Restaurant PICAPICA

La bouffe en partage !

André-Constantin Passiour
Commentaires

Ouvert il y a trois ans, Picapica veut dire «pige pige» en espagnol, parce que l’on peut piger à même plusieurs assiet-tes de tapas, mais aussi parce que la cuisine du resto pige dans diverses influences, l’Ibérique, bien sûr, mais également méditerranéenne ou carrément sud-américaine. Cependant, on n’oublie pas qu’au Québec il y a des amateurs de viandes, d’où les steaks de qualité Angus qui régaleront plusieurs palais !

Le Picapica est le secret bien gardé du Village. À l’angle du boulevard de Maisonneuve et Visitation, ce resto, offrant une terrasse à l’euro-péenne, se laisse apprivoiser par sa cuisine aux saveurs multiples. Emi-lian Manole, son copropriétaire d’origine roumaine, est un amoureux de «tapas», ces petites bouchées qui nous viennent d’Espagne.

En 1992, diplôme de cuisine en main, Emilian Manole débarque de sa Roumanie natale. Dès son arrivée, il travaille dans la restauration. «Après mon cour de cuisine, je me destinais à l’enseignement. Mais, en réalité, je n’avais pas envie d’enseigner parce que j’aime la cuisine, c’est une passion. Pour moi, la bouffe, la cuisine, c’est une façon de rendre les gens heureux. Lorsque les gens mangent, qu’ils aiment et apprécient ce qu’ils dégustent, cela les rend de bonne humeur et je suis content de les voir heureux…», confie Emilian.

Avec ces deux associés, M. Manole cherchait des plats à partager entre amis, entre membres d’une famille, entre collègues de travail à l’heure de l’apéro par exemple, d’où l’idée de Picapica. «C’est une autre culture, comme dans les pays méditerranéens où l’on met des plats sur la table et tout le monde en prend un peu, continue-t-il. C’est une manière d’explorer le monde, de voyager à travers les plats et de découvrir une multitude de choses, d’ingrédients, d’herbes et d’épices», explique-t-il. Au total, on retrouve chez Picapica environ 90 tapas à faire saliver. Des dattes californiennes (ail et bacon avec sauce teriyaki) au saumon noirci aux épices cajuns, du millefeuille d’escargots aux crevettes en sauce piri-piri (une sorte de piments) au mélange de champignons sauvages, sans oublier les cailles royales marinées et caramélisées ou encore des juliennes de poulet au fromage de chèvre, le choix est vaste et on se gratte la tête afin de décider ce que l’on mange. N’ayez crainte, le personnel est patient et serviable. Les carnivores auront la panse bien satisfaite et l’esprit rassasié par le carré d’agneau ou de porc, le médaillon de bison ou encore une bavette de bœuf, entre autres.

On ne lésine pas avec la fraicheur des aliments ! «Nous faisons affaire avec des fournisseurs, tel que la Maison du Gibier, qui nous permet d’acheter de petites quantités ce qui garantit la fraicheur et la qualité des viandes, indique Emilian Manole. Il en est de même pour les poissons et les fruits de mer qui proviennent d’une petite poissonnerie portugaise. L’été, c’est du marché Jean-Talon que l’on prend nos légumes. On s’assure ainsi d’acheter localement, comme nous avons de très bons produits au Québec!» Pour ce qui est des desserts, encore là, les amateurs de sucreries apprécieront les savoureuses recettes, confectionnées sur place, qui feront chavirer les cœurs tendres…


Restaurant Picapica 1310, boul. de Maisonneuve Est, Mtl.
T. 514-658-2884 ou www.picapicamontreal.com

 

  Envoyer cet article

Restaurant PICAPICA

La bouffe en partage !

Le Picapica est le secret bien gardé du Village. À l’angle du boulevard de Maisonneuve et Visitation (...)

Publié le 20 juin 2012

par André-Constantin Passiour