Conseil d’arrondissement

Les questions de violence et d’itinérance hantent encore les responsables

André-Constantin Passiour
Commentaires

Après une accalmie au mois de juillet, la dernière rencontre du Conseil d’arrondissement de Ville-Marie du 14 août a vu ramener sur le tapis plusieurs problématiques reliées à la violence, la vente et la consommation de drogues, les incivilités et la sécurité des citoyens. Par la voix de trois porte-parole, le comité « J’aime mon Village » s’est adressé aux élus et aux membres présents du SPVM afin de voir diminuer la criminalité dans le quartier. Également, d’entrée de jeu, le maire Gérald Tremblay, enjeux électoraux obligent, à interpellé les six formations politiques à écouter les préoccupations de Montréal et en particulier de l’arrondissement Ville-Marie sur le développement économique et social afin de bonifier le fonds de 175M$.

Cette soirée s’annonçait longue puisque pas moins de 27 intervenants étaient inscrits au registre. Le maire Gérald Tremblay, par deux fois, a dû allonger la période de questions d’une demi-heure… Fait rare, on pouvait y voir quatre représentants du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) : Mario Guérin, le directeur adjoint du SPVM, ainsi que les commandants Stéphane Plourde, du poste de quartier (PDQ) 12, Alain Simoneau (PDQ 21) et Alain Gagnon (PDQ 22).

Tour à tour, Ghislain Rousseau, Christian Généreux et Danny Godbout, tous membres de l’initiative « J’aime mon Village » se sont exprimés. Tenant compte de deux attaques survenues dans la nuit du 2 au 4 août et le 5 août dans le secteur du Village, M. Rousseau est venu demander aux politiciens et à la police d’agir. « Est-ce qu’on va avoir une politique de 0 tolérance sur les revendeurs de drogues qui sévissent dans les ruelles et les parcs ? Est-ce qu’on va adopter une politique face à l’itinérance «touristique» ? Est-ce qu’on va réorganiser l’éclairage dans les rues perpendiculaires à Sainte-Catherine [où il est totalement déficient] ? Quel est le plan de match ? », a questionné Ghislain Rousseau, le propriétaire de la boutique Fétiche Armada qui s’était fait agresser l’an dernier. « Faites le ménage ! », a-t-il supplié sous les applaudissements de la salle. « Les deux Alain [Simoneau et Gagnon] sont là et ils prennent des notes », a répondu inlassablement le maire Tremblay. M. Rousseau a remercié les efforts du commandant Gagnon d’augmenter les effectifs policiers dans le secteur.

Dans la même veine, Christian Généreux a aussi plaidé pour un moratoire sur l’ouverture de nouveaux centres d’aide aux « personnes marginalisées » puisqu’il y en a déjà 73 dans l’arrondissement. « Vous soulevez un certain nombre de problèmes, mais il faut voir qui sont les personnes concernées et agir en conséquence », a indiqué Jocelyn Ann Campbell, membre du Comité exécutif et responsable des dossiers sociaux.

Répondant autant aux demandes de Ghislain Rousseau que de Christian Généreux, Mme Campbell a poursuivi « c’est très clair qu’il y a un meilleur travail à faire, j’espère que, malgré les incidents, nous sommes sur la bonne voie ».

Tout comme le maire, Jocelyn Ann Campbell s’adressait aux politiciens provinciaux, en campagne électorale, afin qu’ils puissent rehausser les subventions pour que l’on puisse voir des améliorations sur le terrain en termes de prises en charge et de suivi de personnes souffrant de maladies mentales, d’itinérance, de toxicomanie, etc. Entre les lignes, on pouvait comprendre que la balle était dans le camp du prochain gouvernement provincial si l’on désire voir s’accomplir des progrès…



Va-t-on régler les problèmes ?
M. Généreux, quant à lui, est revenu à la charge avec le faible éclairage dans les parcs Serge-Garant (à l’arrière du métro Beaudry), de l’Espoir et la Place Émilie-Gamelin, tous des lieux de vente et de consommation de drogues à ciel ouvert. « Pourquoi les parcs sont-ils si mal éclairés ? », a-t-il interrogé. Cette fois-ci, c’est Alain Dufort, le directeur de l’arrondissement qui a pris le micro pour reconnaître « qu’ils [ces espaces] répondent à une norme d’éclairage minimal. Mais il y aura des installations cet automne ». « Oui, mais c’est maintenant qu’il faut agir », a rétorqué M. Généreux. Quant au parc Serge-Garant, M. Dufort explique « qu’il y a eu des divergences avec la STM à ce sujet-là, mais il y aura un nouvel éclairage ».

« On sait que ce n’est pas toujours facile, on va regarder attentivement la liste des recommandations que vous nous faites, a souligné le maire Gérald Tremblay. Le Village a toujours démontré un grand humanisme face à l’itinérance, nous sommes conscients qu’il y a des problèmes […]. »

Après l’intervention de Danny Godbout sur de récents événements de vol et d’intimidation dans un resto du coin, scène dont des touristes ont été à la fois témoins et victimes, c’est le commandant Alain Gagnon qui s’est adressé au public. « Quand on vole un hot dog ou un sandwich à quelqu’un, ce n’est pas une incivilité, c’est un acte criminel, donc il faut appeler le 911 et ne pas se gêner. Il faut donner la description de la personne parce que, souvent, on sait de qui il s’agit », a avoué le commandant Gagnon. La solution est clairement aussi de faire appel à l’équipe multidisciplinaire en itinérance ou EMRII ou aux organismes d’aide s’il s’agit d’une personne qui a faim. Autant Alain Gagnon que le maire recommandent de prendre discrètement une photo de l’individu en question avec son cellulaire…

Peu avant les propos des initiateurs du projet « J’aime mon Village », un autre résidant du quartier s’était plaint qu’il s’était fait voler son portefeuille sous le pont Jacques-Cartier, justement à cause de l’éclairage manquant et qui rend tout ce secteur non sécuritaire pour les passants… « La sécurité est la priorité de notre arrondissement », continue de répéter aux citoyens Gérald Tremblay… Bien des gens dans la salle n’étaient pas, manifestement, satisfaits des réponses…

noter que la prochaine séance du Conseil d’arrondissement se tiendra le 5 septembre à 19 h, à la Maison de la culture Frontenac (2550, rue Ontario Est, métro Frontenac).

 

  Envoyer cet article

Conseil d’arrondissement

Les questions de violence et d’itinérance hantent encore les responsables

Cette soirée s’annonçait longue puisque pas moins de 27 intervenants étaient inscrits au registre. L (...)

Publié le 15 août 2012

par André-Constantin Passiour

   
Voir les archives

Anciens commentaires

  • facile,mettre,voitures de police banalisee t le nettoyer le damne parc gamelin,maudit depotoir a ciel ouvert,la il est occupe par lgbt,mais aller cote de maisoneuve,les trimps sont tous la,un vrai nettoyage jusqu'a la derniere vermine Publié le 16/08/2012