ENTREVUE AVEC la «moitié féminine» des Edwards Twins

La face cachée d’Edward

Julie Vaillancourt
Commentaires

Les 14, 15 et 16 septembre prochains, Sheldon Kagan international présentera le très attendu spectacle des Edwards Twins, pour trois soirs seulement au Théâtre St-Denis. Leur dernier passage dans la métropole s’est fait à guichet fermé, les deux frères jumeaux originaires de Californie, vous en promettent tout autant, avec des personnifications de Céline Dion, Cher, Steve Wonder, Ray Charles, Barbara Streisand, Lady Gaga, Elton John et plusieurs autres. Les deux jumeaux se partagent la tâche: Anthony personnifie les vedettes masculines, alors qu’Eddie assume celles de la gent féminine. Entrevue avec Eddie Edwards, la «moitié féminine» des Edwards Twins, afin de découvrir la face cachée de ces personnificateurs que plusieurs critiques (Los Angeles Times, People Magazine) qualifient de «meilleurs que les vedettes originales»!


L’environnement dans lequel vous avez grandi semble être le catalyseur de votre carrière?

En effet, car mon frère et moi vivions littéralement à cinq minutes de marche des Studios NBC, où plusieurs émissions étaient filmées. C’est toujours le cas, si on pense au Tonight Show avec Johnny Carson, aujourd’hui animé par Jay Leno. À l’époque, nous étions trop
jeunes pour assister aux enregistrements, mais nous trouvions le moyen de pénétrer dans les studios. Nous y avons rencontré de nombreuses célébrités et sommes devenus amis avec Johnny Carson, Carole Burnett et d’autres stars. Puisqu’on les rencontrait en personne, on préparait déjà nos personnifications de manière à leur présenter en direct lorsqu’ils venaient aux enregistrements studio. La plupart des stars étaient touchées et nous trouvaient vraiment bons. On a commencé notre carrière ainsi. Et déjà dans les années 70, mon frère et moi on regardait religieusement The Sonny and Cher Show, The Donnie & Marie Show et on s’amusait déjà à personnifier les célébrités.

Anthony et vous êtes jumeaux identiques, mais vos cordes vocales ne le sont pas! Vous avez un registre beaucoup plus haut que votre frère et assumez donc toutes les personnifications féminines. Est-ce une bénédiction ou une malédiction?


C’est vrai j’ai une voix plus haute que mon frère et je fais tous les personnages féminins. J’ai toujours adoré personnifier les célébrités féminines. Et pour notre duo, c’est aussi une belle façon de se compléter!

Comment choisissez-vous les personnalités que vous personnifiez?


La première chose sur laquelle je me concentre c’est la voix. Si je n’arrive pas à posséder la voix de la personne que je désire personnifier, ça ne vaut pas la peine d’aller plus loin dans le processus et de continuer avec le maquillage, les costumes et les mi-miques. Par exemple, ma plus récente création est Céline Dion. Je la personnifie à la demande de Sheldon Kagan afin de la présenter à Montréal en primeur. Je travaille sur cette personnification depuis deux ans et c’est vraiment un beau défi; un an de préparation pour la technique vocale et un an pour le look. J’ai même obtenu une copie d’un de ses costumes, par le designer de Céline Dion à Las Vegas. Sheldon m’a suggéré de la personnifier, puisque Céline est tellement «big» à Montréal!

Combien de temps de préparation en coulisses avant un spectacle?


C’est initialement trois heures de maquillage. Par la suite, entre les différents numéros, il y a toute une technique de maquillage pour changer de personnalité! Et je n’ai que 10 minutes entre les numéros pour effectuer le changement de maquillage en plus des costumes!

Quelle est la personnalité qui représente le plus grand défi pour vous?


C’est sans conteste Céline Dion, car sa voix est unique. Aussi, elle n’a pas autant de mimiques que d’autres chanteuses, à part cette gestuelle lorsqu’elle frappe sur sa poitrine! Je dois trouver le moyen de la personnifier, sans que ça devienne trop «joué»!

Vous avez rencontré de nombreuses célébrités que vous personnifiez, comme Cher ou Bette Midler. Une occasion unique qui devient un objet d’étude?


Toutes les célébrités que nous personnifions, nous les avons déjà rencontrées! C’est important, car ça devient un objet d’étude. Et puisque nous leur offrons toujours de performer nos numéros, c’est l’occasion de profiter de leurs conseils sur ce que l’on peut améliorer! Tous nous complimentent, c’est fou!

Plusieurs pourraient confondre un spectacle de personnification comme le vôtre avec ceux de Drags Queens. Expliquez-nous la principale différence.


Nous ne sommes pas un drag spectacle! Nous présentons un spectacle d’illusions où nous personnifions des célébrités, tant sur le plan de la gestuelle que du vocal. L’illusion réside donc dans le fait que nous vous faisons croire que vous VOYEZ et ENTENDEZ les célébrités performer devant vous!

En spectacle, vous performez votre propre chanson inti-tulée «I Am My Father’s Song». Pourquoi?

La chanson est à propos de mon père et moi, de notre relation. Il n’acceptait pas du tout ce que je faisais pour vivre, mon métier. Je quittais la maison habillée en femme pour performer et il ne comprenait pas, et ce, malgré mon succès international. Jusqu’au jour où il est venu me voir en spectacle: je lui ai chanté cette chanson. C’est une chanson que j’ai écrite pour lui qui a beaucoup de sens pour moi.

Vous êtes ouvertement gai? Est-ce aussi le propos de cette chanson?


En effet, je suis sorti du placard à 14 ans. Je ne voulais pas vivre ma vie dans le mensonge. Vous avez raison, cette chanson est aussi un hymne à ce voyage vers l’acceptation de l’homosexualité que mon père et moi avons traversé. La chanson dit que «si vous vous aimez et vous acceptez tel que vous êtes, vous toucherez les gens, car à un moment ou à un autre dans la vie, nous devons tous accepter nos réalités, telles qu’elles soient». Et la musique a ce langage universel, qui permet de dire les choses.

Vous êtes musicien et écrivez vos chansons. Avez-vous déjà pensé faire carrière en solo?

Oui, mais le spectacle que mon frère et moi présentons est unique, car nous sommes des jumeaux et nous savons exploiter à la fois nos ressemblances et nos différences. J’aimerais bien faire des choses de mon côté, mais je sais à quel point je suis chanceux de pouvoir performer avec mon frère, car nous avons quelque chose d’unique, en plus d’être complémentaires.
Voyager à travers le monde avec son frère, ça n’a pas de prix!

Vous serez de retour en septembre dans la métropole, afin d’y présenter votre nouveau spectacle. Anticipez-vous votre retour?


Lors de notre dernier passage à Montréal nous avons rempli la Place des Arts pour deux soirs et le Théâtre Corona. Anthony et moi sommes très excités de revenir à Montréal! Sincèrement, une des plus belles villes dans lesquelles nous avons eu le plaisir de performer! Les gens sont tellement gentils!

Puisque vous avez performé à Montréal et Vegas et que vous personnifiez Céline Dion sur le bout des doigts, selon vous où préfère-t-elle vivre?


Définitivement à Montréal. C’est là qu’elle se sent à la maison. Son métier est à Vegas, mais pour elle il n’y a rien de comparable à Montréal!


Les 14, 15, 16 septembre au théâtre St-Denis.
Les billets varient de 50$ à 70$.
www.ticketpro.ca ou 514-790-1111
/theedwardstwins.com et sur le site web de Sheldon Kagan www.sheldonkagan.com

 

  Envoyer cet article

ENTREVUE AVEC la «moitié féminine» des Edwards Twins

La face cachée d’Edward

L’environnement dans lequel vous avez grandi semble être le catalyseur de votre carrière? En effet (...)

Publié le 31 août 2012

par Julie Vaillancourt