FIERTÉ AGRICOLE

De nouveaux horizons pour le milieu LGBT

Michel Joanny-Furtin
Commentaires

Un peu plus de 50 agriculteurs et agricultrices se sont réunis le 25 mars dernier afin de procéder au lancement d’un nouvel organisme, Fierté agricole, afin de favoriser le réseautage et de briser leur isolement. Mais pas seulement…

Ce moment historique a été partagé avec des invités qui ont joué un rôle important dans la mise sur pied de l’organisme. Maria Labrecque Duchesneau, directrice générale de l’organisme Au Cœur des Familles Agricoles, est sans contredit celle qui a permis de mettre de l’avant l’organisme. Elle a initié les premières rencontres avec des individus LGBT issus du milieu agricole. « Tout a commencé par un souper de Noël chez Maria où nous étions huit », se souvient Réal Proulx, président de Fierté Agricole. « L’année suivante, grâce au bouche à oreille, nous étions presque 20, puis au dernier plus de cinquante. De fil en aiguille, l’idée de nous réunir a germé parce qu’il fallait une structure pour répondre aux besoins de notre communauté rurale. Depuis la fondation de notre organisme, nous enregistrons une à deux adhésions de nouveaux membres par semaine, affirme Réal. Fierté Agricole répond vraiment à un besoin. »

Faire évoluer la culture rurale
Selon le président, « la société québécoise est plus ouverte que jamais face à l’homosexualité. Nous n’avons plus besoin de nous faire invisibles. Toutefois, pour plusieurs d’entre nous, sortir du placard reste très difficile, notamment pour celles et ceux en milieu agricole. La faible densité de population LGBT hors des grands centres fait qu’il y a peu ou pas d’espaces publics nous permettant de nous rencontrer, de socialiser et de nous faire des amis. Fierté Agricole et son volet social seront là maintenant pour répondre à ces besoins.» Or, selon Réal Proulx, les enjeux vont au-delà de la simple rupture de l’isolement et de la réduction des distances. Il s’agit aussi de faire évoluer les mentalités, «la culture même du monde rural au regard des autres familles, mais aussi des propres familles de nos membres. Les familles agrico-les veillent à la transmission du bien de géné-ration en génération. L’homosexualité d’un enfant est un choc important qui bouscule cette tradition. Plusieurs LGBT se sont mariés et ont fondé des familles », pour répondre à cette injonction sociale. Mais le chemi-nement de chacun vers le bonheur reste un choix souvent solitaire qui ostracise parfois la personne qui le fait.

Y’a pas qu’à Montréal!
«Fierté Agricole est vouée à répondre aux besoins des personnes LGBT, à les supporter et à leur donner les outils nécessaires», poursuit Réal Proulx. «Souvent, une entreprise rurale répond à un actif important, et les démarches légales entre conjoints de même sexe, ex-conjoints, héritiers sont complexes. Fierté Agricole pourra conseiller ses membres sur les moyens légaux pour intégrer les partenaires de vie, et assurer la survie de l’entreprise rurale.»

« Enfin, en parler, jouer la visibilité, sortir du placard et s’affirmer sont autant d’atouts pour favoriser l’acceptation et démontrer que l’homosexualité n’est pas qu’un phénomène citadin, et que y’a pas qu’à Montréal qu’on peut se rencontrer entre gais et lesbiennes », conclut-il en souriant. Le conseil d’administration (photo) est composé de Gérald Bérubé, trésorier; Réal Proulx, président; Joé Desjardins, second vice-président, Carolanne Côté, première vice-présidente, et Alain Therrien, secrétaire.


Plus d’infos à l’adresse électronique : fierteagricole@hotmail.ca

 

  Envoyer cet article

FIERTÉ AGRICOLE

De nouveaux horizons pour le milieu LGBT

Ce moment historique a été partagé avec des invités qui ont joué un rôle important dans la mise sur (...)

Publié le 20 juin 2012

par Michel Joanny-Furtin

   
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Je suis très content de voir enfin la "Fierté Agricole". Même si je viens d'un milieu urbain, j'ai toujours rêvé de vivre avec mon amoureux dans un milieu rural. L'amour, la nature, c'est la vie! Et je veux vivre! Publié le 28/06/2012