Le Centre SAGE à New York

Contre l'isolement social vécu par beaucoup de retraités LGBT

Étienne Dutil
Commentaires
La ville de New York vient d'ouvrir un centre social pour homosexuels âgés, le premier des États-Unis, dans le but d'aider une population souvent plus seule et isolée dans son grand âge. Le Centre SAGE a été inauguré le 1er mars dernier dans le quartier de Chelsea, au coeur de Manhattan, après un accord entre la mairie et l'organisation du même nom, qui se consacre à améliorer les conditions de vie des homosexuels retraités. Ce n'est pas une maison de retraite, ni un établissement médical spécialisé, mais un lieu de rencontres et de détente pour les plus de 60 ans. «Nous pensons que c'est le premier centre de ce type qui fonctionne à plein temps pour lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels», explique Christopher Miller, porte-parole du département du troisième âge de la ville de New York. Au 15e étage d'une tour, le Centre SAGE offre des activités liées à l'art et la culture, l'alimentation et la nutrition, la santé et le bien-être. Les retraités peuvent venir y dîner de 17H30 à 18H30. Ils peuvent participer à des cours de yoga, de danse, y trouver des conseils, rencontrer une infirmière ou participer à des séminaires. Son objectif est de permettre aux homosexuels, bisexuels et transsexuels de vieillir en bonne santé, avec une sécurité financière, et un soutien fort de la communauté, comme l’explique la documentation fournie par le groupe SAGE, fondé en 1978 et qui se présente comme un «filet de sécurité» pour ces populations qu'il épaule dans quinze États américains. Les homosexuels ont statistiquement deux fois plus de risque de vieillir seuls que les retraités hétérosexuels, étant donné qu’ils ont en moyenne quatre fois moins de chance d’avoir des enfants, souligne SAGE. Selon Christopher Miller du département du troisième âge de la ville de New York, ces populations «ne se sentent souvent pas à l'aise dans les centres sociaux traditionnels». La peur d'être discriminé les dissuade de demander de l'aide, y compris médicale, ajoute l'association sur son site internet, dénonçant «un isolement social» qui a «un énorme impact sur leur santé et leur bien-être». New York est la ville américaine qui compte le plus de personnes se présentant comme homosexuelles ou bisexuelles, selon la mairie. Elle compte actuellement 1,3 million de retraités (pour une population de 8,17 millions d'habitants) et ces retraités devraient augmenter de 46% dans les 25 prochaines années, d'où l'attention particulière apportée à cette tranche d'âge.