J’aime Mon Village

Promouvoir le secteur de façon positive !

André-Constantin Passiour
Commentaires

La campagne «J’aime mon Village», dont nous vous avions parlé en primeur dans la plus récente édition papier de Fugues, a finalement été lancée, le 6 mars, lors d’une conférence de presse. Elle vise à améliorer la qualité de vie du secteur, à faire en sorte que la population agisse si elle est victime ou témoin d’agression.

Quatre personnalités bien en vue du Village : la drag queen Mado Lamotte, les activistes et artistes Kat Coric et Jean-Pierre Pérusse, ainsi que M. Cuir Montréal 2011, Danny Godbout, enjoignent la population à répondre favorablement à l’appel. Cette campagne a d’ailleurs reçu l’appui de Gai Écoute et de la Société de développement commercial du Village. Mais les organisateurs de cette opération, dont Ghislain Rousseau, aimeraient bien que les citoyens se l’approprient et la fassent évoluer…

Rassemblées au Cabaret Mado, devant plusieurs caméras de médias de masse, les personnalités sont montées sur scène pour présenter les affiches et inviter les résidants et «utilisateurs» du Village à être vigilant, à dénoncer la violence et à promouvoir un sain milieu de vie pour tous. On se rappellera que c’est suite à une vague d’agressions, dont certaines dirigées contre des marchands et résidants du quartier, que plusieurs ont choisi de s’impliquer. «Statistiquement, c’est le 2e secteur le plus sécuritaire à Montréal, mais nous savons tous que ce n’est pas la réalité», a déclaré Ghislain Rousseau, copropriétaire de la boutique Fétiche Armada et M. Cuir Montréal 2010.

Conscientiser le citoyen-utilisateur à la qualité de vie du quartier et des raisons pour lesquelles on «aime le Village» ; faciliter la dénonciation de toute violence physique ou verbale subie ou observée ; favoriser les échanges entre policiers et citoyens-utilisateurs ; et valoriser le rôle du citoyen-utilisateur face au bien-être commun dans le Village, telles sont les actions préconisées par cette campagne.

Tel qu’on l’avait annoncé en primeur dans le Fugues de mars, «J’aime Mon Village» se déroulera en trois temps. On commencé, le 9 mars, la distribution des affiches dans les commerces, affiches qui proposent aux citoyens d’adhérer à l’initiative soit par le site www.jaimemonvillage.org ou par la page www.Facebook.com/pages/Jaime-mon-Village/314755878560384. Puis, dans les prochains jours, on assistera à une seconde vague de distribution d’affiches portant un message personnalisé par chacun des porte-parole. Enfin, une escouade de bénévoles spécialement formés fera du porte-à-porte pour livrer des cartes postales reprenant les messages de la campagne, mais également un aide-mémoire en cas d’agression ou d’intimidation. Pour ceux désirant l’anonymat, par exemple, on les invitera à remplir la déclaration d’actes homophobes sur le site de Gai Écoute :www.gaiecoute.org. Cependant, il est toujours mieux de se confier à quelqu’un, de parler de l’expérience vécue afin de se sentir moins seul et les bénévoles de Gai Écoute sont là pour ça au : 1-888-505-1010.

«Nous reconnaissons et nous saluons le grand travail et l’implication citoyenne exemplaire et bénévole des commerçants et résidants du Village gai. Nous sommes aussi heureux que la SDC du Village, un de nos partenaires à Gai Écoute/Fondation Émergence, soit présente et appuie la nouvelle campagne», de souligner Laurent McCutcheon, le président de ces deux organismes.



«Je travaille avec la communauté LGBT de Montréal depuis 1994 et tout ce que je peux dire, c'est que je suis très fière de le faire. C'est ma décision en tant qu'artiste et militante de la lutte contre le VIH-sida. Je retire une immense fierté du travail que j'accomplis avec mon équipe, et j'emploie le mot « équipe », puisque nous ne sommes jamais vraiment seuls lorsque nous nous investissons dans une cause sociale. Je suis extrêmement honorée de pouvoir collaborer à cette campagne. Ensemble, nous pourrons faire une différence! J'anticipe déjà ce changement maintenant pour le futur. Tous ceux qui me connaissent peuvent confirmer à quel point je suis une femme tenace qui aime toujours atteindre ses objectifs», a commenté Kat Coric quant à son implication.

Pour sa part, Danny Godbout a ajouté : «J'ai choisi d'accepter l'invitation de Ghislain Rousseau de participer à cette campagne, car le Village me tient beaucoup à coeur. Depuis son instigation, soit bientôt 30 ans, j'y ai habité, travaillé, fêté et milité. Depuis un jeune âge, j’ai milité en tant que bénévole pour le Centre communautaire des gais et des lesbiennes de Montréal (CCGLM) et ainsi qu’au tous débuts des festivités de la Fierté avec «Bleu, Blanc, Rose», dans les années 80. Je souhaite du plus profond de mon être que les gens de la communauté comprennent que nous voulons tout simplement «aimer notre Village». Avoir des outils pour savoir quoi faire quand nous sommes témoins ou victimes d'agressions ou incivilités, c'est toujours plus simple, en plus nous avons l'appui de Gai Écoute et de la SDC».

«C’est une campagne positive, non seulement pour donner des outils d’aide […], mais aussi pour redonner la fierté aux gens… Pour bâtir un Village qui est fier, un Village qui est sécuritaire», notait M. Rousseau.

Bon, il y aura ces actions durant le printemps, mais, cet été, pendant Aires Libres par exemple – si l’événement aura lieu – y aura-t-il d’autres activités entourant cette campagne ? «J’aime...» est une campagne citoyenne, dont le but premier vise la sécurité dans le Village. Par contre, si on en prend soin, si on la nourrit, la campagne «J’aime mon Village» peut devenir quelque chose de participatif et c’est aux gens de la porter. Donc, peut-être qu’il y aura quelque chose cet été, ce sera aux citoyens d’y voir», de conclure Ghislain Rousseau avec une pointe de conviction dans les yeux…

 

  Envoyer cet article

J’aime Mon Village

Promouvoir le secteur de façon positive !

Quatre personnalités bien en vue du Village : la drag queen Mado Lamotte, les activistes et artistes (...)

Publié le 09 mars 2012

par André-Constantin Passiour

   
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Réaction au commentaire (14.03.2012) Merci pour ce commentaire... une analyse brillante, sensée et tellement emprunte d'humanisme! J'aurais été bien incapable de résumer plus clairement une réflexion que nous sommes sans nul doute très nombreux à partager. Vous lire me conforte dans l'idée qu"il es temps de répondre à l'appel des organisateurs de cette opération, dont Ghislain Rousseau, qui, selon André-Contantin Paaiour, aimeraient bien que les citoyens se l’approprient et la fassent évoluer… (sic). Invitons TOUS les citoyens à faire évoluer cette campagne vers ce qu'elle mérite: l'échec d'une tentative supplémentaire de ségrégation et d'exclusion d'humains parmi les humains! Invitons les à apporter leur soutien aux personnes en réelle difficulté, ceux et celles que cette campagne voudrait stigmatiser, ainsi qu'à tous les professionnels et bénévoles qui, jour après jour, s'évertuent à aider les plus fragiles d'entre nous ! Communautairement vôtre P.S. J'aimerais pouvoir diffuser tout ou partie de votre texte mais il va de soi que je ne le ferai pas sans votre consentement... le Beurk final n'étant visiblement pas votre patronyme mais bien un... BEURK de dégoût contact : elvirorouge gmail Publié le 15/03/2012
  • Nous savions depuis très très longtemps que le village est complètement contrôlé par le communautaire. Tellement qu'un résidant n'a d'autre choix que de prendre son trou et surtout de ne pas essayer d'améliorer la qualité de vie de son quartier. Merci pour la confirmation. Publié le 29/05/2012