Association LGBT Rocher-Percé

Contrer l’isolement et favoriser la discussion

Julie Vaillancourt
Commentaires
Il y a maintenant un an que l’Association LGBT Rocher-Percé fut créée afin de briser l’isolement des membres de la communauté LGBT dans la région. Pour ce faire, l’association s’est dotée de diverses missions dont procurer un lieu de rencontres et d’activités pour la communauté, éduquer la population sur les réalités LGBT, puis augmenter la visibilité des LGBT par le biais d’interventions publiques et de témoignages. À priori, l’association s’est créée dans la foulée du coming-out télévisuel de sa porte-parole, Marie Jocelle Cauvier, qui a non seulement contribué à augmenter la visibilité des LGBT, puisque l’entrevue s’est effectuée à la télévision TéléVag, mais aussi à «fournir des modèles positifs de personnes qui vivent simplement avec leur orientation sexuelle». En ce sens, le témoignage de Marie Jocelle, début trentaine, est d’autant plus pertinent, puisqu’il s’ins-crit dans le contexte régional où cette dernière évolue. L’entrevue fut tournée dans l’église que la jeune lesbienne fréquente régulièrement : « C’est important de pouvoir s’identifier à des gens : ça donne le courage d’avancer, d’être soi-même tout simplement, d’être fier de ce que l’on est», a déclaré la porte-parole de l’Association LGBT Rocher-Percé, dans cette entrevue qui constitue inévitablement un moyen d’éduquer la population sur les réalités LGBT, autre mission de l’organisme. D’ailleurs, en ce sens, des rencontres mensuelles sont organisées, ce qui est vital pour plusieurs LGBT de la région, car «beaucoup vivent de l'isolement et voient les rencontres comme un endroit où ils se sentent compris et acceptés. Pour certains, c'est le seul moment où ils peuvent vraiment être eux-même et parler de leur réalité», appuie Marie Jocelle. Aussi, «nous avons reçu des gais, lesbiennes, bisexuels, transgenres et gens en questionnement de 16 à 65 ans. Certains avec une orientation bien acceptée, d'autres à l'étape du coming out, d'autres totalement confus. Ça aide beaucoup de connaître l'expérience des autres, on se donne des petits trucs», précise la porte-parole. Les rencontres priorisent les témoignages, des thèmes, ou encore des invités. Notons une conférence de la psychologue Françoise Susset le 25 avril et un World Café LGBT le 12 mai. Finalement, un réseau de professionnels a été mis en place et est désormais disponible pour consultation sur le site web, comme le souligne Marie Jocelle : « Depuis qu'a été mis en place le Réseau des AlliéEs LGBT du Rocher-Percé, les professionnels sont beaucoup mieux conscientisés à notre réalité. Par exemple, un intervenant témoin d'homophobie de la part d'un groupe de jeunes m'a téléphoné récemment pour que j'aille faire un témoignage. C'est l'occasion de démolir plusieurs préjugés. D’autres me demandent si je connais un psy, une infirmière, un prof qui est "gay friendly".» Bref, le réseau des AlliéEs permet aux LGBT l’accessibilité des ressources. Qui plus est, c’est l’occasion de sensibiliser toute la population et de construire, brique par brique, une communauté soudée et éduquée vis-à-vis des réalités homosexuelles, conclut Marie Jocelle Cauvier : «J'encourage les petites communautés à créer des associations et surtout à persévérer. Au début nous étions parfois 2 aux réunions. Maintenant nous sommes une dizaine de réguliers. Des gens parcourent 100 km pour y assister. Tous savent que le service existe. La population entend parler de nous régulièrement dans les médias; nous ne sommes plus perçus comme une curiosité, mais comme faisant partie intégrante de la société».

Souper-conférence «pour une nouvelle vision de l’homosexualité», par la psychologue et psychothérapeute Mme Françoise Susset, 25 avril à 18h (Restaurant la Chaloupe de Pabos (399, boul. Pabos). Ouvert à tous.