« Elle comprendrait sans doute mieux la punition si elle avait vraiment fait quelque chose »

Une campagne efficace contre l’homophobie chez les jeunes

Chantal Cyr
Commentaires

Basée à Lyon, l’Association Rimbaud est une association française de lutte contre l’homophobie et d’accueil, d’écoute et d’accompagnement des jeunes de 15 à 25 ans en questionnement sur leur orientation sexuelle et affective ou en rupture familiale du fait de cette orientation, qu’elle soit réelle ou supposée. Elle vient de lancer une campagne nationale de sensibilisation au risque d’exclusion des 15-25 ans victimes d’homophobie.

Diffusé dans les établissements scolaires, associations, commerces et institutionnels partenaires, elle repose sur un visuel inédit. L’affiche présente une jeune fille de dos, au coin du mur, une insulte homophobe affichée sur son pull, avec le commentaire « Elle comprendrait sans doute mieux la punition si elle avait vraiment fait quelque chose ».

Derrière cette campagne, l’association souhaite rester active et rompre le silence médiatique et politique français autour du suicide des jeunes de 15 à 25 ans victimes d’homophobie, leur première cause de mortalité en France. «Les tentatives de suicide, sont souvent l’aboutissement d’une longue série de comportements à risque» explique l’association. «Selon les études, elles sont de 7 à 13 fois supérieures chez les 15-25 ans victimes d’homophobie que dans la même classe d’âge non-victime d’homophobie ajoute t-elle. Ainsi, quelques jours après la Journée Mondiale de Lutte Contre le Sida, l’Association Rimbaud tient à signaler que tout est lié : les études indiquent clairement que les personnes LGBT à antécédents suicidaires se protègent rarement lors de rapports sexuels avec un partenaire inconnu, contrairement aux autres jeunes qui ne pensent pas au suicide.

Plus qu’une sonnette d’alarme, l’association accuse l’État français de laisser toute une partie de sa jeunesse entrer dans une spirale autodestructrice: «elle va de la perte d’estime de soi jusqu’à la tentative de suicide en passant par de nombreux comportements à risque comme l’échec scolaire, les addictions, les rapports sexuels non-protégés ou encore l’automutilation explique t-elle. L’image de sous-citoyen des personnes LGBT renvoie ainsi à l’inégalité des droits (mariage, adoption, don du sang) défendue par l’Etat et l’homophobie au quotidien (morale, verbale et physique), étroitement liée par ailleurs et dont des conséquences sont graves, directes et concrètes en termes de santé publique sur une jeunesse en pleine construction identitaire. «Nous assistons à une véritable banalisation de l’homophobie qui enferme insidieusement des milliers de jeunes dans un isolement profond» conclue l’association.

Depuis maintenant plusieurs mois, l’Association Rimbaud a mis en place tout ce secteur d’accueil, de soutien et d’accompagnement pour ces jeunes victimes d’homophobie ou en questionnement sur leur orientation sexuelle et affective par l’ouverture de permanences d’accueil et d’écoute. Ces moments de discussion sur leur vécu, leurs craintes, leurs souffrances ou sur leur rejet du domicile familial, s’accompagne d’un éventuel suivi régulier selon les attentes du jeune ainsi que la possibilité d’accéder à de nombreux services personnalisés grâce à une formation encadrée et exigeante des accueillants et un réseau partenariat fort.

 

  Envoyer cet article

« Elle comprendrait sans doute mieux la punition si elle avait vraiment fait quelque chose »

Une campagne efficace contre l’homophobie chez les jeunes

Diffusé dans les établissements scolaires, associations, commerces et institutionnels partenaires, e (...)

Publié le 08 décembre 2011

par Chantal Cyr