autrement dit_présentation du nouveau fugues

Vivre heureux, seul ou en couple

Yves Lafontaine
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté

Les humains sont non seulement des animaux sociaux, mais il forment une des rares espèces à être « fidèle » en amour alors que la plupart de nos congénères mammifères favorisent les relations multiples. Vivre seul ou en couple, telle est la question épineuse qui agite continuellement ou sporadiquement chacun de nous. Étant donné que nous sommes, pour la plupart, des individualistes qui aspirent à la dualité, notre cœur balance entre l’épanouissement et l’accomplissement de soi lorsqu’on est bien et en bonne compagnie, et la liberté d’être seul et de faire ce que l’on veut comme on veut !


Mais quel est le juste milieu dans les relations à deux, comment trouver l’équilibre des forces personnelles afin de vivre en harmonie avec soi-même et l’autre être aimé, si d’ailleurs quoi que ce soit nous y oblige? En somme, faut-il vivre à deux pour être heureux? Pas nécessairement. Il existe bien des célibataires heureux de leur situation. Mais il n’est pas erroné de dire que la majorité d’entre nous trouve plus difficile de vivre seul qu'en couple. La solitude fait tellement peur à certains qu’ils préfèrent poursuivre une relation insatisfaisante plutôt que de quitter leur partenaire. Pourtant, vivre seul, n'est ni bien, ni mal; c'est seulement une situation précise, temporaire ou permanente, tout comme la vie à deux. De même qu'avoir un partenaire n'est pas nécessairement une garantie de bonheur, la vie de célibataire n'est pas non plus une situation désastreuse. Nous croyons à tort que, sans partenaire, nous ne sommes pas des personnes à part entière et que notre bonheur dépend d'un être unique et spécial. C'est pourquoi nous partons à la recherche du partenaire idéal.

Environ la moitié des hommes gais et des lesbiennes sont célibataires, s’il faut en croire les récentes études au Québec. Il y a ceux (et celles) qui choisissent de vivre seuls et ceux qui subissent leur état de célibataire. Mais, bien nombreux sont ceux qui choisissent de vivre seul par choix, pour des raisons professionnelles ou pour profiter de leur solitude afin de faire un bilan ou un cheminement personnel.

Cela dit, nous sommes plusieurs à aspirer à la vie à deux ou à la vivre. Les hommes et les femmes qui ont répondu à notre appel pour ce numéro spécial «couples» ont choisi de vivre à deux. Certains se sont mariés ou vont le faire bientôt, alors que d’autres ne considèrent pas cela comme essentiel bien qu’ils vivent à deux depuis longtemps.

Les couples heureux sont ceux qui savent surmonter les nombreuses illusions et fausses croyances sur la vie à deux, l’amour, la communication, la sexualité, les conflits... Avoir des attentes réalistes est le plus sûr moyen de ne pas être déçu de l’amour et de pouvoir vivre heureux à long terme en couple.

Pour réussir une relation amou-reuse il faut d’abord choisir le candidat qui nous convient. Pas le candidat parfait «dans l’abso-lu», mais plutôt une personne qui nous convient bien sur tous les plans que l’on considère importants dans une relation. Pas nécessairement la personne qui, au premier coup d’oeil, nous séduit globalement. Plutôt quel-qu’un qui nous plaît de plus en plus profondément au fur et à mesure que nous le connaissons davantage. Il ne s’agit pas nécessairement de quelqu’un qui nous ressemble le plus possible, de quelqu’un qui nous devine sans que nous ayons à nous exprimer ou d’une personne qui se charge d’assurer notre satisfaction. Au contraire, ce pourrait être quel-qu’un qui nous complète par ses différences, qui nous amène à nous exprimer intégralement et qui nous laisse assumer pleinement la responsabilité de notre bonheur.

Évidemment, pour maintenir la qualité de la relation, il ne suffit pas d’adopter les attitudes d’ouverture qui sont favorables au développement des deux individus et du couple. Il faut aussi travailler activement à résoudre les problèmes lorsqu’ils se présentent (et ne pas attendre que la situation s’enlise), ménager du temps pour la vie de couple, manifester de l’intérêt et de l’affection et se donner des conditions propices pour maintenir la force du lien. Car vivre à deux n'est possible qu'à la condition de vouloir y mettre du sien.



 

  Envoyer cet article

autrement dit_présentation du nouveau fugues

Vivre heureux, seul ou en couple

Mais quel est le juste milieu dans les relations à deux, comment trouver l’équilibre des forces per (...)

Publié le 23 janvier 2012

par Yves Lafontaine