’extérieur du Théâtre St-Denis, qui quêtent et pas de policiers. […] La qualité de vie est manquante dans le quartier», a dit ce citoyen qui s’est également plaint d’un manque de contrôle de la part du SPVM à la sortie des bars, à 3h du matin, leurs lots d’attroupements, de bagarres, etc. «Normalement, les policiers sont là pour prendre des notes, mais ce soir M. [Alain] Dufort (le directeur de l’arrondissement) a pris des notes et on va vérifier le tout parce que la sécurité [des résidants] est une priorité pour nous et on veut l’améliorer», a indiqué le maire Tremblay. M. Benoît soulignait que, durant toute la durée des manifestations étudiantes, on observait une plus grande présence policière mais que, depuis l’arrêt de tels événements, celle-ci était devenu quasi inexistante…

Sur une note plus joyeuse, Lise Champagne, une résidante du secteur de la rue Ontario Est, dans le district de Sainte-Marie, est venue remercier le maire Tremblay d’avoir répondu à son invitation de visiter le quartier, le 9 août dernier, afin de constater les défis de la rénovation et de l’embellissement de ce secteur en vue d’assurer une meilleure qualité de vie aux citoyens. «Pensez-vous qu’on peut y retourner l’an prochain ?», a demandé au maire Mme Champagne. «Certainement, lui a répondu le maire. C’est important que l’on soit sur terrain. […] On espère réaliser le plus de projets possible.» Mme Champagne a noté la sensibilité et le grand humanisme du maire en voyant la pauvreté qui sévit encore dans le quartier et ce qu’il faudrait faire pour venir en aide aux plus démunis.

Un peu plus tard, le conseiller du district de Sainte-Marie, Pierre Mainville, a annoncé le début prochain des travaux de réfection de la rue Ontario Est et ce, en trois phases, dont le «pôle Frontenac». «Mais il y a encore beaucoup de choses à faire en termes de travaux d’infrastructures et on pourrait demander une contribution du gouvernement provincial», a commenté M. Mainville.

Alors que la dernière réunion du 14 août avait vu défiler 23 personnes au micro, il n’y a eu que huit questions du public ce soir-là et l’assemblée à été levée à 20h05.

 

  Envoyer cet article

Itinérances et santé mentale

On attend l’aide du nouveau gouvernement !

En ce qui a trait à l’arrondissement de façon spécifique, M. Tremblay a dit qu’il comptait sur le PQ (...)

Publié le 06 septembre 2012

par André-Constantin Passiour