Écosse

Lettre des évêques catholiques écossais contre le mariage homosexuel

Chantal Cyr
Commentaires

Les prêtres catholiques écossais ont lu dimanche dans les paroisses une lettre de leurs évêques, dénonçant le projet du gouvernement d'Édimbourg de légaliser le mariage homosexuel dans l'année, selon un document de l'Église catholique en Écosse.

«Le mariage est l'union unique et à vie d'un homme et d'une femme», affirment dans cette lettre les évêques catholiques écossais qui se disent «profondément déçus que le gouvernement écossais ait décidé de redéfinir le mariage et de légaliser le mariage entre personnes de même sexe».

Selon le chef de l'Église catholique d'Écosse, Keith O'Brien (photo), «l'enseignement de l'Église sur le mariage est sans équivoque. Il s'agit exclusivement de l'union d'un homme et d'une femme, et les gouvernements, responsables politiques et parlements ont tort de chercher à modifier et anéantir cette réalité», a-t-il estimé.

Fin juillet, le gouvernement semi-autonome d'Ecosse a annoncé son projet d'introduire dans l'année une loi autorisant le mariage homosexuel, devenant ainsi la première province du Royaume-Uni à permettre les unions de personnes du même sexe. Les autorités écossaises ont assuré qu'aucune église ne serait contrainte d'organiser des mariages homosexuels.

Le gouvernement britannique, dirigé par le conservateur David Cameron, s'est pour sa part engagé à légaliser le mariage homosexuel d'ici 2015, en dépit de l'opposition d'une frange de son parti, au pouvoir au sein d'une coalition avec les libéraux-démocrates. L'Écosse, dirigée par le Parti national écossais (SNP, indépendantiste), dispose d'une autonomie qui lui permet d'adopter ses propres lois dans de nombreux domaines, à l'exclusion de la Défense, des Affaires étrangères et des politiques fiscales et économiques.

 

  Envoyer cet article

Écosse

Lettre des évêques catholiques écossais contre le mariage homosexuel

«Le mariage est l'union unique et à vie d'un homme et d'une femme», affirment dans cette lettre les (...)

Publié le 26 août 2012

par Chantal Cyr