La parole aux chefs

le chef de l’Auberge des Berges PATRICK FOURNIER

Michel Joanny-Furtin
Commentaires

« Produire un livre de recettes et plus tard acheter le resto où je travaille… » Voilà les deux rêves de Patrick Fournier, le chef de l’Auberge des Berges à Saint-Félicien, au bord du lac Saint-Jean. Gai et sensible à l’environnement, ce chef défend le goût originel des aliments et propose un voyage gustatif au cœur des nos origines.

« C'est difficile de se faire connaître face aux piliers de la télévision », observe Patrick Fournier, jeune chef de l’Auberge des Berges depuis août dernier. J'ai connu l'existence de cette table certifiée, et du poste de chef, par Facebook. Des amis m’ont fait suivre l'information en me disant ''c'est une place idéale pour toi''. Et voilà… »

« Le goût de la cuisine? Une de mes tantes en faisait beaucoup; et ma grand-mère l'enseignait. J'ai été élevé dans les chaudrons. Quand j'ai été en âge de travailler, j'ai commencé comme apprenti, puis j'ai pris mon cours de cuisine à l'école hôtelière Fierbourg à Québec. J’ai travaillé dans des auberges, des hôtels, des traiteurs à Montréal et un petit peu partout, comme Agnus Dei, La Grappa ou le Club Sandwich sous le règne de Normand Chamberland. »

Le terroir de la cuisine
« À l’Auberge, nous faisons une cuisine du terroir, avec des produits locaux. Viandes et légumes, fruits et fromages viennent de la région. Mon objectif, c’est de garder la saveur originale, tout en faisant découvrir et apprécier d'autres saveurs grâce à des herbes et des épices comme les épices du bois ou du Labrador.
« Que ce soit des canneberges, des bleuets, des gourganes ou des viandes bio du lac Saint-Jean, je visite régulièrement mes producteurs, poursuit Patrick Fournier. Je veux pouvoir répondre à la question ''où l'avez-vous pris ?'' qu’un client ne manque jamais de poser quand il est satisfait. D’ailleurs, les Européens trouvent les fromages du Québec plus fins et meilleurs que les leurs. Et bien sûr, je change mon menu à chaque saison ! »

Patrick se définit comme un expert accorder les mets et les vins. « J’adore cuisiner les pâtes fraîches, mais aussi le gibier comme le wapiti ou le caribou, le faisan ou la pintade. Une de mes spécialités est le cerf rouge braisé à la bière. »

De belles opportunités
Côté vie privée, « mon copain aussi est cuisinier ! Je l’embauche parfois comme extra. Nous nous sommes rencontré par Internet. Je n'ai pas vraiment eu de problème avec mon orientation sexuelle. Un peu au début, à l'école de cuisine », admet Patrick. « Il y a beaucoup de gais chez les serveurs, mais moins en cuisine. Vu mon gabarit, les choses ont été très claires dès le départ parce que je l’ai dit tout de suite pour stopper net les niaiseries. Je pense même que ça m’a réussi; en tout cas, mes contacts m'ont amené une clientèle d'amis. Je crois qu’il vaut mieux de le dire à son travail. C’est une façon de se protéger et cela peut même amener de belles opportunités », affirme Patrick Fournier. « J'ai travaillé dans le Village, et je trouve que Saint-Félicien offre un aspect très Village pour notre restaurant… »

Auberge des Berges, 610, boulevard Sacré-Coeur à Saint-Félicien
www.auberge-des-berges.qc.ca


 

  Envoyer cet article

La parole aux chefs

le chef de l’Auberge des Berges PATRICK FOURNIER

« C'est difficile de se faire connaître face aux piliers de la télévision », observe Patrick Fournie (...)

Publié le 21 février 2012

par Michel Joanny-Furtin