Philippe se délecte de...

Molécule-R

Philippe Boivin
Commentaires
Mon unique défaut est mon perfectionnisme excessif. Si vous saviez à quel point il peut s'avérer éprouvant de vivre avec toute cette pression auto imposée! Ma devise quotidienne : rendre jaloux le plus de gens possible grâce à mes talents que je suis loin de cacher. Ce sera chose simple avec les ensembles pour cocktails Molécule-R, qui permettent d'intégrer les miracles de la chimie à son bar dans le but de transformer l’état des liquides en quelques manœuvres qui impressionnent la galerie. Je me complais déjà dans cette avalanche de compliments à laquelle me donneront droit mes bouchées de mojito, ma mousse au Grand Marnier et mes B-52 à savourer à la cuillère! En ouvrant mon ensemble Molécule-R, je suis surexcité de découvrir la panoplie de mots sur lesquels ma diction se bute à chaque syllabe, tels qu'alginate de sodium, lactate de calcium, lécithine de soya et gomme xanthane. Laissez-moi rassurer les grands craintifs en soulignant que l'acquisition d'un système de détection de fission nucléaire n'est aucunement obligatoire pour garantir sa sécurité lors des différents processus de transformation effectués avec l’ensemble Molécule-R. Celui-ci ne comprend que des agents texturants naturels comestibles, que l'on peut manipuler sans danger. Je déballe ensuite avec empressement les pipettes, la cuillère trouée et les cuillères à mesurer.

Après avoir complètement éventré le contenu de mon coffret sur le comptoir, moi et ma veine du front dilatée nous demandons un peu par où commencer. La réponse se trouve certainement sur le DVD, que j'insère dans mon lecteur avec mes mains tremblotantes.

Je jubile à l'idée de couronner de succès ma prochaine pendaison de crémaillère grâce aux 30 recettes qui sont ici proposées et clairement expliquées dans de courts vidéos au visuel léché. Chacune des recettes est classée selon la technique employée, soit l'émulsification (transformer un liquide en mousse), l'épaississement, la gélification et la sphérification (créer des sphères dont l'intérieur est liquide et les parois, gélifiées). Cette dernière technique, qui permet de faire entre autres les fameuses bouchées de mojito, est de loin la plus spectaculaire. C'est évidemment la plus complexe et, donc, celle que je désire maîtriser. La recette m'indique qu'il s'agit de mouler (mini moules en silicone non inclus), de congeler et de démouler la préparation de mijoto et de lactate de calcium dans un bain d'alginate de sodium (c'est ainsi que se forme la couche de gélatine qui emprisonne le liquide) et, finalement, de rincer chaque sphère dans l'eau. C'est tout?

En toute confiance, j'entreprends le processus. Pour gagner du temps, je plonge toutes mes sphères d'un coup dans le bain d'alginate de calcium. Ces chanceuses ont le privilège de se frotter dans ce liquide à la texture qui rappelle les meilleurs lubrifiants! Contrairement à moi, il semblerait que les sphères n'apprécient pas faire trempette à plusieurs. Je me retrouve tout à coup avec une bordée de sphères siamoises, que je ne parviens malheureusement pas à séparer sans causer de dommages collatéraux. Une chance pour la collectivité complexée que je ne suis pas devenu chirurgien esthétique! Je me rends à l'évidence: la cuisine moléculaire exige de la pratique, et l'expérimenter implique un certain risque d'échec!

Dans le but de vous offrir un visuel probant pour accompagner ma chronique, je décide de confectionner la version moléculaire de la classique téquila bang-bang, qui, selon la règle, se consomme en trois étapes : sel, téquila et citron. L'originale recette « tout-en-un » de Molécule-R utilise l'émulsification (pour la mousse saline qui trône sur l’alcool) et la sphérification (pour la sphère de jus de citron qui fait la siesta au fond du verre). C'est donc parfait pour la démonstration, me dis-je. Le spécialiste du cocktail en moi se charge avec joie de la conception des différents éléments du shooter, que je décide d'assembler seulement sur les lieux de la séance photo. Durant le transport, les sphères ont pu supporter la suspension scabreuse de ma Hyundai, mais la mousse a renoué rapidement avec son état liquide sous les conditions extrêmes de mon chauffage inconstant. Résultat sur le cliché final: je tente de masquer l'absence de mousse sur les shooters à l'aide d'une discutable expression faciale reproduisant l'étonnement jumelée à l'affolement. Et alors? Molécule-R m'a procuré pourtant bien du plaisir, a illuminé bien des regards et a ébahi bien des palais. On n'est pas très loin de la perfection...

Molécule-R www.molecule-r.com
Merci au Pure night club pour la séance photo!