KPMG et la diversité sexuelle

Une évolution importante

André-Constantin Passiour
Commentaires

Avec ses 5 000 employés au Canada, KPMG est une des plus grandes firmes de services professionnels (audit, fiscalité et services-conseils). Depuis plusieurs années déjà, l’entreprise se concentre sur la personne elle-même afin de pouvoir offrir aux employés un milieu agréable où il fait bon évoluer et grandir. « Être soi-même au naturel » est devenu un slogan presque qui défini clairement les valeurs et la culture d’entreprise chez KPMG.

Depuis 2004-2005, Pride @ KPMG relie entre eux près de 75 personnes, et ce, à travers le Canada. Oeuvrant dans ce milieu généralement conservateur, KPMG soutient pourtant ses employés LGBT et les intègre dans un climat d’ouverture et d’acceptation. Les membres de ce réseau LGBT participent, également, à des activités de Fierté au Travail ou de la Chambre de commerce gaie du Québec (CCGQ).

« Ce réseau comprend de 60 à 75 membres environ, de dire Martin Leblanc, associé, Services conseils chez KPMG. Mais il y a plusieurs niveaux de gradation selon qu’ils s’affichent ouvertement, qu’ils ne veulent que s’afficher à l’intérieur du réseau ou qu’ils sont des membres connus uniquement de l’administrateur du réseau.» Ce réseau LGBT s’étend donc aux grands centres urbains canadiens comme Halifax, Montréal, Toronto, Calgary ou Vancouver, mais également dans de plus petites villes. Cependant, le dynamisme de Pride @ KPMG fait en sorte que des gens de l’extérieur, du bureau de Londres par exemple, se greffent à ce réseau canadien LGBT. « Ce qui est très intéressant, parce que lorsqu’on développe des projets à l’étranger, cela nous permet de contacter des membres du réseau, des gens qui vivent la même chose que nous », de poursuivre M. Leblanc.



Comme pour d’autres entreprises, chez KPMG aussi les cercles dédiés à l’avancement des femmes en affaires, a ouvert la voie à une meilleure compréhension de ce que vivent les personnes LGBT. « La diversité sexuelle n’est pas vue comme une problématique, mais plutôt comme une volonté d’être inclusif, de regarder la personne dans son ensemble, indique Martin Leblanc qui est à l’emploi de la firme depuis 25 ans. Il s’agit donc de créer un environnement agréable pour chacun. En même temps, il y a eu une importante évolution depuis les dix dernières années. La diversité sexuelle a été intégrée, comme pour les femmes, comme pour les groupes ethniques, elle fait partie de notre quotidien. »
« Les talents sont partout, on ne veut pas se priver des talents de quelqu’un, il faut donc s’assurer que l’on puisse se sentir bien dans l’entreprise, que l’on puisse se sentir soi-même. On recherche la qualité chez un employé et c’est cela qui compte. Même face à la haute direction, on vise [à ce que le fait d’être LGBT] devienne quelque chose de banal », de rajouter Pierre Leclerc, directeur régional, Marketing.

Alors, KPMG s'est-elle inspirée d'autres expériences, d'autres entreprises (comme IBM, Telus, etc.) pour mettre sur pied un tel programme ? « Dans le milieu des affaires, tout le monde se parle. On s’inspire tous les uns des autres et les expériences des autres entreprises nous servent à nous aussi », de dire Martin Leblanc.

Plus d’ouverture
« Plus il y aura de la sensibilisation dans la société, par exemple à travers le Dr Réjean Thomas et d’autres, dans différents milieux et dans les milieux professionnels comme le nôtre, plus le conservatisme va être dépassé. La perception change à l’égard des personnes LGBT. Mais il reste du chemin à faire », renchérit Martin Leblanc.

Mais comment en est-on arrivé là ? A-t-on entrepris de tels programmes en raison de discrimination ? «Il y a sans doute moins de discrimination aujourd’hui qu’auparavant, pense M. Leblanc. Il se peut que ce type de situation se produise, mais, en général, il y a un très grand respect chez les membres du personnel et entre celui-ci et les clients.» «KPMG offre un environnement d’ouverture et d’inclusion. Les gens ont des droits aussi et on ne tolèrera pas la discrimination », souligne pour sa part Pierre Leclerc.

Il faut dire que l’ensemble de la société progresse en matière de valeurs et de moralité. Ce qui était « moralement discutable » dans le passé, ne l’est plus maintenant. Les jeunes, en particulier, contribuent à ce phénomène. Lorsqu’ils arrivent sur le marché du travail, dans une compagnie, ils veulent qu’on les prenne tels qu’ils sont. « Les jeunes ont beaucoup moins de retenue aujourd’hui, c’est une évolution marquée. On envie presque les jeunes d’avoir fait tant de chemin », estime M. Leblanc. Mais il y a aussi l’envers de la médaille. Pour d’autres jeunes, cela est plus difficile de s’affirmer. «On se rend compte de l’utilité du réseau pour certains jeunes qui ont besoin de modèles, d’exemples, car, il faut bien le dire, il y en a moins dans des univers professionnels comme le nôtre. De ce côté-là, oui, on a encore du chemin à parcourir pour appuyer ces jeunes et le réseau LGBT est là pour ça », considère Martin Leblanc.

Depuis un an ou deux, cependant, Pride @ KPMG connaît un certain ralentissement. On est en train de revoir les objectifs du réseau. Bien sûr, lorsqu’ils en ont le temps, des représentants de KPMG vont aux diverses activités organisées par Fierté au Travail ou par la CCGQ. Le désir d’implication dans la communauté est là. « Mais certains employés ne sont pas encore assez à l’aise avec le fait d’aller s’afficher publiquement dans de telles rencontres », dit M. Leblanc. Il s’agit donc pour Pride @ KPMG de combiner à la fois les volets sociaux et celui d’étendre encore plus le réseau d’affaires. « On veut ainsi se renouveler et repenser nos activités », confie Martin Leblanc.

Pour terminer l’entretien avec Messieurs Leblanc et Leclerc, nous leur avons demandé quel message la firme aimerait lancer à la communauté LGBT, pour son recrutement par exemple et en général ? « Le message c’est d’être soi-même, c’est la base de tous les programmes de KPMG… », de conclure Martin Leblanc.

 

  Envoyer cet article

KPMG et la diversité sexuelle

Une évolution importante

Depuis 2004-2005, Pride @ KPMG relie entre eux près de 75 personnes, et ce, à travers le Canada. Oeu (...)

Publié le 27 juillet 2012

par André-Constantin Passiour