Les vedettes de CockyBoys rencontrent leurs fans

Marc Antonios
Commentaires

Vendredi 3 août dernier, c’était la fête chez Priape, sur Sainte-Catherine Est, à Montréal. Le personnel de cette succursale recevait non pas un, pas deux, ni trois, mais bien six acteurs pornos du studio CockyBoys : trois Québécois (Austin Wilde, Anthony Romero et Stephen Forest) et trois Américains (Gabriel Clark, Pierre Fitch et Arnaud Chagall) se prêtaient avec enthousiasme au jeu des signatures et des photos avec les fans.

«C’est super, c’est super», n’arrêtait pas de dire, excité, Benoît Gorez, le sympa directeur du marketing chez Priape qui veillait à l’organisation de cette séance.

Si le nom d’Austin Wilde vous dit quelque chose, c’est qu’il a été durant deux ans un exclusif de Raging Stallion Studios avant d’être embrigadé par Next Door Entertainment. «J’y suis resté environ un an et demi et puis CockyBoys m’a fait une offre. Mais j’ai dit que j’accepterais que si mon conjoint Anthony [Romero] devenait lui aussi un exclusif. Et ils ont dit oui. Alors nous voici tous les deux exclusifs maintenant», note ce gaillard au crâne rasé. «Nous avons été deux fois à Toronto, c’est notre première visite à Montréal, nous y resterons quelques jours, mais l’horaire est très chargé. Nous allons essayer quand même de sortir un peu et profiter de la ville», de poursuivre Austin Wilde sous les yeux de son copain Anthony, un jeune homme réservé.

Un autre nouveau venu dans l’écurie CockyBoys vous sonnera peut-être une cloche! Arnaud Chagall est, en effet, un membre de l’étable de Videoboys.com et Squirtz.com (de Montréal), tout comme Jake Bass, et qui a une scène avec Gabriel Clark dans la série Project Gogoboy (en ligne sur le site). «Depuis trois ans, j’ai fait environ une vingtaine de scènes. Mais c’est plus récemment que j’ai joué dans la majorité des scènes. En quelques jours, j’ai tourné dans trois scènes, y compris avec Gabriel. J’ai eu beaucoup de plaisir», de souligner Arnaud Chagall, 20 ans, avec ses yeux verts pétillants. Il y avait aussi ce succulent jeune Newyorkais d’origine portoricaine du nom de Stephen Forest. Mince, basané, tatoué Stephen Forest, lui également, est dans la jeune vingtaine. «C’est notre tout dernier exclusif. Il est très, très hot», de dire Hugo Harley, un des principaux responsables de CockyBoys.com. Pierre Fitch, toujours égal à lui-même, ne tenait pas sur place et n’avait de cesse de distribuer des caresses et des empoignades de fesses et d’entre-jambes aux autres acteurs… Gabriel Clark, toujours aussi charmant et avenant, présentait un corps plus développé que jamais, serrait des mains et donnait des accolades et s’entretenait volontiers avec les admirateurs.

 

  Envoyer cet article

Les vedettes de CockyBoys rencontrent leurs fans

«C’est super, c’est super», n’arrêtait pas de dire, excité, Benoît Gorez, le sympa directeur du mark (...)

Publié le 04 septembre 2012

par Marc Antonios