Gai écoute !

André Lefebvre bénévole | L’écoute : une vocation !

André-Constantin Passiour
Commentaires
En mars prochain, André Lefebvre célèbrera 32 ans de bénévolat à Gai Écoute. Oui, 32 ans! Il est ainsi bénévole depuis presque les toutes premières heures d’existence de cet organisme d’écoute, d’aide et de référence. Le 24 octobre dernier, le gala Arc-en-ciel reconnaissait le travail exceptionnel et dévoué d’André Lefebvre, 69 ans, en lui décernant le prix Bénévole par excellence! Aujourd’hui encore, il donne deux jours à Gai Écoute en tant qu’écoutant, en plus de faire partie de l’équipe de formateurs. Homme calme, serein, il parle d’une voix assurée mais douce qui rassure, qui conforte, qui appuie. Reconnaissant envers le président de Gai Écoute et de la Fondation Émergence, Laurent McCutcheon, André Lefebvre croit en une jeunesse qui s’implique à travers des médiums comme le clavardage et les courriels d’aide.

«Cela m’a fait énormément plaisir [de recevoir ce prix]. J’étais très ému. J'ai persévéré grâce au soutien de mon copain, avec qui je vis depuis 30 ans maintenant», soutient-il. Fonctionnaire de profession, psychosociologue de formation, André Lefebvre prend sa retraite à l’âge de 55 ans en 1997, lorsque le gouvernement du PQ offre la possibilité de le faire à de très nombreux employés de l’État. M. Lefebvre aurait pu se la couler douce, mais il a redoublé d’efforts et s’est encore plus investi dans Gai Écoute. «J’aime ce que je fais parce que c’est gratifiant. J'en apprends beaucoup sur les autres», de dire M. Lefebvre.

André Lefebvre et Laurent McCutcheon sont liés depuis longtemps pour former les piliers de l’orga-nisme. «Nous formions un tandem: Laurent s’occupait de l’administration et des finances et, moi, je m’occupais de l’écoute et de la formation des écoutants. Nous étions et nous sommes encore une belle équipe », indique M. Lefebvre. Au fil des ans, plus de 250 personnes ont suivi le programme rigoureux d’André Lefebvre en vue de devenir écoutant. Mais ne devient pas écoutant qui veut. «Il faut apprendre à être calme, patient, ouvert. Il faut faire abstraction de ses émotions et de ses préjugés. On doit prendre le temps d’écouter la personne qui appelle parce que ça lui a pris beaucoup de courage pour le faire. Elle est seule, elle a besoin d’aide; il faut la laisser s’exprimer», expose-t-il.

Gai Écoute suit le mouvement et s'est récemment adapté à l'ère du web 2.0 en instaurant un service de courriels d’aide et le clavardage en direct. «Laurent McCutcheon est un visionnaire. C’est lui qui a prévu le clavardage, poursuit-il. Les jeunes ont plus de facilité avec les claviers.» André Lefebvre n’est d’ailleurs pas inquiet pour la relève. Il estime en effet que les jeunes sont généreux et prêts à aider.

Jusqu’à quand André Lefebvre donnera-t-il ainsi de son temps et de sa passion? « Je resterai à Gai Écoute tant que ma santé me le permettra. Si, à un moment, je vois que je deviens irritable, alors je vais quitter mes fonctions. Je ne serai alors plus d’aucune aide pour la personne à l’autre bout du fil, et c’est elle qui est impor- tante», souligne-t-il.

www.gaiecoute.org 1 888-505-1010 ou 514-866-0103