Projet de film documentaire

150 000 dollars en 5 jours ramassés pour un projet de documentaire sur l’histoire des droits LGBT

Hector Cartier
Commentaires

Ryan James Yezak n’imaginait pas un tel succès, lorsqu’il a publié une vidéo-teaser pour un projet de documentaire. Le réalisateur espérait récolter quelques dollars auprès des internautes pour produire un film intitulé Second Class Citizens. Dans ce documentaire, il compte revenir sur les dernières décennies de l’histoire des LGBT aux États-Unis. En quelques heures, il a déjà recueilli près de 150000 dollars.

En six minutes, Ryan James Rezak brosse un panorama non-exhaustif de la vie des personnes homosexuelles au cours des soixante dernières années. Après les électrodes pour «rééduquer», l’épidémie du sida pousse le gouvernement à interdire aux homos de donner leur sang en 1985. Banni-e-s de l’armée s’ils/elles parlent de leur sexualité, les gais et les lesbiennes sont finalement réhabilités avec l’abrogation de Don’t Ask, Don’t Tell. Les homos demeurent toutefois des citoyen-ne-s à part, tant du fait des violences dont ils/elles font l’objet, que du traitement particulier qu’on leur réserve dans la loi en ne leur permettant pas de se marier ou d’adopter des enfants, par exemple.

Contacté par le site australien Same Same, le réalisateur a d’ores et déjà exprimé sa gratitude à tous ceux et toutes celles qui ont contribué à la réalisation de son projet. Pour un don d’au moins 35 dollars, il promet de vous passer un coup de fil de remerciement. Et si vous donnez plus de 75 dollars, votre nom apparaîtra dans le générique du documentaire. D’autres cadeaux sont prévus si vous donnez plus encore, notamment un joli rôle de producteur exécutif avec avant-première et cocktail si vous offrez 10000 dollars. Des volontaires?

 

  Envoyer cet article

Projet de film documentaire

150 000 dollars en 5 jours ramassés pour un projet de documentaire sur l’histoire des droits LGBT

En six minutes, Ryan James Rezak brosse un panorama non-exhaustif de la vie des personnes homosexuel (...)

Publié le 25 janvier 2012

par Hector Cartier