Le 8 décembre Chez Mado

Jimmy Moore, le personnificateur professionnel !

André-Constantin Passiour
Commentaires

Normalement, on parle toujours de tel ou tel spectacle de Jimmy Moore, de ses performances, de ses costumes. Madonna, Michael Jackson, Mariah Carey, Lady Gaga et tant d’autres… On aborde rarement, par contre, ses émotions, le choix de ces personnifications et de son travail acharné à l’atteinte de la perfection, si la perfection existe dans ce monde… Dans les quelques lignes qui suivent, on découvre un Jimmy Moore plus passionné, plus émotif.

Tu as personnifié plusieurs artistes, qu'est-ce que ces artistes signifient pour toi, je serai tenté de dire d'un point de vue très personnel et émotif presque ?

Bien pour Michael Jackson, il représente mon évolution ultime. Personnifer un homme prouve donc que je suis un «personnificateur professionnel» et plus qu’une drag queen, et ce, malgré ce qu’en pensent mes détracteurs. Je touche tout le monde avec ce personnage. C'est aussi ce personnage qui m’a fait passer de V.Nus à JIMMY MOORE. Madonna c'est très physique. Ce personnage me procure une sensation de pouvoir, d'accomplissement. Madonna c'est vraiment le rêve devenu réalité. Il y a aussi tout ce côté «business» qu’elle possède et qui me colle bien à la peau.Tandis qu'avec Lady Gaga, ça va encore plus loin parce que j'y ressens une forme d'euphorie extrême. C'est un peu comme si je devenais un peu cinglé ! Avec Lady Gaga, c'est le summum de la performance qui frôle la folie. Vraiment et cela me ramène à mes débuts au début de la vingtaine lorsque j'étais constamment déchainé sur scène.Pour Céline, c'est tout le côté précision, perfection. Donner sans limites, avec caractère et émotions.Pour Tina Turner c'est de l'amour que je ressens, du «soul» à l'état brute.[…]Je peux dire que son authenticité me ressemble beaucoup sur scène. Elle tiens un espace tout spécial dans mon coeur parce que c'est le personnage que j'interprète et que ma mère préfère, alors inutile d'élaborer... Et dans le cas de Mariah Carey bien c'est le glamour , la diva avec un grand D. je dois dire que cela me va comme un gant.Mes Émotions fortes sont surtout réservées avec Édith Piaf et Alys Robi. Alys représente mon ambition entremêlée d’amour et de simplicité. Pour Édith, c'est la grande passion et surtout la tristesse de l'amour, mais aussi sa célébration. Je suis toujours surpris d'obtenir tant de succès avec Édith. Je suis pourtant seul devant un micro. L’émotion passe faut. J’ai souvent des standing ovations pour ce personnage. Je suis fort lorsqu'il s'agit d'être dramatique sur scène.



Dans le même ordre d'idées, y a-t-il, des artistes que tu ne feras pas, pour lesquels tu n'as aucune affinité ?

Pas vraiment....

Qu'est-ce qui t'inspire en général dans la vie, dans ta carrière ?

Me surpasser moi-même. Je suis un passionné et surtout ambitieux. Je peux dire qu’à 31 ans je suis en parfait contrôle de mon métier et au summum de mon art alors je suis en feu! L'amour me motive. Et encore aujourd'hui, plusieurs personnes ne réalisent pas l'ampleur de mon talent sur scène et je vais me battre jusqu'à la fin pour faire la différence et ne pas me contenter du minimum et faire de la perfection mon créneau.

Comment peut-on, à la fois, personnifier Michael Jackson et Madonna ?

Avec beaucoup de temps, de persévérance, de talent, de patience et de volonté. Surtout, il faut un talent d'acteur. Sans la qualité de pouvoir jouer la comédie, personnifier est impossible.

Après dix ans de carrière, est-ce que Jimmy Moore est prêt à abandonner sa ''job de jour'' pour ne laisser place qu'a ''Jimmy, le performeur et artiste'' ? Y a-t-il une différence entre le ''corporatif'', que tu sembles faire de plus en plus, et la ''scène'' dans un club comme le Mado ?

Oui, le salaire. En corporatif, l'argent est bien gagné. Il arrive que mon taux horaire soit comparable à celui d'un avocat new-yorkais. Tandis qu'en club, c'est la dégringolade, les salaires sont plafonnés depuis 15 ans ! C'est un peu pathétique. Je suis un homme d'affaires avant tout, je ne suis pas un artiste qui souhaite crever de faim afin d'être fidèle à son art ! Heureusement que ma compagnie, Productions V.NUS, existe et que je me suis forgé une réputation professionnelle. Souvent, les clients sont surpris de mes tarifs, mais que voulez-vous, la qualité a un prix.
Et de toute évidence, je suis Jimmy l'artiste à temps plein... il n'y a pas de concept d’emploi de jour ou de nuit. J’ai un côté marqué pour le marketing et les affaires, c’est tout.



Certaines drag queens se contentent de mimer les artistes, les chanteurs, chanteuses, d'esquisser des pas de danse... Toi, tu vas jusqu'au bout, tu montes un spectacle complet (avec changements de costumes, chorégraphies, danseurs, etc.), un spectacle de cabaret digne de Las Vegas. Tu suis aussi des cours de chant. D'où provient cette volonté de faire les choses différemment, de se démarquer, de vouloir, tout en personnifiant Madonna ou Michael Jackson, te placer à l'avant-scène, de devenir un artiste toi aussi et de réussir ?

Bien, parce que j’ai toujours souhaité devenir une vedette de la scène. Être reconnu dans un domaine ! Je me suis fait rabrouer à mes débuts, on a jalousé mon ambition , mon acharnement. Aujourd'hui, je prouve que j’ai gagné mon pari et que le travail raffiné de personnification a sa place. La preuve : j’ai performé pour le Cirque du Soleil en Michael Jackson et mon spectacle de Lady Gaga a atteint les 15 000 spectateurs il y a quelques semaines. Il est mon spectacle le plus populaire de ma carrière. C'est comme si j'avais presque rempli de Centre Bell! Imaginez ?


Qu'est-ce que te réserve l'avenir pour 2012 ? Prévois-tu autant de spectacles ?

J'espère de tout coeur faire publier mon livre Wonders... Je ne désespère pas. J'espère toucher un public large avec mon histoire.
Pour les spectacles, il y aura sûrement Femme Fatale de Britney Spears. Un gros spectacle de Tina Turner! On m'harcèle avec ça. Madonna et Mariah Carey reviennent l'an prochain. Plusieurs choix s'offrent à moi... Lady Gaga et Michael Jackson m'amèneront encore à me produire à l'extérieur. Bref, l'agenda sera rempli.

Est-ce que Montréal est devenu trop petit pour Jimmy Moore ?

Montréal est vraiment trop petit et c’est pour ça que, récemment, je me suis produit en Lady Gaga au Coco Bongo de Playa del Carmen, entre autres. Je laisse mon travail me transporter là où il veut. Las Vegas demeure toujours un beau rêve, mais je crois qu'ouvrir ma propre boîte serait des plus convenable.C'est une idée que je mijote pour l'avenir.




Pour la période des Fêtes, nous aurons droit au spectacle Jimmy Moore : Personnificateur professionnel, le 8 décembre dès 22h au Cabaret Mado. Billets : 15 $ ou sièges réservés VIP (25 $) disponibles uniquement par Gestion V.Nus, 514-686-8938.

 

  Envoyer cet article

Le 8 décembre Chez Mado

Jimmy Moore, le personnificateur professionnel !

Tu as personnifié plusieurs artistes, qu'est-ce que ces artistes signifient pour toi, je serai tenté (...)

Publié le 01 décembre 2011

par André-Constantin Passiour