Italie

Milan ouvre un registre pour les concubins, y compris homosexuels

Hector Cartier
Commentaires

La municipalité de Milan, conquise en mai 2011 par la gauche, a voté vendredi en faveur de l'ouverture d'un registre des concubins, aussi bien hétérosexuels qu'homosexuels, à l'issue d'une réunion-fleuve du conseil municipal de presque 12 heures.

La résolution a été approuvée par 27 oui, 7 non et quatre abstentions, à 3 h 30 du matin. « Nous avons réduit la différence avec l'Europe en matière de droits civils », a commenté avec ironie le maire de la capitale économique italienne, Giuliano Pisapia.

L'inscription à ce registre permettra seulement d'avoir accès aux services fournis par la municipalité et n'ouvrira donc aucun droit en matière de succession ou de retraite régies au niveau national. « Pour obtenir le mariage homosexuel, il faudrait que le parlement vote une loi », a souligné M. Pisapia. Pour le moment, l'Italie reste l'un des derniers pays d'Europe occidentale à ne pas reconnaître les unions homosexuelles. La péninsule ne dispose pas non plus de loi contre l'homophobie.

La Cour de cassation italienne a pourtant affirmé en mars que les homosexuels avaient droit à une vie familiale et aux droits afférents, mais pas au mariage, même si celui-ci a déjà été célébré à l'étranger.

Les unions homosexuelles, complètement rejetées à droite par le Peuple de la Liberté (PDL, parti de Silvio Berlusconi), divisent également la gauche, et notamment le Parti démocrate (PD, principal parti de gauche), qui comporte une forte composante catholique.

Vendredi, les quatre élus catholiques de la majorité municipale PD de M. Pisapia se sont d'ailleurs abstenus. Milan est la troisième ville italienne, après Turin et Naples, à reconnaître les couples non mariés. La ville de Gênes, dirigée par Marco Doria (gauche), envisage de leur emboîter le pas.

 

  Envoyer cet article

Italie

Milan ouvre un registre pour les concubins, y compris homosexuels

La résolution a été approuvée par 27 oui, 7 non et quatre abstentions, à 3 h 30 du matin. « Nous av (...)

Publié le 27 juillet 2012

par Hector Cartier