5e édition d’Aires Libres

«Aires libres» sous «un décor inédit»

André-Constantin Passiour
Commentaires

Le mercredi 6 juin, on a donné le coup d’envoi à Aires Libres 2012, à l’Olympia, en présence de plusieurs partenaires et élus municipaux et représentants de l’arrondissement de Ville-Marie. L’événement de piétonisation de la rue Sainte-Catherine, entre Saint-Hubert et Papineau, revient ainsi pour une 5e année d’affilée et se tient jusqu’au 3 septembre prochain. De manière spéciale, par une exposition, on y célèbrera, entre autres, les 30 ans du Village gai qui s’est établi dans le secteur.

«La piétonisation de la rue Sainte-Catherine Est, c’est aussi la célébration et l’expression de sa diversité […]», a indiqué lors d’une courte allocution Sammy Forcillo, conseiller du district de Peter-McGill, agissant à titre de maire suppléant. M. Forcillo a salué le sens de l’initiative de la Société de développement commercial du Village (SDC) et ses efforts pour développer le quartier. M. Forcillo, en référence aux «Boules roses», a parlé d’un Village sous «un décor inédit» attirant visiteurs et touristes, une installation très colorée qui a fait le tour de la planète design et décoration par une couverture dans des revues spécialisées de plusieurs pays. Sammy Forcillo a louangé «l’imagination et la créativité» de l’architecte Claude Cormier à ainsi embellir la rue par la suspension de ces dizaines de milliers de boules roses. Claude Cormier qui a d’ailleurs conçu un décor pour la rue du Musée, dans le district de Peter-McGill, a tenu à dire Sammy Forcillo avec une pointe d’humour… M. Forcillo était accompagné, entre autres, de François Robillard, conseiller de Saint-Jacques, Pierre Mainville, conseiller de Sainte-Marie.



Prenant la parole brièvement, l’architecte paysagiste Claude Cormier a partagé avec l’auditoire l’idée qu’il allait proposer pour 2012, soit un accrochage «multicolore». «Cependant, Frédéric Metz [membre du conseil d’administration d’Aires Libres et professeur de design reconnu à l’UQAM], nous a fait remarquer que ce serait intéressant de reprendre l’idée des boules roses tout en amplifiant l’expérience ce qui donnerait encore plus de caractère à l’événement. Nous avons donc retenu l’idée de M. Metz», a dit Claude Cormier en regardant et en saluant Frédéric Metz présent dans la salle. «L’engouement que les Boules roses crée est le meilleur outils pour inspirer un élément de sécurité et de qualité de vie, cela crée un moment de bonheur dans la ville pendant trois mois», a commenté M. Cormier.



Pour rester dans ce dossier de création, Louis Gagnon, le directeur de Paprika et designer de l’installation de l’Aire Banque Nationale (au coin de Wolfe et Sainte-Catherine), a lui aussi souligné l’importance du design et de l’imagination ainsi que la compréhension des partenaires, la SDC du Village et la Banque Nationale (commanditaire majeur de l’événement) à vouloir laisser une certaine place aux créateurs. «C’est un privilège d’occuper ce territoire [l’Aire Banque Nationale]», a noté M. Gagnon qui a, également, mis l’emphase sur la longue collaboration qui existe entre la SDC du Village et l’agence Paprika, «avant même l’existence d’Aires Libres». Pour ceux qui ne l’ont pas remarqué, l’installation de l’Aire Banque Nationale a été modifiée pour supporter un nouveau texte, tiré toujours du «Manifeste du Village», rédigé par Guy Corriveau. On peut ainsi y lire la phrase «Au Village, nous croyons que les différences doivent enrichir plutôt que diviser».

En parallèle au Boules roses, on bénéficie d’un certain rappel, sur la rue Amherst, par l’installation de banderoles roses sur les lampadaires…

Bernard Plante, directeur général de la SDC du Village, s’est fait maître de cérémonie pour l’occasion et à dressé une liste des nombreuses activités qui auront cours cet été.

Denis Brossard, président du conseil d’administration de la SDC, Nicole Gauron, directrice de la succursale Place Dupuis de la Banque Nationale, Simon Laroche, porte-parole de la Brasserie Labatt (Stella Artois), également commanditaire majeur, ainsi que les créatrices de l’installation Memorama (les escaliers pour se rendre au-dessus des Boules roses et se faire prendre en photo), Mouna Andraos et Melissa Mongiat, se sont aussi adressé au public rassemblé dans le lobby du théâtre Olympia.

 

  Envoyer cet article

5e édition d’Aires Libres

«Aires libres» sous «un décor inédit»

«La piétonisation de la rue Sainte-Catherine Est, c’est aussi la célébration et l’expression de sa d (...)

Publié le 08 juin 2012

par André-Constantin Passiour