Lanterne

Mme Dang qui nous rend dingues

Daniel Rolland
Commentaires

La Lanterne a à peine cinq mois d’existence que ce restaurant fait déjà le plein de clients. Portrait d’une cuisine sublime.

Des restaurants de cuisine du sud-est asiatique il y en a légions à Montréal. Mais la Lanterne a ce petit «plus», indéfinissable, sinon une certaine classe. Il faut dire que le décor «cosy» avec ses murs rouges, la couleur de la prospérité en Asie, et ses grandes glaces, dispose bien à ce qui va suivre. Mais il y a surtout la copropriétaire Lisa Dang. Elle l’ignore, mais son sourire est emblématique de ce qui se nomme l’hospitalité à son meilleur. Elle rêvait depuis longtemps d’ouvrir un lieu de cuisine fusion. Vous avez la cuisine vietnamienne qui domine, son pays d’origine, mais aussi des mets de la Thaïlande ou d’inspiration nippone. Elle-même cuisine à merveille. Son plat vedette, est fait de l’émincé de canard et lychee, avec sauce à la noix de coco et cari rouge. Nous avons ouvert le bal avec une soupe Tom Yum d’origine thaï aux crevettes pimentées et citronnelle. En entrée de petites pièces de canard croustillantes enrobées d’une délicate friture. Le péché n’est pas qu’une exclusivité occidentale. Nous avons sombré dans un des péchés capitaux, la gourmandise. La salle était remplie de convives qui devisaient sur les plats savamment présentés et préparés avec une rapidité d’exécution. Avis à ceux qui n’aiment pas attendre avec des désolés à la clé. Les légumes sautés sont aussi jouissifs. Nous vous recommandons aussi cette salade de fruits de mer présentée dans un ananas coupé en deux qui sert de bol. C’est un restaurant de type apportez votre vin, ouvert également le midi. Nous sommes parvenus à nous arracher au sourire de Mme Dang en nous confondant en remerciements hautement mérités.


Lanterne. 1201 boul. de Maisonneuve Est. Tél. (514) 419 8919


 

  Envoyer cet article

Lanterne

Mme Dang qui nous rend dingues

Des restaurants de cuisine du sud-est asiatique il y en a légions à Montréal. Mais la Lanterne a ce (...)

Publié le 29 août 2012

par Daniel Rolland