Les cupcakes & compagnie

Se sucrer le bec finement

Daniel Rolland
Commentaires

Les cupcakes sont aux desserts ce que les tapas sont aux petites bouchées : des produits tendance. Vous ne le saviez pas? Mais oui! On ne déguste pas les cupcakes, on les dévore. Surtout les petits formats qui s’avalent à la fournée.

La question, maintenant : où peut-on trouver des cupcakes selon les règles de l’art ? Il ne faut pas aller très loin. Les cupcakes & cie est une petite boutique que les proprios nomment « kiosque », en plein centre du Village. Sur les présentoirs on trouve une trentaine de variétés.

Claude Lepage et son compagnon Anibal Pereira ont un plaisir fou à faire dans la création de ces mignardises. « Il y a des journées où je me demande quelle garniture je pourrais bien mettre ou quel dessin rigolo », nous dit Anibal, originaire de Salvador de Bahia au Brésil. Un être chaleureux au possible, comme les habitants de son pays d’origi-ne. Claude, lui, est un diplômé en cuisine de l’ITHQ. Il m’explique que « le cupcake est apparu au début du XXe siècle en Angleterre. Comme dans les familles pauvres on ne pouvait s’offrir de gros gâteaux, on a eu l’idée de mouler des petits formats dans des soucoupes, d’où le nom. »

J’ai goûté aussi la variante chaude, non sucrée et salée, qui peut servir de petit en-cas lorsqu’on n’a pas trop faim. On m’en a fait découvrir un premier au jambon, cheddar et canneberges, et un autre aux crevettes, poire et fromage bleu. On a pensé aussi aux diabétiques, le sucre pour les cupcakes-desserts étant remplacé par du Splenda. Et on jongle avec l’idée d’accommoder les intolérants au gluten. Dans les deux cas, la fabrication se fait sur commande.

Finalement nos deux comparses pratiquent le plus beau métier du monde : nous engourdir de bonnes sucreries.

Les cupcakes & cie. 1356, rue Sainte-Catherine Est. Montréal
T. 514-507-2253

 

  Envoyer cet article

Les cupcakes & compagnie

Se sucrer le bec finement

La question, maintenant : où peut-on trouver des cupcakes selon les règles de l’art ? Il ne faut pas (...)

Publié le 20 juin 2012

par Daniel Rolland