Langlois et Associés

Quand on est cassé comme un clou

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

On le sait, l’accès facile au crédit a créé de fâcheuses habitudes qui ont fait en sorte qu’on confond souvent le crédit avec l’épargne. Mais vient un moment où sonne l’heure du recouvrement des dettes. Que faire ?

Un syndic, métier que pratique Réal Langlois depuis 23 ans, c’est un peu votre psychologue des finances. Si vous voulez vous en sortir, couru par toutes les agences de recouvrement, il est là avec le recul nécessaire pour juger de la situation – mais surtout, pour trouver des solutions. « D’abord il faut savoir que nos activités sont régies par la loi et que les consultations sont gratuites. On fait l’inventaire des dettes accumulées de même que des revenus et des avoirs. Jamais on ne recommandera de faire faillite. Ce n’est pas notre rôle. Et en bas de 2000$ d’endettement, on oublie ça. Il y a toutes sortes d’autres avenues à explorer comme les propositions concordataires, le dépôt volontaire, etc. » Il assiste à une montée inquiétante du nombre de ceux qui ont fait du crédit un mode de vie. Les honoraires sont déterminés par le législateur et sont au pourcentage des sommes dues. Le syndic va être l’intermédiaire entre le créancier et son client. Il est le médiateur qui va opérer en visant la satisfaction des deux parties. « Les problèmes financiers se produisent souvent pour des raisons indépendantes de notre volonté, comme la perte d’emploi, la maladie ou l’invalidité. » Réal Langlois, c’est l’oreille active qui d’abord écoute et ensuite conseille.

Langlois & associés. 4510, rue Papineau. Montréal. Tél. 514-418-3342

 

  Envoyer cet article

Langlois et Associés

Quand on est cassé comme un clou

Un syndic, métier que pratique Réal Langlois depuis 23 ans, c’est un peu votre psychologue des finan (...)

Publié le 25 juillet 2012

par Denis-Daniel Boullé