Geneviève Paris

Plusieurs vies mais une même quête

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

Geneviève Paris avait disparu pour le public. Et puis, sans prévenir, on entend parler de la sortie de 7, un album avec de nouvelles créations. Ce n’est pas un retour, plutôt la continuité du travail de Geneviève Paris qui ne regarde jamais en arrière. L’auteure-compositeure-interprète suit son instinct. Un instinct qui, selon elle, ne l’a jamais trompé.

« Très jeune, j’ai compris qu’il fallait écouter cette petite voix. Et c’est elle qui me permet de faire des choix, parfois difficiles, mais au bout du compte, ce sont toujours les bons », nous confie-t-elle avant de rejoindre ses musiciens pour chanter quelques titres de son dernier opus.

La voix est chaude, rauque, à l’image de la belle cinquantenaire qui vit toujours à fond, le bonheur comme le malheur. Geneviève Paris est déterminée, volontaire, surement un peu autoritaire, mais pour ceux et celles qui savent écouter il y a les interstices, la fragilité, la tendresse, la compassion, un incroyable besoin d’amour, d’amour à prendre et à donner. Et tout cela on le retrouve dans les paroles de ces nouvelles chansons, avec Mon amour, mon enfant, Quelqu’un qui m’entende ou encore L’indifférence tue.

L’histoire de cet album est indissociable de la propre histoire de Geneviève Paris. « Cela m’a repris presque par hasard. Même si je me souviens bien d’avoir dit à une amie dans un restaurant que je m’ennuyais, que je n’étais pas heureuse. Et quand je ressens cela, je sais qu’il faut que je change tout. Et puis l’écriture, l’écriture qui est venue comme cela, j’écrivais, ça coulait presque tout seul. Parfois, cela venait en quatrain, puis la mélodie m’apparaissait ».

Celle qui est devenue une webmestre, passion dont elle a fait un métier depuis plus de dix ans a mis toutes ses économies pour 7 et espèrent qu’elle touchera le public comme ses propres chansons la touchent. Est-il possible après cinquante ans de tout remettre en question ? Aucun problème pour Geneviève Paris. « J’ai passé ma vie à remettre en question mes propres choix, à faire des virages à 180 degrés. Et si l’on ne fait pas ce que l’on envie, quand va-t-on le faire ? L’âge n’a rien à voir. Il faut aller de l’avant avec ce qui nous tient aux tripes, au cœur. Bien sûr, c’est parfois épeurant, c’est parfois dur, mais il y a toujours de grands plaisirs, de grands accomplissements. Il ne faut jamais renoncer ».

Et c’est de la même façon que dans son écriture elle a accepté les émotions, même les plus sombres, « et même pires » insiste-t-elle, parce que cela lui permettait d’aller plus loin. Pas de censure, pas de déni chez cette artiste qui mène sa carrière en fonction de ce qu’elle sent et ressent, celle qui dans une balade-berceuse dit : «… tu sembles tout comprendre avec le cœur».

Passionnée, Geneviève Paris, l’est. Intense. On comprend que l’indifférence peut la tuer comme elle le chante. Et bien entendu, ses passions elles sont au féminin. Mais cela tout le monde le savait. Nous éteignons nos cigarettes, on s’embrasse, et le temps de saluer quelques ami-e-s qui se sont déplacé-e-s à ce lancement, elle prend la guitare, et sa voix s’élève, grave, profonde, qui vient toucher directement l’âme et le cœur… 6 Denis-Daniel Boullé

7, de et par Geneviève Paris. www.genevieveparis.com

 

  Envoyer cet article

Geneviève Paris

Plusieurs vies mais une même quête

« Très jeune, j’ai compris qu’il fallait écouter cette petite voix. Et c’est elle qui me permet de f (...)

Publié le 20 juin 2012

par Denis-Daniel Boullé

   
Voir les archives

Anciens commentaires

  • On dirait qu'il la connait bibibien.... Publié le 21/06/2012