Les 30 ans du Village

États généraux des communautés gaie et lesbienne

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Pendant trois jours, du 1er au 3 mars 1996, plusieurs gais et lesbiennes de la région montréalaise se réunissent à l’UQAM lors d’un colloque extraordinaire. Ces états généraux, convoqués par le Centre des gais et lesbiennes de Montréal et la Table de concertation des lesbiennes et des gais du Grand Montréal, ont pour but de faire le bilan des 41 recommandations de la Commission des droits de la personne du Québec publiées dans le rapport « De l’illégalité à l’égalité », rapport qui faisait suite aux audiences publiques de 1993. Les deux cents et quelques participants, réunis en ateliers, formulent près de soixante nouvelles recommandations. Concrètement, ces États généraux ont mené à la création de Dire enfin la violence et de la table multipartite sur la violence (qui a regroupé quelques années des représentants de groupes gais, des corps policiers, la ville de Montréal, etc.).

Il y a aussi eu la fondation du Forum des gais et lesbiennes syndiqués du Québec et les travaux du Comité sur les infrastructures pour évaluer les besoins en locaux et services pour les groupes communautaires. La lutte menée ensuite pour la reconnaissance des conjoints de même sexe puis le mariage, découle directement de ce rassemblement.