Campagne de lutte contre l’intimidation

le gouvernement québécois

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

L’intimidation qu’elle soit physique, verbale ou virtuelle prend de plus en plus d’ampleur chez les jeunes. Ici comme ailleurs, certains jeunes préfèrent se suicider plutôt que de continuer à subir du harcèlement de leurs pairs. Les chiffres le prouvent, les jeunes LGBT sont souvent plus à risque que les jeunes hétéros. Le 12 février dernier, le premier ministre, Jean Charest, et la vice-première ministre et ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Line Beauchamp, ont annoncé la nouvelle Stratégie gouvernementale de la mobilisation de la société québécoise afin de lutter contre l’intimidation et la violence à l’école avec le soutien d’autres ministres du gouvernement et de deux partenaires, Quebecor et Télé-Québec.

L’objectif? Que les étudiants cessent de se taire quand ils et elles sont victimes ou témoins d’actes de violence physique ou verbale et de cyberintimidation. Pour ce faire, des campagnes de sensibilisation auront lieu par des publicités ciblant les jeunes de 10 à 17 ans. Un site aussi est accessible (moijagis.com) comme outil destiné aux jeunes mais aussi aux parents, aux enseignants et aux éducateurs pour reconnaître l’intimidation et pour leur fournir les ressources nécessaires pour agir.

Sur le même site, se trouve la Déclaration québécoise d’engagement contre l’intimidation et la violence, une déclaration que la ministre Line Beauchamp enjoint à toute personne de signer, aussi bien les jeunes, que les parents, le personnel scolaire, les députés, les élus municipaux, les leaders syndicaux et d’organismes sociaux et les personnalités publiques. Chaque année pour couronner les activités mises en place pour lutter contre ce fléau, une semaine thématique contre la violence en milieu scolaire aura lieu aux alentours du 2 octobre afin de coïncider avec Journée internationale de la non-violence. Ce plan d’action sera bonifié par d’autres mesures dont un projet de loi modifiant la Loi sur l’instruction publique et la Loi sur l’enseignement privé qui qui vient d’être déposé et prendra en compte la lutte contre l’intimidation.

La ministre a rappelé que dans cette lutte ne peut être menée seulement par les enseignants, les enseignantes et les directions d’école. C’est l’ensemble de la société qui doit se mobiliser dans ce grand mouvement social pour faire cesser les actes d’intimidation dont sont victimes certains enfants.

 

  Envoyer cet article

Campagne de lutte contre l’intimidation

le gouvernement québécois

L’objectif? Que les étudiants cessent de se taire quand ils et elles sont victimes ou témoins d’acte (...)

Publié le 20 février 2012

par Denis-Daniel Boullé