Centre Bell — 30 août 2012

Madonna a offert un spectacle absolument époustouflant

Yves Lafontaine
Commentaires

Trois ans après son passage à Montréal pour le Sticky & Sweet Tour Madonna a de nouveau ravi ses fans Montréalais. La pop star américaine a livré jeudi soir au Centre Bell un spectacle parfaitement chorégraphié et au rythme soutenu où elle a réclamé la libération des Pussy Riot.

Assurant la première partie du concert, le français Martin Solveig a bien rempli le mandat de faire patienter les fans avant l’arrivée tardive de la chanteuse. Le DJ, qui a coréalisé quelques titres de MDNA (dont Turn Up the Radio, Give Me All Your Luvin' et Beautiful Killer), s'est amusé à remixer plusieurs succès de la Madonne avec quelques succès radio de l'heure et quelques succès souvenir tirés du répertoire disco et de Michal Jackson. Il a notamment offert des versions remixées de Music et d'Into the Groove, deux titres qui ne figuraient pas au programme du concert de la chanteuse



Puis Madonna est apparue, passé 22 h. Arme au poing, vêtue d’un voile, la chanteuse a entonné Girl Gone Wild, accompagnée d’une demi-douzaine de danseurs aux allures de moines lubriques dans une cathédrale aux accents de discothèque gothique. Dans une chorégraphie réglée au quart de tour, Madonna a poursuivi sa virulente course avec Gang Bang, l’excellente pièce de son dernier CD, MDNA.

La star s’est débarrassée – un à un – des bandits masqués qui menaçaient de l’abattre dans sa chambre de motel miteux, le sang giclant à chaque tir. Des images saisissantes reproduites et transformées sur les écrans géants qui traduisaient bien la violence des paroles du morceau.



Habillée en majorette, Madonna a ensuite entonné Express Yourself. Elle a profité de l’occasion pour reprendre quelques lignes du Born This Way de Lady Gaga, soulignant les ressemblances entre les deux chansons. Question d’enfoncer le clou, elle a conclu le numéro en chantant She’s Not Me, un extrait de son album Hard Candy.
La diva a empoigné sa guitare trois fois durant le spectacle. L’instrument a d’ailleurs apporté un punch aux accrocheuses Turn Up the Radio et I Don’t Give A.



Durant le spectacle, la pop star a aussi dénoncé la condamnation à la prison des filles du groupe punk russe, Pussy Riot, arborant un «FREE PUSSY RIOT» dans le dos. «Je suis vraiment bouleversée par le jugement», a lancé Madonna, qui a affirmé vouloir se battre contre toutes les discriminations jusqu'à la fin de sa vie. Rappelons que les trois Russes ont été sanctionnées pour avoir participé à une prière punk dans une église de Moscou demandant à la Vierge de «chasser Poutine» du pouvoir.



La chanteuse a également rappelé les origines québécoises de sa mère et a souligné que Montréal et les «French canadian» sont au cœur du MDNA Tour, puisque Michel Laprise du Cirque du Soleil assure la mise en scène et la firme montréalaise Moment Factory signe le contenu multimédia.

Madonna a offert un spectacle très travaillé, laissant peu de place au hasard, techniquement et visuellement non seulement complexe et original, mais intégrant toutes les contradictions du personnage adulé qu’elle est.



Chapeau bas à Madonna pour ce fabuleux spectacle, elle prouve qu'à 54 ans (fêtés le 16 août dernier) elle reste une vraie bête de scène et une extraordinaire performeuse ! Madonna se produira sur les plaines d'Abraham samedi soir.

 

  Envoyer cet article

Centre Bell — 30 août 2012

Madonna a offert un spectacle absolument époustouflant

Assurant la première partie du concert, le français Martin Solveig a bien rempli le mandat de faire (...)

Publié le 31 août 2012

par Yves Lafontaine