Jean Guida de Mortellaro

Disparition d’une reine de la nuit

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

Elle s’était faite discrète ces dernières années. Son autobiographie parue en 2009 sous le titre Il était une fois… Guilda avait pourtant été un grand succès de librairie. Mais le personnage ne se montrait plus beaucoup. De son vrai nom, Jean Guida de Mortellaro, l’artiste a eu un parcours aussi singulier que remarquable. L’homme était connu pour son interprétation de femmes élégantes et excitantes, une carrière qui avait commencé en France et qui avait connu son apogée à Montréal dans les années cinquante où il se produit régulièrement au cabaret chez Paré, rue Stanley. Guilda connaît aussi les tournées dans la province avec la troupe de Jean Grimaldi, puis s’essaie à la chanson avec la production d’un premier album en 1962 portant le titre de : Une femme pas comme les autres.

Il entame ensuite une carrière de meneuse de revues dans les spectacles de Gilles Latulipe et fait de nombreuses apparitions d’émissions télévisées en tant qu’invité.

Même si Jean Guida a toujours considéré qu’il était deux, Jean et Guilda, un homme et une femme en même temps, c’est Guilda qui lui apportera gloire et notoriété, au point où peu de personnes auront connu l’homme qui se cachait sous les paillettes et les perruques blondes.

Lors de la sortie de ses mémoires, Guilda, qui avait alors 85 ans, s’était confiée à Fugues dans une entrevue disponible sur le site. Il revenait sur sa carrière qui avait été plus heureuse que sa vie personnelle : « Au music-hall, j'avais toujours travaillé en vedette principale. Mais cette carrière a gâché de nombreuses années de ma vie privée, ces années où j'aurais pu voir grandir mes enfants… » Il revenait aussi sur le dédoublement entre le garçon qu’il décrivait comme timide et discret et Guilda, une « emmerdeuse », selon lui, capable de tout faire, et surtout de chanter avec sa propre voix et non pas en playback comme le font de nombreuses drag-queens actuelles.

Mais ce qui est à noter, c’est que Guilda, aussi bien par ses tournées que par ses apparitions à la télévision, est entrée chez tous les Québécois qui ont adoré ce drôle de personnage haut en couleur et en ambigüité.

Guilda s’inscrit dans la grande tradition des personnificateurs féminins qui ont pavé la route à celles que l’on reconnaît aujourd’hui comme des drag-queens. Moins connue des plus jeunes, Guilda s’est éteinte à l’âge de 88 ans et avec elle ce sont les nuits de Montréal qui sont en deuil.

 

  Envoyer cet article

Jean Guida de Mortellaro

Disparition d’une reine de la nuit

Il entame ensuite une carrière de meneuse de revues dans les spectacles de Gilles Latulipe et fait d (...)

Publié le 24 juillet 2012

par Denis-Daniel Boullé