Télé

Des lesbiennes déçues par GLEE ?

Chantal Cyr
Commentaires

Récompensée de deux GLAAD Media Award en 2010 et 2011, Glee est actuellement une des séries qui offrent la plus grande visibilité à la communauté gay et lesbienne. Notamment grâce aux personnages de Kurt, interprété par Chris Colfer, et Santana (Naya Rivera). Pourtant, la comédie musicale adolescente semble décevoir une partie du public lesbien.

Il y a quelques jours, le site AfterEllen se penchait sur la représentation de l’homosexualité féminine faite par la série. Si Kurt a fait son coming out depuis bien longtemps (saison 1 épisodes 3 et 4), Santana a fait le sien que très récemment (saison 3 épisode 7). Mais contrairement à ce que dit le titre de l’épisode en question - « I Kissed a Girl » (référence à la chanson de Katy Perry) - la série n’a toujours pas filmé de baiser entre deux filles.

Sur Twitter, une téléspectatrice a pris à partie les deux nouveaux scénaristes Matthew Hodgson et Michael Hitchcock, auteurs de l’épisode, en soulignant qu’ils avaient « créé un couple [Santana et Brittany] qui ne s’était toujours pas embrassé en trois saisons ». Un message suite auquel le premier a tenu à préciser qu’un baiser avait déjà été échangé entre les deux lycéennes au cours de la deuxième salve, lors d’une scène sur un lit (notre illustration). En réalité, les deux personnages ne s’embrassent pas réellement dans la scène en question. Une divergence a donné lieu à un échange un peu tendu entre les scénaristes et quelques téléspectateurs. Matthew Hodgson et Michael Hitchcock ont finalement retiré leurs tweets.

Derrière cette étrange notion de « couple », se cache, pour certains, une inégalité de représentation entre les gays et les lesbiennes. De quoi rendre le public féminin concerné suspicieux.

Le réseau Global diffuse Glee les mardis soirs au Canada.

 

  Envoyer cet article

Télé

Des lesbiennes déçues par GLEE ?

Il y a quelques jours, le site AfterEllen se penchait sur la représentation de l’homosexualité fémin (...)

Publié le 15 décembre 2011

par Chantal Cyr