Malgré ses vieillissants 29 ans Mado se souvient...

Philippe Boivin
Commentaires
Se placer volontairement aux abords de la scène du Cabaret Mado relève d'une audace aux conséquences souvent irréversibles pour l'égo. Durant ses spectacles, Mado scrute constamment la foule éclairée à la recherche d'une permanente tout droit sortie des années 80, d'une dentition typiquement anglaise ou d'une matante égarée de son 450. C'est à croire que les clients du Cabaret Mado sont tous un brin masochistes au point de désirer se faire « bitcher » par le personnage aux faux cils aussi drus que du poil de narines de phacochère. Difficile de chiffrer le nombre exact de victimes qui ont marqué la mémoire de cette chère Mado... et qui ont dû suivre des mois de thérapie après leur passage dans le très couru lieu de perdition. Pour rendre hommage à son Cabaret, la reine du Village a tenu à dresser un palmarès des événements les plus marquants (et des victimes les plus notables) de ses dix années d'existence. 10) Les filles qui appellent au Cabaret pour savoir à quel moment elles peuvent passer des auditions, alors qu'elles croient avoir joint le Cabaret chez Mado, un bar de danseuses nues situé sur le boulevard Pie-IX. Mado rêve du soir où une aspirante se présentera au Cabaret et constatera rapidement que les hommes aussi peuvent se pavaner avec de faux seins.

9) Les gais en visite à Montréal qui se rendent au Cabaret chez Mado du boulevard Pie-IX et qui comprennent rapidement qu'ils sont les seuls à vouloir s’exciter devant un
medley des plus grands succès de Barbra Streisand.

8) Le lancement du Cahier rouge
de Michel Tremblay. C'était un honneur inestimable pour Mado, qui admire énormément l'auteur et son œuvre.

7) Le passage de la troupe de Mamma Mia, qui a offert spontanément un extrait du légendaire spectacle. Comble de bonheur, Mado a même eu la chance de chanter Dancing Queen avec quelques-uns de ses membres.

6) La visite-surprise des Pet Shop Boys, qui ont visiblement eu beaucoup de plaisir à assister aux prestations délirantes des hystériques drag queens du Cabaret.

5) Les célébrations du 60e anniversaire de Michèle Richard, durant lesquelles Mado a entamé Je survivrai, la version française du classique I Will Survive reprise par la caractérielle chanteuse, pour encourager cette dernière à affronter son lendemain de veille.

4) Les spectacles que Mado, temporairement auteure-compositrice-interprète, donne en compagnie de son pianiste.

3) La soirée où Mado a écorché Lara Fabian... devant Lara Fabian. La chanteuse avait tenté la démone en s'installant à une table qui donne directement sur la scène. La diva avait réussi à impressionner sa « rivale » par son sens de l'autodérision à l'épreuve des pires attaques de fille jalouse. Mado conserve précieusement, au Cabaret, la canette de Coke diète avec les empreintes de rouge à lèvres de la vedette internationale.

2) La première visite de ses parents, à l’occasion du 5e anniversaire du Cabaret. Sa mère, alors âgée de 80 ans, a passé la soirée à se bidonner de ses blagues de fesses
vulgaires, alors que son père a détrempé quelques mouchoirs au moment où la foule s'est levée pour ovationner sa progéniture. Mado a amèrement regretté de ne pas avoir opté pour du waterproof lors de cette soirée riche en émotions.

1) Nana, complètement ivre, à 3 h du matin, qui court de façon hystérique avec des objets inusités sur la tête pendant que les autres drags, au foie moins aguerri, baignent dans leur vomi hautement alcoolisé. Mado jure que les meilleurs spectacles se donnent en famille une fois les portes verrouillées.