CHEZ MARGO

Nathalie Bourret ouvre un resto

Olivier Poulin
Commentaires

Répondons d’abord à la question que tout le monde se pose. Nathalie, est-ce l’hétéro que Réglisse écœurait tout le temps, sa tête de turc préférée ? La réponse est oui, à la nuance près que les deux sont de grands amis qui aiment s’agacer, parfois méchamment, mais jamais pour blesser. C’est cette ambiance à la fois ouvertement bitch mais pas hypocrite du tout que la nouvelle restauratrice a trouvé, en 2001, en allant porter son CV au Zazou, là où se trouve aujourd’hui la Ninkasi. Elle y a travaillé jusqu’à la fermeture en 2003, puis elle a fait son entrée au Drague.

« J’avais toujours travaillé dans des restaurants ou dans des bars hétéro avec des clients achalants qui veulent ton nom pis ton numéro de téléphone, qui s’essaient tout le temps, raconte-t-elle. Au Zazou et au Drague, j’ai eu du fun parce que j’étais plus la pitoune, j’étais la reine du 5 à 7! J’ai rencontré des amis sincères, même si, au début, certains clients n’ont pas aimé être servis par une femme. C’était nouveau au Drague. » explique celle dont le fils a travaillé comme bossboy au Drague.

C’est d’ailleurs entourée de cégépiens souvent plus jeunes que son plus vieux qu’elle a conclu dernièrement avec succès un retour à l’école en techniques juridiques. À 45 ans, mère de 3 enfants, la Bourette, comme la surnomment ses clients, a récemment décidé de changer de vie. Se coucher à 4 heures du matin et se lever avec une gueule de bois de Jack Daniel’s? Non merci! Une occasion d’ouvrir un restaurant s’est présentée et Nathalie l’a saisie.

« Je voulais ouvrir une petite place où le service est chaleureux et où presque tout serait fait maison. Ici, c’est pas le Château Frontenac. C’est beau, bon, pas cher. Et la communauté gaie est plus que bienvenue! » Chez Margo est ouvert de 11h à 20h du lundi au vendredi et le samedi de 9h à 14h. 418-977-9994.

 

  Envoyer cet article

CHEZ MARGO

Nathalie Bourret ouvre un resto

« J’avais toujours travaillé dans des restaurants ou dans des bars hétéro avec des clients achalants (...)

Publié le 23 mai 2012

par Olivier Poulin