Campagne électorale provinciale 2012

Le Parti Libéral du Québec répond aux questions du CQGL

L'équipe de rédaction
Commentaires

Dans le cadre de la Campagne électorale provinciale 2012, le Conseil québécois des gais et lesbiennes (CQGL) et ses membres ainsi que ses alliés souhaitaient connaître les positions et les engagements de chacun des partis politiques sur différents enjeux d’importance pour les personnes et organismes des communautés gaies, lesbiennes, bisexuelles, transsexuelles et transgenres sur le plan d’action de lutte contre l’homophobie. Voici donc la réponse du Parti Libéral du Québec, suivie des questions qui lui avaient été envoyées par le CQGL.

PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC

Notre gouvernement s’est donné la mission de lever les obstacles à la pleine reconnaissance de l’égalité sociale des personnes de minorités sexuelles, et ce, dans tous les milieux. Nous sommes fiers d’avoir contribué au fait que le Québec se retrouve parmi les sociétés les plus avant-gardistes et les plus inclusives au monde.

Lancé officiellement le 20 mai dernier par le gouvernement libéral, le Plan d’action gouvernement de lutte contre l’homophobie 2011-2016 représente des investissements totaux de plus de 7 millions de dollars. Il est le fruit de nombreuses années de travail tant des représentants des communautés LGBT que deu gouvernement du Québec.

Ce plan d’action est le résultat d’un engagement conjoint de 11 ministères. Il présente 60 mesures ciblées qui visent à soutenir les personnes lesbiennes, gais, bisexuelles, transsexuelles ou transgenres (LGBT) sur les plans social, communautaire, et professionnel, ainsi qu’à accroître les connaissances relatives à la diversité sexuelle.

Quatre mesures phares étaient annoncées dans le plan d’action :
1. Mise en place d’une chaire de recherche universitaire sur l’homophobie (475 000 $ pour les 5 prochaines années).
2. Tenus de campagnes nationales de sensibilisation traitant de l’homophobie 2012-2014 (2 millions $ au cours des 5 prochaines années)
3. Augmentation de l’appui financier aux organismes de promotion et de défense des droits des personnes de minorités sexuelles (3,6 millions $ pour les 5 prochaines années).
4. Mise en place d’un Bureau de lutte contre l’homophobie (1 million $ pour les 5 prochaines années)

Par ailleurs, le bilan de l’an 1 de la mise en application de notre plan d’action est impressionnant. Mentionnons ici la mise en place du Bureau de lutte contre l’homophobie, la création d’un programme de lutte contre l’homophobie permettant de soutenir des projets d’organismes communautaires, qui contribuent à contrer les comportements et les attitudes homophobes. Nous avons aussi participé à la mise sur pied à l’Université du Québec à Montréal de la Chaire de recherche sur l’homophobie.

De plus, les formulaires du Directeur de l’état civil ont été modifiés, notamment la Déclaration de naissance et la Déclaration de certificat et de copie d’acte, pour identifier les deux parents, tout en étant inclusifs des parents de même sexe, et ce, en fonction de la Loi instituant l’union civile en établissant de nouvelles règles de filiation.

Le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine a réalisé un portrait sociodémographique et de santé des minorités sexuelles au Québec. Le ministère de la Sécurité publique a sensibilisé les nouveaux coroners aux facteurs psychosociaux pouvant expliquer un suicide, dont l’homophobie.

Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport a collaboré aux travaux de la Table nationale de lutte contre l’homophobie et de la Table provinciale de concertation sur la violence, les jeunes et le milieu scolaire.

Finalement, le ministère de la Santé et des Services sociaux a formé 1452 intervenants quant aux réalités des personnes de minorités sexuelles et des familles homoparentales, notamment au moyen de la formation «Pour une nouvelle vision de l’homosexualité».

Le droit à toute personne de s’épanouir et de participer pleinement à l’ensemble des dimensions de la vie en société est au cœur des priorités de notre gouvernement, qui a été le premier à traduire concrètement des actions qui mèneront le Québec vers une société plus juste, plus inclusive et plus riche de sa diversité.

Bien sûr, le travail n’est pas terminé. Le questionnaire que le Conseil québécois des gais et des lesbiennes (CQGL) nous a transmis témoigne des nombreux champs d’activités où les efforts doivent être entrepris ou poursuivis pour atteindre la pleine et entière reconnaissance des personnes de minorités sexuelles. Les revendications en matière de lutte contre la transphobie en sont un exemple.

Je peux vous assurer qu’au lendemain du 4 septembre prochain, un gouvernement libéral poursuivra avec les acteurs du milieu le travail accompli au cours des neuf dernières années.

Samuel Murray
Directeur du contenu
Parti Libéral du Québec

www.plq.org


Section 1 : Plan d’action gouvernementale de lutte contre l’homophobie.
En mai 2011, le ministre de la Justice dévoilait le Plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie 2011 – 2016 comportant quelque 60 actions qui devront être mises en œuvre par les différents ministères au cours des prochaines années. Cette section vise donc à connaitre vos positions et vos engagements dans l’application dudit plan d’action


Dans le Plan d’action, il est indiqué que le gouvernement élaborera et mettra en œuvre une stratégie de communication globale, laquelle comprendra deux campagnes de sensibilisation sur l’homophobie.

Questions
• Quels seront les médiums choisis pour la diffusion de ces campagnes?
Quelle sera la durée de chacune des campagnes?
• Est-ce que vous vous engagez à inclure la transphobie dans ces campagnes?
• Est-ce que vous vous engagez à inclure les familles homoparentales dans l’une des deux campagnes?
• Est-ce que vous vous engagez à parler de l’homophobie vécue par les jeunes hétérosexuels parce qu’il ne correspond pas aux stéréotypes de masculinité et de féminité dans l’une des deux campagnes?
• Est-ce que les organismes communautaires seront consultés avant que les campagnes soient diffusées afin de s’assurer qu’elles correspondent aux attentes du milieu?
• Outre les campagnes quelles seront les composantes de la stratégie de communication pour éduquer la population aux phénomènes homophobes et à leur impact néfastes sur les personnes, leur vie, leur carrière et sur les personnes qui les entourent?
• Comment comptez-vous mieux faire connaitre à l'ensemble de la population l'existence de la politique nationale de lutte à l'homophobie?




Dans le Plan d’action, il est indiqué que le ministère de la Santé et des Services sociaux doit poursuivre la sensibilisation sur le problème du suicide vécu par les jeunes de minorités sexuelles et sur les mécanismes de prévention afin de rejoindre les associations et les ordres professionnels, ainsi que les organismes d’intervention et de prévention.

Question :
• Quelles sont les actions que vous comptez mettre en place afin de joindre les ordres professionnels et les associations?
• Allez-vous utiliser les expertises des organismes LGBT pour élaborer le contenu des formations?
• Allez-vous utiliser les organismes LGBT pour offrir les formations auprès des ordres professionnels et les associations?



Dans le Plan d’action, il est indiqué que le ministère de la Santé et des Services sociaux doit poursuivre la sensibilisation sur les réalités des personnes de minorités sexuelles et des familles homoparentales au sein des agences de la santé et des services sociaux, ainsi que dans les centres de santé et de services sociaux [CSSS] et auprès de leurs partenaires du réseau local de services (RLS), notamment dans les centres jeunesse.

Questions

• Quelles démarches ferez-vous afin de pour poursuivre cette sensibilisation?
• Vous engagez-vous à mettre sur pied une instance (table de concertation, comité de travail, etc.) pour échanger sur ce qui se fait dans les diverses agences et CSSS?
• Vous engagez-vous à inclure les organismes terrains sur cette instance?



Dans le Plan d’action, il est indiqué que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport doit sensibiliser les directions des services aux étudiants dans les collèges et les universités à la problématique de l’homophobie et aux réalités vécues par les jeunes de minorités sexuelles et les familles homoparentales, afin de favoriser le développement des interventions locales ou régionales de lutte contre l’homophobie et de favoriser l’échange des connaissances. ADS

Questions

• Quelles démarches ferez-vous auprès des universités et des collèges pour y parvenir?
• Est-ce que vous vous associerez avec les organismes terrains pour réaliser cette action?



Dans le Plan d’action, il est indiqué que le ministère de la Famille et des Aînés sensibilise les associations et les regroupements régionaux au sein du réseau des services de garde à prendre en considération les réalités des familles homoparentales dans les programmes de perfectionnement offerts aux éducateurs et aux éducatrices.

Questions

• Est-ce que l’expertise de la communauté sera utilisée (ex. formations « Regards sur les familles homoparentales » et « Nouvelle vision sur l’homosexualité » ) et déjà reconnue par le gouvernement?
• Est-ce que vous vous engagez à soutenir le financement de ces formations?



Dans le Plan d’action, il est indiqué que le ministère du Travail doit sensibiliser les grandes associations syndicales pour leur rappeler l’importance d’assurer des milieux de travail exempts de toute forme d’homophobie, de même que l’obligation d’égalité de traitement qu’une association accréditée doit respecter à l’endroit des salariés qu’elle représente concernant notamment les plaintes de discrimination et de harcèlement basés sur le motif de l’orientation sexuelle.

Question

• Quelles démarches compter vous faire dans cette direction?


Dans le Plan d’action, il est indiqué que le ministère du Travail sensibilise les grandes associations patronales pour leur rappeler l’importance d’assurer des milieux de travail exempts de toute forme d’homophobie et pour les inviter à informer les gestionnaires des entreprises du secteur privé quant à leurs responsabilités légales concernant l’application de la législation sur la reconnaissance des conjoints de même sexe, l’union civile et les nouvelles règles de filiation.

Questions

• Quelles démarches ont été faites dans cette direction outre les activités de relations publiques (17 mai 2012)?


Dans le Plan d’action, il est indiqué que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport doit explorer avec les universités, les moyens nécessaires pour intégrer la problématique de la violence à l’école, incluant l’homophobie, dans la formation initiale du personnel scolaire.

Questions

• Est-ce que l’expérience de la communauté sera utilisée (ex. formations « Regards sur les familles homoparentales » et « Nouvelle vision sur l’homosexualité déjà reconnue par le gouvernement)?
• Est-ce que vous vous engagez à assurer le financement de ces formations?
• Comment allez-vous vous assurer de la collaboration des universités?
• Comment allez-vous intégrer cette notion aux cours obligatoires des futurs membres du personnel scolaire ou allez-vous laisser cette la formation facultative?



Il est prévu que le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles offre aux professeur(e)s de français, ainsi qu’aux agent(e)s d’accueil, d’accompagnement et d’aide à l’intégration, une formation de base sur l’homophobie et les réalités des personnes de minorités sexuelles qui soit adaptée aux réalités interculturelles. ADS

Questions

• Comment comptez-vous mettre en œuvre cette action?
• Est-ce que l’expérience acquise et les connaissances des organismes LGBT seront utilisées (intervention dans les classes de francisation et les classes d’accueil, dépliants multilingues, conférences, etc.)?



Il est prévu que le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles mettre à jour, à tous les trois ans, le guide d’information Réalités juridiques et sociales de l’homosexualité et de la transsexualité dans les principaux pays d’origine des nouveaux arrivants au Québec et assurer la diffusion auprès des conseillères et conseillers en immigration et des divers intervenants dans le domaine de l’accueil et de l’établissement des personnes réfugiées et immigrantes. ADS

Questions

• Comme le guide est bien fait, comment allez-vous vous assurer de le faire connaître plus largement auprès des organismes ethnoculturels non LGBT et des intervenants œuvrant auprès des populations des communautés culturelles?
• Comment allez-vous vous assurer de sa distribution dans les universités et le réseau scolaire, entre autres pour les bibliothèques)?
• Vous engagez-vous à utiliser le matériel d’organismes dans une trousse qui serait distribuée aux nouveaux arrivants et immigrants?



Dans le Plan d’action, il est indiqué que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport doit intégrer les réalités des jeunes de minorités sexuelles dans la mise en oeuvre des mesures du plan d’action pour prévenir et traiter la violence, notamment dans la stratégie locale d’intervention, dans le répertoire des pratiques prometteuses, dans l’outil de référence dont le feuillet « L’homophobie, ça vaut le coup d’agir ensemble ! ».

Question

• Vous engagez-vous à consulter et utiliser l’expertise les organismes terrains LGBT ?

En complément, nous souhaitons avoir des précisions concernant la Loi visant à contrer l’intimidation et la violence à l’école.

Questions

• Comment allez-vous vous assurer de l’obligation pour les écoles d’offrir des activités de sensibilisation pour contrer l’homophobie et la transphobie?
• Comment allez-vous vous assurer que les jeunes LGBT aient accès à des services adaptés à leurs besoins.
• Quels sont les engagements financiers supplémentaires afin d’assurer la réussite de la stratégie de lutte contre l’intimidation et la violence à l’école?
• Comment allez-vous vous assurer de l’intégration du plan de lutte contre l’homophobie à la stratégie de lutte contre l’intimidation et la violence à l’école?



Dans le Plan d’action, il est indiqué que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport doit prendre en compte la question de l’homophobie dans la mise en œuvre (développement et soutien) des plans d’action et des stratégies du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport se préoccupant des questions d’équité sociale, de rapport égalitaire, notamment en éducation à la sexualité, et de persévérance scolaire. ADS

Questions

• Vous engagez-vous à inclure les expertises et les connaissances des organismes LGBT?
• Comment assurerez-vous le lien avec les Tables sur l’éducation à la sexualité?



Le plan d’action prévoit d’assurer un soutien financier aux organismes communautaires afin d’encourager la réalisation de projets d’information et de sensibilisation.

Question

• Vous engagez-vous à assurer un financement à la mission et un rehaussement adéquat pour les organismes LGBT afin d’assurer que les projets financés puissent avoir une pérennité?


Le ministère de la Justice a appuyé la mise en place d’une chaire de recherche universitaire sur l’homophobie et y a investi 475 000 $ afin d’en assurer son développement.

Question

• Est-ce que vous vous engagez à la fin du plan d’action 2011 – 2016 à soutenir cette Chaire de recherche contre l’homophobie et à renouveler son enveloppe financière?


Le MSSS doit encourager le développement de recherches afin d’accroître le niveau de connaissances sur la problématique du suicide et des tentatives de suicide chez les jeunes de minorités sexuelles.

Question

• Quelles sont les actions que vous mettrez en place afin de réaliser cette action?


Le ministère de la Justice doit encourager la recherche sur l’homophobie, notamment sur ses causes et ses incidences sur la santé, le bien-être, les familles, le cheminement scolaire et les conditions de vie générale des personnes de minorités sexuelles, plus particulièrement chez certains groupes spécifiques de la population, telles que les jeunes, les lesbiennes, les personnes transsexuelles, les aînés, les autochtones et les personnes immigrantes et des communautés culturelles.

Question

• Est-ce que vous vous engagez à soutenir la recherche issue de projets d’organismes communautaires?


Le ministère de la Culture, des communications et de la Condition féminine, en collaboration avec le MSSS, doit dresser un portrait sociodémographique et de santés différenciées selon les sexes afin de cerner les besoins des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles et transgenres et adapter les services qui leur sont offerts. ADS

Question

• Vous engagez-vous à ce que ce portrait soit fait pour les personnes transsexuelles et transgenres?


Le ministère de la Famille et des Aînés doit prendre en considération les familles homoparentales et les personnes aînées de minorités sexuelles lors de la réalisation de certaines enquêtes et recherches portant sur les familles et sur les personnes aînées.

Question

• Vous engagez-vous à ce que les sujets de recherche soient développés en collaboration avec le milieu communautaire?


Le MICC doit s’assurer que le thème de l’acceptation des différences concernant les personnes de minorités sexuelles soit abordé dans les cours de francisation, particulièrement ceux portant sur les valeurs fondamentales de la société québécoise.

Question

• Vous engagez-vous à utiliser les ressources et les organismes LGBT déjà existants pour réaliser cette action?


Le MSSS doit définir des lignes directrices relatives à l’inclusion des réalités des personnes de minorités sexuelles, dont les transsexuelles et transgenres, des familles homoparentales et des problématiques émergentes dans les politiques, les programmes et les recherches relevant du réseau de la santé et des services sociaux, notamment par l’actualisation des orientations ministérielles sur l’adaptation des services sociaux et de santé aux réalités homosexuelles.

Questions

• Est-ce que l’expérience de la communauté sera utilisée (ex. formations « Regards sur les familles homoparentales » et « Nouvelle vision sur l’homosexualité »)?
• Vous engagez-vous à inclure les groupes LGBT dans l’élaboration des lignes directrices?



Le MSSS doit mettre sur pied un groupe de réflexion et de suivi des actions pour s’assurer que l’offre de service du réseau de la santé et des services sociaux soit adaptée aux besoins des personnes de minorités sexuelles, de celles qui se questionnent sur leur orientation ou identité sexuelle, des familles homoparentales et des proches. ADS

Questions

• Vous engagez-vous à inclure les organismes LGBT sur le groupe de réflexion?
• Est-ce que l’expérience de la communauté sera utilisée (ex. formations « Regards sur les familles homoparentales » et « Nouvelle vision sur l’homosexualité »)?



Le MSS doit s’assurer que les services d’accueil, de soins et d’hébergement soient adaptés aux réalités des personnes de minorités sexuelles, notamment des jeunes, des aînés, des diverses communautés et des familles homoparentales. ADS

Question

• Vous engagez-vous à utiliser l’expérience des organismes LGBT (ex. formations « Regards sur les familles homoparentales » et « Nouvelle vision sur l’homosexualité »)?


Le MSSS et le MESS devront adapter, lorsque requis, la terminologie des documents administratifs, notamment les formulaires, en fonction de la Loi instituant l’union civile et établissant de nouvelles règles de filiation. ADS

Question

• Est-ce que vous vous engager à ce que les banques de données et les formulaires dans les hôpitaux et les écoles soient adaptés pour refléter la réalité de familles avec deux parents de même sexe et si oui : quand?


Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport doit promouvoir en collaboration avec le ministère de la Santé et des Services sociaux, des activités d’éducation à la sexualité incluant des interventions visant à contrer l’homophobie et le phénomène de l’hypersexualisation en milieu scolaire et dans les centres jeunesse.

• Est-ce que l’expérience de la communauté sera utilisée (ex. formation « De la diversité familiale aux stratégies pour en finir avec l`homophobie »?
• Est-ce que vous vous engagez à financer ces formations?



Le plan d’action prévoit qu’un soutien financier complémentaire sera attribué aux organismes LGBT financés par le MSSS et le MESS qui viennent en aide aux personnes de minorités sexuelles. Depuis son annonce en mai 2011, l’enveloppe de 500 000 $ prévus n’a toujours pas été attribuée pour le rehaussement du soutien à la mission des organismes LGBT.

Questions

• Est-ce que vous vous engagez à bonifier cette enveloppe étant donné que le montant prévu ne peut que pallier au plus urgent et n’assure pas la survie de nombreux organismes LGBT?


Le plan d’action prévoit la mise sur pied d’un Comité de suivi interministériel qui veillera à ce que les orientations et les stratégies d’intervention des ministères relatives à la lutte contre l’homophobie s’harmonisent et puissent se traduire par une action intégrée et cohérente.

Questions

• Est-ce que vous vous engagez à inclure des représentants d’organismes LGBT dans le Comité de suivi?


De manière transversale, afin d’assurer une application optimum du plan d’action…

Questions

• Quels moyens comptez- vous mettre en oeuvre afin de faire connaitre la politique auprès des dirigeants des institutions québécoises des domaines de la santé et de services sociaux, juridiques, de l'éducation, etc.) et comment comptez-vous soutenir et accompagner ceux-ci afin qu'ils intègrent à leurs pratiques les valeurs qui découlent de la politique ?


Dans le plan d'action qui accompagne la politique québécoise de lutte à l'homophobie, on identifie la nécessité d'assurer la formation des professionnels et intervenants des milieux de l'éducation, de la santé et des services sociaux, de la justice, etc. afin qu'ils soient en mesure d'assurer la création de structures d'accueil adaptées aux réalités homosexuelles, bisexuelles et transgenre. Depuis 1994, le ministère de la Santé (L'institut national de santé publique) offre un excellent programme de formation. Malheureusement depuis les 2 dernières années, ce programme fait face à d'importantes coupures qui obligent les gestionnaires de ce programme à refuser toutes demandes provenant d'institutions d'autres ministères.

Questions

• Comment votre parti favorisera-t-il la contribution financière des autres ministères afin de bonifier les enveloppes budgétaires qui rendraient plus accessibles les formations aux professionnels des autres ministères ?
• Comment allez-vous encourager la formation des professionnels des différents ministères afin que le Québec s'assure que l'ensemble des institutions adapte leurs services aux réalités LGBT?



SECTION 2

En mai dernier. Les membres du comité Trans du CQGL ont déposé au ministère de la Justice son Plan de revendications trans dont les principaux objectifs sont d’assurer l’égalité juridique des personnes transsexuelles et transgenres, ainsi que l’amélioration de leur bien-être et de leur qualité de vie.


Le Comité trans du CQGL regroupe les organismes AlterHéros, Action santé travesti(e) et transsexuel(le) du Québec (ASTT(e)Q), le 2110 Center for gender advocacy, la Coalition jeunesse montréalaise de lutte contre l’homophobie (CJMLH), la Confédération des syndicats nationaux (CSN), PolitiQ Queers solidaires et Projet 10, ainsi que la psychologue Françoise Susset et les militantes Maude Demers et Karol Ann Ladouceur. Ensemble, ils et elles possèdent toute l’expertise et l’expérience nécessaire ayant permis l’élaboration du Plan de revendications.

Nous souhaitons donc ici connaître vos engagements à l’égard des demandes des organismes membres du Comité trans.

Revendications transversales
• Reconnaitre les expertises développées par les groupes et organismes destinés aux personnes transsexuelles et transgenres;
• Consulter les groupes et organismes destinés aux personnes transsexuelles et transgenres dans la mise sur pied de politiques qui les concernent directement.
• Reconnaître et permettre l’utilisation du prénom usuel de toute personne transsexuelle ou transgenre dans toutes ses relations avec tous les ministères du gouvernement du Québec sans obligation de changement légal.

Question

• Quels sont vos engagements en regard des revendications transversales?


Justice et droits
• Inclure dans l’article 10 de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, les termes identité sexuelle et expression de genre comme motif de discrimination prohibé. « Toute personne a droit à la reconnaissance et à l’exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, la grossesse, l’orientation sexuelle, l’identité sexuelle et l’expression de genre, l’état civil, l’âge sauf dans la mesure prévue par la loi, la religion, les convictions politiques, la langue, l’origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap ou l’utilisation d’un moyen pour pallier ce handicap. »
• Revoir en profondeur les règles à l’état civil permettant un changement de prénom et un changement de sexe : faciliter le changement de prénom; réviser les normes de publications des changements apportés à l’état civil pour les personnes transsexuelles et transgenres; faciliter le changement de prénom et de sexe pour les personnes immigrantes; permettre le changement de sexe sans devoir subir d’intervention chirurgicale; faire en sorte que le changement de nom et le changement de sexe de tout document produit par l’État civil (certificat de mariage, de naissance pour les enfants, etc.) puissent être en accord avec les modifications apportées au certificat de naissance; élimination des coûts reliés aux changements de prénoms à l’État civil et dans les différents bureaux et organismes gouvernementau; former le personnel de l’État civil aux réalités des personnes transsexuelles et transgenres et adapter un code de conduite respectueux de cette clientèle; former le personnel de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse aux réalités des personnes transsexuelles et transgenres et adapter un code de conduite respectueux de cette clientèle.

Question

• Quels sont vos engagements à l’égard des demandes du volet justice et droits?
Vous engagez-vous à reconnaître dans la législation, la pleine égalité juridique des personnes transsexuelles et transgenres?



Financement
• Assurer le financement des organismes dont la mission principale est de desservir les personnes transsexuelles et transgenres.
• Financer le développement d’initiatives régionales afin de desservir les personnes transsexuelles et transgenres.

Question

• Vous engagez-vous à répondre à ces demandes?

Santé et services sociaux
• Adapter les soins de santé et de services sociaux aux protocoles du Standards of Care, développé par la WPATH (World Professional Association for Transgender Health).
• Former le personnel du réseau de la santé aux réalités des personnes transsexuelles et transgenres et adapter un code de conduite respectueux envers elles.
• S’assurer que les personnes transsexuelles et transgenres aient un accès défrayé par la RAMQ à tous les soins de santé nécessaires à leur transition, incluant les frais d’évaluation et de suivi psychologique obligatoire.
• S’assurer que les soins spécialisés destinés aux personnes transsexuelles et transgenres puissent être dispensés dans toutes les régions du Québec.
• Développer un système de formation continue des médecins, psychologues, infirmières et autres personnels de la santé pour offrir des soins adéquats aux personnes transsexuelles et transgenres.
• S’assurer que l’identité de genre ne soit pas une raison de refus pour offrir des soins de santé généraux n’ayant aucun lien avec la transsexualité ou le transgenrisme.
• Financer la réalisation d’études approfondies sur les effets de l’hormonothérapie sur les personnes transsexuelles.
• S’assurer que les services d’accueil, de soins et d’hébergement (notamment les centres de femmes) soient en mesure d’accueillir toute personne transsexuelle ou transgenre demandant leurs services.
• S’assurer que les centres de désintoxication soient adaptés et leur personnel formé pour accueillir les personnes transsexuelles et transgenres.

Question

• Vous engagez-vous à répondre positivement aux demandes des membres du Comité trans en matière de santé et services sociaux?


Éducation
• Interpeller les milieux universitaires afin que les informations et la matière, touchant l’identité de genre, données en classe soient les plus récentes disponibles afin de mettre fin au problème éthique par lequel des professionnels de la santé qui traitent les personnes transsexuelles et transgenres à partir de données scientifiques qui ne sont pas à jour.

Question

Comment allez-vous mettre en application cette demande?


Sécurité publique
• Permettre aux personnes transsexuelles et transgenres d’être fouillées par des représentants des forces de l’ordre du sexe de leur choix.
• S’assurer que tous les détenus transsexuels et transgenres puissent recevoir les soins de santé que leur condition requiert durant tout leur séjour en centre de détention.
• Procéder à une évaluation complète du système carcéral provincial afin de trouver des solutions qui offriraient un maximum de sécurité aux personnes transsexuelles et transgenres incarcérées.
• Procéder à une évaluation similaire pour les centres de transition suivant la libération.
• S’assurer que le personnel des services correctionnels obtienne la formation adéquate afin de savoir accueillir et traiter avec respect les personnes transsexuelles et transgenres.

Question

Vous engagez-vous à répondre positivement aux demandes des membres du Comité trans en matière de sécurité publique?


Travail
• Développer des ressources pour les employeurs et les syndicats qui leur permettront de faciliter les transitions en milieu de travail des personnes transsexuelles et transgenres.
• Développer des ressources visant à aider les personnes transsexuelles et transgenres à effectuer leur transition en milieu de travail.
• Sensibiliser les employeurs et les syndicats aux devoirs et responsabilités qu’ils ont envers les personnes transsexuelles et transgenres.

Question

Quels sont vos engagements concernant les demandes en matière de travail?


SECTION 3

Dans le Plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie, une action importante n’est pas présente, soit le financement d’organismes LGBT dont la mission ne cadre pas avec les critères de financement à la mission avancés par les ministères. Ainsi des organismes oeuvrant uniquement à partir d’internet, tel qu’AlterHéros et qui offre un service essentiel aux jeunes LGBT, ou encore des groupes œuvrant sur la scène culturelle et qui jouent un rôle essentiel pour la vitalité de nos communautés, tels Image+Nations, Vidé-Elle ou les Archives gaies, sont incapable de se qualifier selon les normes actuelles pour obtenir du financement à la mission et ce malgré le fait qu’ils oeuvrent au sein des communautés LGBT depuis plusieurs années.


Question

Quels sont vos engagements à revoir le financement à la mission des organismes communautaires afin que chacun puisse se qualifier à l’obtention d’un financement?

 

  Envoyer cet article

Campagne électorale provinciale 2012

Le Parti Libéral du Québec répond aux questions du CQGL

PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC Notre gouvernement s’est donné la mission de lever les obstacles à la plei (...)

Publié le 29 août 2012

par L'équipe de rédaction