Présidentielle É.-U.

Mitt Romney défend un programme hostile aux droits LGBT

Étienne Dutil
Commentaires
Le Parti républicain a annoncé l'approbation d'une plate-forme qui vise à interdire tout mariage homosexuel, et tous les avortements, à la convention républicaine nationale à Tampa, en Floride.

Mitt Romney a remporté sans surprise mardi soir à la convention républicaine de Tampa le vote d'une majorité de délégués de son parti pour affronter Barack Obama à la présidentielle de novembre.

Longtemps considéré comme un modéré pragmatique, Mitt Romney a considérablement durci son discours durant la campagne des primaires, critiquant sans relâche le bilan de Barack Obama. Et le choix comme colistier de l'ultraconservateur Paul Ryan, représentant du Wisconsin à la Chambre, a confirmé ce durcissement.

Avant de se lancer en politique, Mitt Romney était un brillant homme d'affaires qui a amassé une fortune estimée à entre 200 et 250 millions de dollars. Mitt Romney est mormon. Il ne boit pas, ne fume pas, ne consomme aucune caféine. De 1986 à 1994, il a été « évêque » laïc de Boston. Ces derniers mois, il a tenu un discours résolument à droite sur les questions de société (avortement, immigration, homosexuels...).

La plate-forme du Parti républicain reprend ces positions ultra-droitières et notamment l'interdiction totale du mariage homosexuel à tous les niveaux. Le volet social réaffirme la définition du mariage comme « l'union d'un homme et d'une femme » et défend « le droit des États et du gouvernement fédéral à ne pas reconnaître les unions entre personnes de même sexe accordées dans d'autres juridictions ».

Les républicains y réaffirment la défense de la loi sur le mariage - hétérosexuel - et prévoient de le renforcer par un amendement constitutionnel fédéral interdisant explicitement le mariage homosexuel et soutenant que la promotion des droits LGBT est « une attaque contre les fondements de notre société, contestant l'institution qui, depuis des milliers d'années dans pratiquement toutes les civilisations, a été chargée de l'éducation des enfants et la transmission des valeurs culturelles ».

Les républicains ont été critiqués au sein de leurs rangs quant à leur position d'opposition totale au mariage homosexuel. Un conseiller de Romney s'est même affirmé la semaine dernière en opposition à un amendement qui permettrait les unions civiles, lors d'une assemblée républicaine, en assimilant l'homosexualité à l'usage de drogues et à la polygamie. Le programme du parti, cependant, ne représente pas les vues de tous ses membres. Le maire républicain de San Diego, Jerry Sanders, s'est récemment exprimé en faveur de l'égalité du mariage.